Le problème des limaces est régulièrement mis sur le tapis par les praticiens du jardinage sol vivant. C’est vrai qu’en ce moment pour beaucoup d’entre nous le problème est plus la sécheresse que ces bestioles qui apprécient l’humidité, mais j’ai trouvé intéressant de partager cette expérience dans un article :

Une de mes lectrices, Marie-Noëlle qui vit en Bretagne, a récemment posté un commentaire sur l’utilisation du café comme anti-limace, je pense que ça peut donner des pistes. Voici ce qu’elle en dit :

J’ai trouvé un moyen efficace de tenir les limaces éloignées des pousses de dahlias, de tournesol, de glechoma et de bien d’autres délices de limaces et escargots dans ma serre et  au jardin, dans le livre de Vincent Albouy, « Jardiner avec les insectes »: c’est la caféine.
Au jardin, j’ai entouré ce qui restait des plants quasi-disparus d’un cercle de marc de café,  et lorsque je n’en n’ai plus eu, de café soluble le moins cher. Dans la serre, j’ai mis du marc dans les bacs sous mes terrines, et miracle, mes plants sont repartis et restent intacts. Beaucoup mieux qu’avec le Feramol.

Un dahlia dont il ne restait que quelques millimètres de tige et un morceau de feuille, repoussé une semaine après son entourage avec du marc de café.

Un dahlia dont il ne restait que quelques millimètres de tige et un morceau de feuille, repoussé une semaine après son entourage avec du marc de café.

Le même six semaines plus tard, prêt à fleurir

Le même six semaines plus tard, prêt à fleurir.

Qu’en pensez vous ? Avez vous essayé ?

Tagged with →  

17 Responses to La caféine contre les limaces par Marie-Noëlle Tardivel

  1. Cos Delvoye (2 comments) dit :

    Un tout grand merci !!!
    J’ai perdu les 3/4 de mes tournesols et mes dalhias…!
    Je vais essayer pour les autres cultures (salades en l’occurrence).
    Je ne bois pas de café, mais je vais essayer avec du soluble.

    Bien à toi,
    Cos
    Cos

    • marsoin (1 comments) dit :

      bonjour
      si vous n’avez pas de marc de café demander au bistrot du coin si il ne peut pas vous en donner
      patrick

  2. Eveline KIEVITS (7 comments) dit :

    A renouveler souvent … mes limaces nordiques (carolorégiennes) sont très voraces, après une pluie ou un arrosage elles rattaquent, malgré le marc de café, malgré la cendrée, malgré le Feramol … Mais je vais réessayer, en entourant mieux les plantes comme tu le fais. Faut dire que mon jardin « sol vivant » avec son couvert dense, met les bestioles bien à l’abri … Je retourne souvent les planches qui séparent mes carrés et … coupe en deux les impénitentes gourmandes (pas très respectueux mais bon, je tiens à mes légumes !!!)
    Côté café, je conserve tous les marcs possibles et un de mes fils me garde les siens, mais il en faut déjà pas mal pour protéger semis et repiquages. Heureusement, les plants plus avancés semblent mieux résister. Bon courage à tous !

  3. OUEDRAOGO YAYA (2 comments) dit :

    Formidable article. Par la même occasion, je demande des conseils pour la conduite de la culture saine de pastèque, qui est souvent attaqué par diverses maladies. Mais comme cette culture ne fait pas partie des priorités de recherche dans mon pays, je maque d’appui technique. Veuillez me partager quelques idées s’il y en a.

