Note de Gilles : je vous propose ici de répondre à la question de Brigitte concernant l’état de son compost envahi de larves de tipules et ce qu’elle doit faire face à cette situation.

La semaine dernière, gonflée à bloc, ils faisait si beau que j’en ai profité pour travailler au jardin.
Toute heureuse de pouvoir enfin faire bénéficier mon jardin d’un beau compost, je me suis décidée à
l’utiliser pour quelques vivaces. Je ne sais plus quand, je l’avais vérifié, il était tout grumeleux et dans la
main il  » coulait « , bien foncé il sentait bon la forêt et de plus au printemps dernier je lui avais
ajouté du BRF bien mûr avec plein de filaments de mycélium.

Mon composteur est constitué de trois cases grillagées et le BRF de l’automne 2012 en sacs avait été jeté
dans une deuxième case tout à côté du compost. Actuellement à la place du BRF un autre compost est en route,
ils sont à chaque fois recouvert d’une bâche en plastique noire.

 

Le site de compostage

Le site de compostage

Et donc c’est avec joie que je commence à le découvrir, j’y glisse la main et avec horreur je perçois
une sorte de grouillement, en y regardant de plus près je découvre des petits vers marrons, plein de
petits vers, il y en a des centaines ! Toute la surface du compost en fait en est recouvert et ce n’est
pas une centaine mais des milliers !!!

Compost envahi de larves !

Compost envahi de larves !

L’année dernière ce fut des larves de cétoines que j’y avais trouvé et sur le net ils disaient qu’ils
sont d’une grande utilité au compost parce qu’ils participent avec les vers de terre à la transformation
des matières organiques. Je les avais donc remis dans le compost.

Larves de cétoines

Larves de cétoines observées l’année dernière

Et cette fois qu’est ce donc ces petits vers marrons ? cela m’inquiète car comment pourrais je tous les
enlever, il y en a beaucoup trop !

Je cours jusqu’à mon ordinateur pour lancer une recherche sur le net et j’apprends que ce sont des larves
de Diptères, peut être des tipules, les gros moustiques que nous appelons les cousins et je découvre qu’ils dévorent les racines
des plantes potagères, des graminées et du gazon…moi qui voulais en mettre aux pieds des vivaces ! je suis catastrophée
il y en a tellement que jamais je vais pouvoir tous les enlever !!!

Note de Gilles : suite aux commentaire ci-dessous, il semblerait que ce soient plutôt des mouches soldats.

Gros plan sur une de ces larves

Gros plan sur une de ces larves de Diptère (sans doute mouche soldat)

Et il me revient en mémoire que j’en avais vu ailleurs au jardin au pied d’un cerisier mais j’étais si
préocupée à ce moment là que je n’avais pas réagi.
Les témoignages sur les forums, les blogs ne sont pas pour m’encourager parce que je n’y trouve pas de
moyens écologiques pour lutter…à part inoculer une bactérie (Steinernema feltiae) aux larves en diluant
des nématodes en poudre dans l’eau d’arrosage…il me faudra encore acheter ! N’y a t’il pas dans la nature,
une plante qui les feraient fuir ?
Ou bien une astuce quelconque ? je pensais épandre de la cendre de bois sur tout le terrain ?

A force de tourner en rond, je me suis adressée à Gilles qui m’a proposé de venir vous en parler ici sur
son blog, peut être que parmi vous il y a eu quelqu’un qui a été confronté à cette invasion et qu’il a su
contourner le problème ?
Encore une fois, merci Gilles pour l’aide que tu m’apportes.

Ces vers aiment les terrains humides et ça ne m’étonnent pas d’en trouver parce que nous avons un hiver
très pluvieux et l’année dernière je n’en avais pas vu…

J’en suis à croiser les doigts parce que tous mes efforts pour couvrir mon jardin de matières végétales
me donnaient entièrement satisfaction : économie d’arrosage et une terre tellement plus souple dans un
sol argileux.

