Je vous annonce aujourd’hui la sortie d’un ouvrage auquel j’ai très modestement contribué par deux petits textes sur le BRF. Je ne connais pour le moment son contenu que très partiellement, mais je dais que j’ai beaucoup de point de vue communs avec ses auteurs (aussi quelques différences 😉 ). Il sort en librairie aujourd’hui!

Le manuel des jardins agroécologiques : Soigner la terre mieux nourrir les hommes

Collection Domaine du Possible

Préface de Pierre Rabhi – Photographies de Patrick Lazic

EN LIBRAIRIE LE 2 MAI 2012

Plusieurs décennies d’agriculture intensive ont contribué à endommager gravement notre “terre nourricière”. Dans le même temps, et malgré l’arsenal de moyens employés, cette agriculture industrielle ne réussit pas à nourrir l’humanité : trois milliards d’humains ne mangent pas à leur faim.
De nouvelles voies sont explorées pour relever ce double défi : nourrir
l’humanité sans détruire notre patrimoine commun. Parmi les plus
prometteuses se trouve l’agroécologie. Située au carrefour de l’agriculture et de l’écologie, elle est tout autant une science qu’une pratique qui se répand à travers le monde et que Pierre Rabhi a largement contribué à faire connaître en France. Elle appelle à un changement total de paradigme : cherchant à comprendre et accompagner les processus vivants pour produire une nourriture saine, sans dépense d’énergie excessive, elle est liée à un profond respect de la vie et replace l’être humain dans sa responsabilité à l’égard du vivant.

Dans la première partie du livre, Pierre Rabhi retrace l’aventure humaine qu’a constituée pour lui l’agroécologie : non pas simplement un ensemble de techniques, mais une alternative globale pour chaque individu et pour la société, une magnifique opportunité pour changer de vision et donc d’humanité. L’agroécologie ainsi conçue allie la réponse à une nécessité irrévocable (produire une nourriture suffisante et saine) avec l’urgence de respecter, de préserver et d’améliorer le patrimoine nourricier.
En 1995, pour promouvoir l’agroécologie, Pierre Rabhi a fondé l’association Terre et Humanisme. Prenant le relais dans la seconde partie du livre, les animateurs de ce mouvement, s’appuyant sur leur expérience de formation en Ardèche et en Afrique, ainsi que sur leurs pratiques dans les jardins vivriers du Mas de Beaulieu, présentent pas à pas l’approche agroécologique du potager : de l’observation du sol, des plantes qui y poussent et de l’écosystème au sein duquel on souhaite cultiver son jardin jusqu’au démarrage du potager, en passant par une revue des techniques mises en oeuvre dans l’agroécologie (la culture sur buttes, le compostage, le travail du sol, le paillage, la multiplication des végétaux, la taille…).

Richement illustré d’images et de dessins explicatifs, le livre comprend
aussi une douzaine de fiches techniques (sur les buttes sandwich, la culture en lasagnes, le compost, la santé des plantes, la protection des végétaux en hiver, les outils, la phytoépuration…), une bibliographie, des contacts utiles, ainsi qu’une présentation de projets qui mettent en oeuvre l’agroécologie, en France et à l’étranger.

Si, depuis quelques années, les livres consacrés aux diverses facettes du jardinage naturel sont nombreux, Le Manuel des jardins agroécologiques présentent une démarche nouvelle et originale par sa globalité. À ce jour, il n’existe aucun ouvrage grand public qui traite de ce sujet.

Agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l’agroécologie. Initiateur du Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, il est aujourd’hui reconnu comme expert international pour la sécurité alimentaire. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Parole de Terre , Du Sahara aux Cévennes, Graines de possibles (cosigné avec Nicolas Hulot) ou encore, chez Actes Sud, Manifeste pour la Terre et l’Humanisme (2008) et Vers la sobriété heureuse (2010).

L’association Terre et Humanisme œuvre à la transmission de l’agroécologie, pour l’autonomie alimentaire des populations et la  sauvegarde des patrimoines nourriciers. Elle est basée en Ardèche, au Mas de Beaulieu, lieu de formation, d’expérimentation et de production en agroécologie. Elle y organise des stages qui rassemblent chaque année plusieurs centaines de participants, elle y propose des visites du jardin et accueille des bénévoles durant neuf mois de l’année. À l’étranger, elle est présente dans plusieurs pays d’Afrique où elle travaille, toujours avec des associations locales, à promouvoir l’agroécologie, la lutte contre la désertification et la préservation des semences.