  4. jean-paul (2 comments) dit :

    Bonjour,
    Cela me fait un peu rêver, j’ai un problème important et récurrent avec les limaces et les escargots.
    J’ai posé un petit récipient sur le rebord de la fenêtre de la cuisine dans lequel je dépose marc de café, feuille de thé et épluchures de légumes. Très régulièrement, le contenu du récipient est jeté dans le composteur. Mais j’ai trouvé des matins, où le petit récipient ne contenait que du marc de café, fréquenté par les limaces et des escargots sans doute en quête d’épluchures de légumes mais qui ne semblaient nullement dérangés par le marc de café… ce qui m’a expliqué inefficacité de mes tentatives de reposer ces animaux avec ce procédé dans mes plantations.
    Je vais essayer le café soluble, mais je me demande si mes goinfres ne sont pas non plus des amateurs de caféine…

  5. papyrazzi (6 comments) dit :

    J’utilise le marc de café depuis aussi loin que remontent mes souvenirs, mais plus jamais pour « repousser » des limaces. En effet, je n’ai jamais constaté de diminution d’attaque lorsqu’elles sont dans leur période de « grande-faim » (printemps).
    Comme tout le monde, j’ai tout essayé… je ne suis pas plus intelligent que les autres.
    La seule méthode « chez moi » qui donne d’excellents résultats est la « cueillette » des belligérantes lorsqu’elles ont décidé de s’inviter : soir, tombée de la nuit, après une période de pluie, et…
    Au bout d’une semaine avec collecte « quotidienne », la quantité des profiteuses a tellement diminué que je suis généralement tranquille pour la saison. Leur ponte a lieu sous terre et, généralement, au début de l’automne. Au printemps, elles montrent le bout de leurs antennes et sont d’une voracité que rien n’arrète, sauf… leur cueillette quotidienne sur les légumes et autres plantes durant au moins 7 jours. Quand je commence, j’en dénombre allègrement 150 par butte attaquée et une vingtaine en fin de semaine. A ce moment, j’arrête : je suis tranquille pour longtemps.
    P.S. Après une vingtaine de limaces, les doigts ne collent plus : le mucus s’est transformé en « coquille » d’escargot et on est tranquille jusqu’à la fin de la cueillette du jour. Si vous mettez des gants (style chirurgie), le mucus reste du mucus et cela devient horriblement collant. De plus, le mucus est excellent pour la peau (c’est un reconstituant). Alors, pourquoi bouder son plaisir ? LOL

    • jean-paul (2 comments) dit :

      Je suis désespéré par l’ampleur de la tâche !!! Ma femme et moi avions bien essayer ce genre de capture mais, outre le fait que nous avons un dégoût profond pour les limaces, cela n’a pas bien fonctionné non plus.
      Les seuls moments où j’ai pu constater de réelles accalmies ces lors que des hérissons très amoureux sont venus élire domicile dans le jardin. J’ai aménagé de multiples abris pour leur rendre la vie la plus confortable possible, mais leur présence n’est malheureusement qu’épisodique… il me semble que les hérissons sont suffisamment malins pour ne pas épuiser totalement leur ressource, migrent ensuite et reviennent lorsque leurs proies sont redevenues abondantes. Un modèle que les hommes seraient bien inspirés de suivre.
      Cela dit, j’habite dans le Finistère nord, le temps « doux frais » et humide toute l’année est un climat idéal pour les escargots et les limaces.
      Je suis devenu fataliste, et j’arrête de cultiver ce qui ne peut pas résister à la prédation des limaces, cela restreint un peu les choses, mais cela m’évite de perdre du temps et les irritations qui vont avec…
      Sans paillage, cela irait sans doute mieux, mais avec une terre sablo limoneuse et sujette à la battance c’est la terre qui se détériorerait, alors autant prendre les choses comme elles viennent.
      C’est comme le liseron, j’ai fait des trous d’une profondeur vertigineuse pour tenter de les éradiquer, à présent je me dis que ce sont de jolies fleurs, et je ne veux pas utiliser la chimie pour mon confort.

  6. Christophe G (49 comments) dit :

    Bonjour,

    Pour les uns le marc est un répulsif, pour les autres il est inefficace.
    Une chose est : quand une limace a faim, rien ne l’arrêtera pour aller manger.

    Par ailleurs, il faut arrêter de vouloir éradiquer les limaces, c’est impossible.
    Par contre, les solutions sont diverses et variées pour réduire leur pression sur les cultures.

    Par exemple, partir à la chasse quand elles sortent : après une pluie ou au petit matin.