Brigitte


Tagged with →  

53 Responses to Compost envahi de larves de diptères : que faire ? par Brigitte Leyssenne

  1. Pépin Denis (5 comments) dit :

    Bonjour
    il faudrait une photo plus précise, plus nette, plus proche de ces vers.
    A ce que je vois, je doute que ce soient des larves de tipules. Mais, même sans les voir, je suis quasi certain que ce n’en sont pas. Pourquoi ? parce les larves de tipules mangent les racines vivantes des plantes, notamment les graminées. Donc, elles ne peuvent pas, a priori, être dans le compost.
    Je pense plutôt à des larves de mouche soldat. Ce sont des décomposeurs qui font le travail qu’on attend dans un tas de compost. Donc il n’y a pas à s’affoler. Elles ne toucheront pas aux plantes si le compost est épandu avec elles sur la terre.
    D’une manière générale, quand une bestiole se trouve dans le compost, c’est qu’elle y a intérêt. Si ce ne sont pas de squatters (rat, fourmi…) ce sont toujours des décomposeurs. Même si c’est repoussant, on leur dit merci de faire le travail.
    Denis Pépin, auteur de Composts et paillis, éditions terre vivante

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Denis Pépin,
      Merci pour votre réponse, à savoir sur les différents endroits où on peut rencontrer ces deux larves, j’ai pris d’autres photos que je vais envoyer à Gilles.
      Tant que je ne sais pas ce qu’elles sont je me suis empêchée de les détruire au cas où et puis  » l’expérience  » avec les larves de cétoine m’a incité à la réflexion, si elles y sont c’est qu’il y a une raison… au tout début dans ce compost il y avait des grosses mottes de terre remplies de racines, c’est pourquoi je me suis dit que cela ne pouvait être que  » ça « , moi qui suis novice au jardin, c’est pour moi encore plus difficile de faire la différence entre ces deux larves.
      Avant de répondre, je suis allée faire un tour sur le net et j’ai essayé d’y voir une différence sur des photos, pffff ! pas facile du tout !
      Brigitte

      • Denis Pépin (4 comments) dit :

        Bonjour Brigitte.
        Merci pour les photos que vous m’avez envoyées. Je confirme que ce ne sont pas des larves de tipules, ni de mouche de Saint Marc. A mon avis, ce sont des larves de mouche soldat (en dernier stage larvaire). Ce sont d’excellents décomposeurs bien connus des composts chauds et humides. Les larves sont comestibles aussi, si le coeur vous en dit !
        Gardez du compost avec ces larves dans un aquarium avec un couvercle grillagée, à l’abri de la pluie et vous verrez des adultes en sortir au printemps prochain. Là, vous pourrez confirmer définitivement si ce sont bien des mouches soldats.
        Denis Pépin, http://www.jardindespepins.fr

        • bertrand (7 comments) dit :

          merci, concernant les mouches soldats ,je suis surpris d’une découverte aussi tardive en saison, mais soit. C’est peut être du à leur arrivée tardive. Avec ce type d’aide sur place, le compostage c’est du gateau. On trouve bien des choses sérieuses sur cet insecte des zones chaudes. Mais celui là m’a amusé pour le design:
          http://www.sciencesetavenir.fr/insolite/20130729.OBS1380/cultivez-vos-mouches-pour-le-repas.html

          amicalement
          Bertrand

          • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

            Bonjour Bertrand,
            Vous êtes surpris que l’on en trouve en ce moment, est ce parce qu’ici nous avons un hiver doux et très pluvieux ? autour de moi dans la rue les gens disent qu’ici c’est rare d’avoir autant de pluies pendant la saison hivernale…
            En tous les cas, oui je m’en suis aperçue mon compost a changé depuis qu’elles y sont puisque les mottes de terre pleine de racines qui y étaient depuis l’hiver 2012/2013, je ne les retrouve plus du tout et j’en avais beaucoup, tout a été transformé ! Comme le dit Mr Pépin ce sont d’excellents décomposeurs ! là j’en ai bien la preuve !
            Amicalement,
            Brigitte

          • bertrand (7 comments) dit :

            merci,

            je voulais dire que quand on a cela dans un compost ,on le sait bien plus tôt en saison, Car cela est très visible. Et cela atteint de sacrées tailles. Dans le midi, la soit disant formatrice au compostage m’avait évoqué le nom de mouche des ânes. Si tu est en zone ou il peut faire froid , met tes prises avec de la nourriture en zone protégée du froid et ressort les au printemps .