FORMAT : 19,6 x 25,5 / 192 PAGES / 29 €

Tagged with →  

16 Responses to Sortie du livre « le manuel des jardins agroécologiques » de Terre et Humanisme

  1. Marc (131 comments) dit :

    Certainement un livre intéressant !

  2. charlotte (4 comments) dit :

    Un must have!ajouté à ma liste de livre à avoir…pour ma part je démarre un potager pour la première fois. J’ai récupéré une parcelle dans mon petit village, entouré par les champs de blé et colza. Nous sommes plusieurs à y avoir notre potager. Bien évidemment, je n’ai pas fais comme les autres, rien n’est désherbé, rien n’est retourné et je tente le lasagna bed, la butte, le potager en carrés et les pommes de terre sur carton. Autant dire que j’intrigue beaucoup, l’avantage c’est que du coup les agris me déposent de la paille et en profitent pour suivre les expérimentations.
    Ce qui me perturbe dans tout ça, c’est l’état du sol. Il n’a pas été retourné depuis un bon moment à priori et pourtant il est à nu à certains endroits. La végétation spontanée se compose majoritairement de géranium mou, de cirse et d’armoise.A en croire Ducerf, cela signifierait un engorgement en mo minéral, une destruction du CAH, un début de désertification. j’ai tenté un semis de plantes sauvage sur la partie inutilisée pour le moment et je compte mettre du broyat dans les chemins. Pour le reste je ne sais pas trop….peut on se fier à ce type de considération? est il utile de semer de la phacélie ou de la moutarde par exemple? je précise que le tout se situe en open field, plein vent et plein soleil!

  3. Isabelle (4 comments) dit :

    A la recherche d’outils de jardinage, je suis tombé par hasard sur votre site. He bah je suis très étonné, je ne savais pas que les jardins agro écologiques existaient.

    Ce sont les jardins qui vous fournissent des produits BIO en fait non?

  4. Gilles Domenech (835 comments) dit :

    @ Charlotte:
    Mo minérale? Tu es sûre 😉 ?
    Les indications de Ducerf sont bien sûr intéressantes et à prendre en considération. Oui, je pense qu’un couvert végétal serait intéressant, ainsi qu’un mulch à mettre à l’automne/hiver, éventuellement à partie des résidus de culture du potager d’été.

    @ Isabelle: Disons que c’est un des nombreux modes de culture biologique, en l’occurrence en suivant les préceptes énoncés par Pierre Rabhi. Le jardinage sol vivant que je propose s’en rapproche sur de nombreux, mais diffère quand meme, par exemple en ce qui concerne le compostage.

  5. cottet pierre (153 comments) dit :

    la soixantaine passée j’ai l’impression de relire la même chose d’un livre a l’autre . pour moi le vrai secret du jardinage c’est le sol vivant et pour cela il faut le couvrir en permanence . c’est tout simple mais pas évident pour ceux qui aiment se compliquer l’existence et qui veulent suivre les traces des ainées ; a chacun de voir moi mon choix est fait et je ne retournerais pas en arrière ;

  6. SUBRA Jacques (132 comments) dit :

    @ COTTET PIERRE
    Je partage entièrement ton point de vue: tous les manuels de jardinage se ressemblent peu ou prou. La motivation principale des auteurs est, je pense, de se faire connaitre et en tirer quelques bénéfices.Autour de moi, beaucoup connaissent ma façon de jardiner depuis des années, voient les résultats positifs, mais aucuns n’appliquent la méthode de la couverture permanente, j’avoue que c’est un peu désespérant. Les habitudes et les idées reçues ont la vie dure! Il est encore généralement admis qu’il faut « travailler » le sol alors que les organismes et les vers de terre font très bien le travail à notre place.
    Courage! soyons persévérants, cela finira bien par payer!

  7. franck (29 comments) dit :

    Bonjour,
    Ayant découvert ce site extra et cette méthode fabuleuse et tellement évidente depuis une quinzaine de jours,je suis totalement convaincu par la méthode mais ce n’est pas si facile à mettre en oeuvre et le doute demeure toujours un peu ,le temps de lancer ce processus tellement naturel;à savoir si on fait bien et si on ne va pas tout gâcher en introduisant du brf au mauvais moment ou en paillant avec des matières qui vont amener plus de mauvaises graines qu’elles ne vont faire d’effets!
    J’ai changé ma façon de voir mon jardin depuis la découverte de cette manière de jardiner mais je suis en pleine interrogation sur la mise en pratique au quotidien.
    Alors oui,soyez persévérants car nous en avons besoin!
    Merci à tous pour toutes ces infos et continuez à être persévérants pour aider des gens comme moi!
    A+

  8. cottet pierre (153 comments) dit :