    Et plutôt que de les ramasser, tranchez-leur la tête dans le sens de la longueur et laissez-les sur place…
    Et par l’odeur alléchée, les autres vont venir les dévorer…
    une belle opportunité pour retrancher dans le vif.

    Attention pour ceux qui ont l’ouïe fine et délicate,
    car certaines couinent quand la pointe du couteau
    pénètrent dans leur cerveau. C’est étonnant.

    De là à penser que les limaces sont des êtres sensibles
    est une pensée qui demanderait réflexion.

    Belle journée

  7. Picou (1 comments) dit :

    Bjr j’ai arrêté l emploi du marc de café, car lu qu’il n’était pas copain avec les micro organismes, et un sol vivant c’est ce que je privilegie. Quand aux limaces:j’encourage, autant que faire se peut, des hérissons à hiberner chez moi,et si je trouve encore des indésirables manger mes fraises je les ramasse et les donne aux poules, comme cela il m’en reste un peu à partager avec les merles 😉

  8. thierry (5 comments) dit :

    bonjour

    intéressant mais je pense que la nature a bien fait les choses.
    l’humus vient d’humilité, ce qu’il nous manque…

    voici une vidéo de hervé Coves, un agronome qui regarde et écoute la nature.

    https://www.youtube.com/watch?v=DQ3Da73IGtw

    en attendant que le sol se restructure ou s’agrade et fonctionne comme il devrait, cette technique avec le marc de café semble naturelle et certainement moins chimique que le feramol.

    bonne continuation.

    thierry

    • Tyto Alba (1 comments) dit :

      Bonjour,

      J’ai pratiqué le marc de café, ça marche!

      Mais à priori, plus par le fait que les limaces n’y passent pas (idem si on met de la cendre).
      par contre, il semble erroné de parler de caféine dans le marc de café, à priori, ce dernier n’en contient quasiment plus!!

  9. Tardivel (3 comments) dit :

    Pour ceux qui ont le courage de ramasser les limaces, une recette dont Gertrud Franck relate l’efficacité dans son livre « Cultures associées » : le purin de limaces. On met les limaces vivantes dans un vieux seau dans lequel on verse de l’eau bouillante. Une mort douloureuse certes, mais rapide. On les laisse macérer quelques jours jusqu’à ce que le contenu dégage une forte ôdeur, puis on arrose la terre entre les cultures. On peut terminer en laissant les cadavres de limaces dans les rangs, c’est un répulsif pour leurs congénères et un bon fertilisant…

  10. manumini (1 comments) dit :

    bonjour,
    je pratique la cueillette ………avec mes enfants à la tombée de la nuit. En début de saison nous en ramassons jusqu’à 400 la 1ère fois sur 100M2. Puis les deux ou trois jours suivant leur nombre diminue fortement et la saison calme en limaces et escargots peut commencer !

  11. deretourdeloin (3 comments) dit :

    Sur les limaces, Hervé Covés apporte quelques heureuses informations. Non pas sur la manière de s’en débarrasser mais sur l’utilité des limaces pour les « cultivateurs » de truffe : les enzymes collectées par les limaces sur certaines plantes permettent aux spores de truffe ingérées par les limaces de germer.
    Les limaces aiment les champignons et les moisissures. Quant un végétal est attaqué par un champignon, la limace s’attaquerait prioritairement à la zone affectée. Les limaces effectuent un véritable travail de sélection des spores de champignon qui favorise les mycorhizes !

    http://www.franceculture.fr/emission-on-ne-parle-pas-la-bouche-pleine-le-cantique-de-soeur-limace-2015-09-20

  12. jeremy (8 comments) dit :

    Bonsoir,
    est ce que quelqu’un a essayé le vinaigre blanc dilué ou pure pulvérisé sur les plants?

  13. feron (1 comments) dit :

    un bon truc pour éviter les limace ; les épines de sapin !.
    j’ais fais un bon paillage avec les épines sèches ; résultats ,pas une fraise n’a étai toucher ou par les limaces ni pourrie sur la terre et pas de mauvaise herbe .
    les épines étants bien séches et piquantes les limaces ne peuvent glisser dessus apparament

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.