            Ce sont de sacrés ouvriers. En revanche pour la consommation humaine,, cela dépend surtout de leur source alimentaire , car ces larves mangent tout…

            amicalement
            Bertrand

        • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

          Merci à vous Mr Pépin d’avoir pris la peine de consulter mes photos, j’ai fait selon votre conseil, j’ai pris un peu de ce compost avec les larves et je les ai mis dans une boîte en plastique recouvert d’une moustiquaire bien à l’abri sous une haie de troène….
          Amicalement,
          Brigitte

          • Robert Sarrail (1 comments) dit :

            Bonjour, j’ai un lombricompost envahi de larves de mouches soldat, trés bon composteurs, mais qui ont 3 inconvénients: 1) ils sont des concurrents déloyaux car mangent en nombre, trés vite et avant la décomposition complète des plantes, ne laissant rien aux vers – 2) Leur compost est acide, ce dont ont horreur les vers – 3) ils disparaissent en hiver et ne couvrent donc pas l’année=> comment les éliminer????

  2. Rodanien (2 comments) dit :

    Bonjour,
    j’ai eu ce genre ‘d’invasion’ sur une partie de mon jardin (70 m²), après quelques recherches et ‘frayeurs’, je croyais être envahi de tipules aussi.
    Faute d’avoir trouvé de solutions convenables, j’ai décidé de ne rien faire :)
    Grand bien m’a pris car les ‘tipules’ n’étaient en fait que des mouches de Saint-Marc*.
    Apparemment l’épaisse litières de feuilles que j’avais mis en place sur le BRF de l’année précédente leur avaient fortement convenus 😉
    Quelques photos des larves* http://goo.gl/xTBpvS
    Cordialement.

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Rodanien,
      J’aurais bien voulu réagir comme vous mais comme c’est mon tout premier compost et que je ne voulais pas acheter du fumier ou du bon terreau, ça m’a mis en grogne de ne pouvoir en disposer.
      A quel moment vous vous êtes aperçu que ce n’étaient pas des larves de tipules ?
      Brigitte

  3. éric (12 comments) dit :

    bonsoir,
    si c’est possible, pourquoi ne pas y laisser gratter une poule une 1/2 journée. En plus elle malaxera tout ça et l’affinera .

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Eric,
      Ah que j’aimerais en avoir des poules ! mais nous sommes nouveaux par ici et nous n’avons pas beaucoup de contact avec les voisins. Admettons que je puisse en  » louer  » une, je ne serais pas tranquille car notre terrain n’est pas fermé par du grillage, elle risque de s’en échapper…

  4. Marc (131 comments) dit :

    Franchement, aucune idée.
    Par contre si cette année est pluvieuse l’année dernière on a eu un hiver froid mais aussi pluvieux, automne pluvieux et je ne vous parle pas du printemps …
    J’espère que quelqu’un aura une idée.
    Je vois Rodanien qui parle de moi : « les ‘tipules’ n’étaient en fait que des mouches de Saint-Marc », je ne suis pas une mouche quand même … LOL

  5. Patrice Auffret (1 comments) dit :

    Ils ont une queue? Si oui ce sont des eristales (larve de syrphe très utile au jardin)
    Sinon le fait que ces larves se nourrissent de végétaux morts dans le composteur me laissent penser qu’elles sont sans danger pour les plantes vivantes).
    Si vous voulez vraiment vous en débarrasser, étalez une couche de qqs cm sur une bâche et laisser faire les rouges-gorges et leur copains à plumes. Ils en viendront à bout. Bon courage
    Patrice

  6. Pépin Denis (5 comments) dit :

    Pourquoi éliminer ces vers qui font un travail de décomposition et de compostage ?
    Les poules pourquoi pas, c’est une nourriture et donc un recyclage indirect de la matière organique
    Eristale ? Je ne pense pas. les larves d’éristales sont lisses et vivent franchement dans du liquide très riche en Matière organique. Là, on voit que les vers sont annelés.
    Denis Pépin http://www.jardindespepins.fr

  7. Sylviane (1 comments) dit :

    Bonjour Brigitte,

    Je penche plus aussi pour des larves de mouches de Saint Marc. http://aramel.free.fr/INSECTES15-31.shtml
    Si ces larves peuvent causer quelque dégâts en grand nombre, je pencherai pour attendre leur nymphose qui ne devrait pas tarder! Je me demandais néanmoins si la protection de votre compost par des bâches non respirantes et noires ne favorisent pas leur prolifération en masse en surface par augmentation de l’hygrométrie dès qu’il y a un peu de soleil!
    Cordialement