    @ franck . il est un peu tard pour commencer le jardin sans travail du sol ; en principe il faut commencer a l’automne . je te conseille de ne rien modifier a tes habitudes pour la saison 2012 . il faudra seulement recourir d’avantage aux paillages au cours de la saison pour préparer le sol au changement de pratique culturale; si ton sol est argileux utiliser le brf avec parcimonie( un cm tous les ans ) . un sol qui a été retourné et piétiné met plus de temps a redevenir vivant . certains disent 5 ans . pour les miracles il faudra de la patience . 5 ans c’est long mais cela permet au jardinier de se familiariser avec de nouvelles pratiques . j’ai débuté avec le brf seul ce qui a été pour moi une erreur depuis je suis passé a la méthode soltner et j’utilise le brf , les feuilles , le compost, les tontes de gazon et cette année j’ai semer une planche d’engrais vert . mon seul souci c’est les limaçons .

  9. franck (29 comments) dit :

    J’ai malheureusement labouré mon jardin juste avant de découvrir la methode.Cependant cela fait 4 ans que je sème soit de la moutarde soit du trèfle incarnat derrière les pommes de terre ce qui améliore extraordinairement la structure.J’ai donc fait comme d’habitude pour mes oignons echalotes et pommes de terre mais je vais tenter de couvrir les entre rangs avec du carton et des déchets quelconques.Pour ma salade,j’ai posé des cartons au sol et fait des trous dedans pour repiquer les pieds.Au pied des framboisiers et autour de la bache des fraisiers j’ai mis du brf.Je vais tenter de couvrir le plus possible;j’ai acheté le livre de d soltner que je trouve extra mais ce qui m’inquiète ce sont les graines de foin que je vais apporter à foison.Ma salade semée il y a 5 jrs sort super bien mais comment faire pour la protéger?
    J’ai bien envie de surtout utiliser le brf(mon sol serait plutôt sablo-argileux)et des paillis autres que le foin qui m’inquiète bcp malgré la quantité disponible(je suis frère de paysan).Est ce que les fougères sont intéressantes en terme de couvert et en valeur nutritive?Il doit y avoir plein de couverts possible pour remplacer le foin qui est une mine de graines
    Depuis que je lis ce site ,je n’ose plus toucher la terre de peur de mal agir,c’est idiot!!

  10. cottet pierre (153 comments) dit :

    @franck les graines de foins ne sont pas un problème avec cette technique puisque que le sol est toujours recouvert . je n’ai pas de foin , j’utilise les feuilles a l’automne et les tontes de gazon a la belle saison . les limaçons sont un réel problème avec cette pratique . il parait qu’il y en a moins en sol sableux . ce qui est sur c’est qui ne faut plus retourner ni piétiner le sol . les fougères en paillage pourquoi pas . il faut utiliser en priorité ce que l’on trouve dans son environnement . en 2011 j’ai mis des orties sur les planches que j’ai recouvert de feuilles

  11. franck (29 comments) dit :

    très intéressant les orties et facile à trouver en abondance

  12. alain fontes (4 comments) dit :

    Bonjour, le blog est il maintenu,je m intéresse à toutes les techniques indiquées et aimerai avoir des évaluations après 2 ans de recul

    • Gilles Domenech (835 comments) dit :

      Bonjour Alain,
      De quel blog parles-tu et de quelles sont les techniques expérimentées depuis 2 ans ? Où ont lieu ces essais ?

      • alain fontes (4 comments) dit :

        Ben je lisais des commentaires relatifs à la sortie d un livre traitant de belles techniques terre vivante,datés de plus de 2ans. Je n y ai trouvé aucun commentaire récent. Ceci a partir du site jardinonssolvivant.fr
        Le. Livre est le manuel des techniques agro écologiques.
        Je m intéresse à ces techniques en tant que jardinier amateur, et en tant qu’ écologiste convaincu (mais pas engagé politiquement dans des guerres de religion)
        Convaincu qu’ on a une responsabilités vis à vis de nos enfants
        Je demandais de l info après les expérimentations préconisées ds ce livre, peut être existé t il un nouveau forum

        • Gilles Domenech (835 comments) dit :

          D’accord, je comprends mieux.
          Cet article a été publié en mai 2011 et, comme souvent, les commentaires sont nombreux dans les jours qui suivent puis s’arrêtent.
          Concernant ce livre, il a été publié par Terre et Humanisme et non Terre Vivante.
          Je pense que le mieux est de les contacter directement. Leur site est en lien sur le menu de droite.
          Il organisent aussi des visites gratuites, tous les lundi il me semble.

  13. alain fontes (4 comments) dit :

    En tout cas merci d avoir répondu….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.