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Sylviane,
      J’ai plus ou moins été forcée de le recouvrir, en été il fait si chaud qu’il sèche et je n’ai rien d’autre que ces plastiques noires, et oui c’est vrai, vous avez raison, ce matériau ne peut qu’augmenter le taux d’hygrométrie, mais je ne dispose pas assez de matières végétales pour le recouvrir, j’ai préféré le garder pour le paillage des cultures. C’est une erreur je le sais…
      Cordialement,
      Brigitte

      • Pépin Denis (5 comments) dit :

        bonjour Brigitte,
        L’utilisation des matières végétales en paillis, plutôt qu’en couverture du tas de compost était le meilleur choix. Pailler est encore plus important que composter.
        Pour couvrir le tas, une vache convient très bien, à condition qu’elle ne soit pas tendue ni bloquer hermétiquement à la base du tas; donc, il faut qu’elle soit juste poser sur le tas, d’une manière lâche. Le compostage est un processus très simple, et favoriser la vie du sol est aussi très simple. Et sans effort physique qui plus est. Mais il faut partir sur de bonnes bases.
        J’aimerais recevoir de bonnes photos en direct pour identifier les larves. Il faut mettre sur la photo un objet donnant l’échelle, par exemple une pièce de 1 ou 5 cm d’euro. La larve de la mouche de Saint marc (Bibion) est très petite, et de couleur claire, comme on voit sur la photo. Celle de la mouche soldat est plus grosse, mais plus foncée.
        Et dans quelle région se situe ce compost, c’est important de le savoir.
        Denis Pépin, wwwjardindespepins.fr

        • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

          Monsieur Pépin, j’ai du relire plusieurs fois votre commentaire parce que je ne comprenais pas ce que venait faire une vache sur mon tas de compost, je pense qu’il y a une erreur de frappe et du coup je comprends mieux la suite…lol
          Mon tas est recouvert comme vous l’expliquez, juste sur le dessus et l’aération se fait donc sur les côtés.
          J’ai effectivement pris d’autres photos où j’y ai posé devant la larve un centimètre, je vais donc vous les envoyer directement sur votre site ?
          j’habite en Ardèche près de Privas…
          Cordialement,
          Brigitte

          • Pépin Denis (5 comments) dit :

            Oui, si possible.
            Dans le sud, avec la chaleur, c’est un argument de plus pour la mouche soldat. Reste à bien voir les asticots et leur taille pour confirmer le soupçon.
            Le b et le v sont très proches, le v de vache s’est imposée sous mon index à la place du b de vache. Pour couvrir le compost, la b(v)âche, c’est un pis aller. Des fougères, des feuilles mortes, de la paille, c’est mieux. Des serpillères usées, ça marche aussi, mais c’est moins beau.
            Denis Pépin http://www.jardindespepins.fr

  8. bertrand (7 comments) dit :

    bonsoir,

    des larves de tipules , à cette saison et sous un plastique :
    http://www.insectes-net.fr/tipule/tipul2.htm

    pourquoi ne pas enlever le plastique et d’attendre. . Tu mettras ton compost dans deux mois .

    amicalement
    Bertrand

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Bertrand,
      Depuis ma découverte je n’ai pas remis le plastique noir et les larves se sont enfouies un peu plus dans le compost, elles sont plus difficile à déloger…mais une remarque me vient à l’esprit, elles font comme les vers de terre, quand il pleut énormément elles remontent à la surface de peur de se noyer…
      Cordialement,
      Brigitte

  9. Martina (1 comments) dit :

    Mon tas de compost n’est pas recouvert, je laisse le temps au temps et les prédateurs faire leur boulot
    Je n’ai pas identifié la bestiole, la photo n’est pas assez parlante, juste un conseil : aérer le compost de temps en temps, même en hiver et surtout quand il a beaucoup plu

    Cordialement
    M

  10. benoit (26 comments) dit :

    salut j’ai l’impression que ton compost est tres mouillé, peut etre que tu peux ajouter des feuilles mortes ou de la paille pou assécher un peu, et moi j’éviterais de couvrir avec un plastique, personellement j’utilise paille et filet genre filet pour les olives,,, je rejoins aussi les amis ki disent ke si les larves sont dans le compost il est presque évident qu’elles s’y trouvent bien, et je doute qu’elles mangent les plantes vertes et fraiches… 😀

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Benoît,
      Sur la photo effectivement le compost est très mouillé, c’est une photo qui a été prise après des jours de pluie diluvienne et entre deux averses surtout que je ne l’avais pas recouvert depuis ma constatation. La terre que j’ai est très argileuse, ce qu’on y voit en fait ce sont les grosses mottes de terre que j’y avais mis, des mottes de racines qui se sont complètement transformées d’où cet aspect…
      Brigitte

  11. frederic (9 comments) dit :

    Vous pouvez couvrir votre compost avec de vieilles toiles de jute , elles conservent suffisamment l’humidité sans « étouffer »..et ne paniquez pas , je rejoins l’avis général :)

  12. probio (1 comments) dit :

    quelle quantité?je répandrais tout en surfacemince pour les oiseaux car la nature est bien faite. Ou si tu paniques, cendres sèches, sable et décapeur thermique ou autre brûleur.
    confiance!

  13. dussart denis (1 comments) dit :

    bonjour moi je mettrai de l eau bouillante mais seulement quand je serai sur de se que c est amicalement

  14. Lo (5 comments) dit :

    Bonjour
    Je mettrais des poules à picorer sur le tas si vous en avez. Peut-être est-ce le moment de s en procurer deux ?
    Deux bonnes poules pondeuses !
    Ces larves seraient une excellente source de protéines pour ces gallinacées.
    Bonne journée

  15. Nathalie (8 comments) dit :

    Bonjour à tous,

    J’ai plusieurs tas de compost et à plusieurs endroits ( sur mon lieu de travail et chez moi), ils sont alimentés de matières oragniques différentes par exemple 1 bac récupère les déchets d’un magasin de légume à proximité, 1 autre les dechets verts et copeaux de bois, un autre en tas les dechets de jardinage broyés …
    -Je ne suis pas experte en insectes mais ce qui est sûr c’est que pour maintenir un équilibre dans la décomposition, il faut régulièrement vérifier le taux d’humidité et donc d’oxygène, dans la phase de décomposition par les insectes cela permet d’ observer les décomposeurs, de rajouter de la matières sèches ou d’arroser.
    -Le contenant est primordial, laisser respirer sans trop de perdition d’humidité et de chaleur, un bac en bois fermer, un tas bien isolé par une épaisse couche de paille, le plastique n’est pas un bon isolant, empèche les échanges gazeux et ne protège pas du gel….
    Cette pratique évitent aux insectes dont les larves sont ravageuses de pondre sur le tas en pensant qu’il sera un future source de nourriture.
    Après ce petit topo que beaucoup connaissent déjà s’il est difficile d’examiner ces larves, le mieux est d’oxygéner le tas qui me parait trop humide, et de le filtrer pour ne garder que les matières organiques. Les larves peuvent être laisser en nourriture à la faune comme l’on dit nos chers amis si vraiment tu as un doute.
    Donne nous des nouvelles !

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Nathalie,
      Oxygéner le tas en le retournant d’accord facile à faire mais le filtrer pour ne garder que les matières organiques, là je suis embarrassée, parce que je veux éviter ce travail qui me paraît insurmontable, j’ai bien un tamis mais les mailles sont trop larges et puis les larves sont toutes fines…non décidément je ne crois pas que je vais pouvoir le faire.
      J’en donnerais des nouvelles parce qu’avec tous les commentaires de chacun, j’arriverai bien à trouver une solution !
      Amicalement,
      Brigitte

  16. SUBRA Jacques (130 comments) dit :

    Bonjour Brigitte
    Je rejoint tous les commentaires et remarques faites sur ce sujet. Je n’ai pas pu moi non plus identifier ces « envahisseurs ». J’insisterai sur un point, le compostage est une technique rigoureuse si l’on veut obtenir un produit fini de qualité.
    Equilibre entre matière sèche et verte. Maîtrise de l’humidité. Retournement si nécessaire en fonction de la fermentation, et ne JAMAIS couvrir avec une bâche plastique. Le compost est vivant, il doit pouvoir respirer, la couverture idéale est la paille, le foin ou la fougère sur dix cm minimum d’épaisseur. Cela permet les échanges gazeux et protège de la pluie. Un compost atteint son efficacité maximum entre 6 et 10 mois selon les matières employées et la température ambiante ( la fermentation est plus rapide en été ) au-dela d’un an il perd beaucoup de ses qualités et c’est souvent a ce moment la, surtout s’il est trop humide, qu’il est envahi par des indésirables. Quand il me reste du compost d’un an inemployé, je le stockes à l’abris dans des sacs papiers récupéré chez un boulanger.
    Encore une fois, on mesure la difficulté de jardiner sol vivant! Bon courage.
    Jacques

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Bonsoir Jacques,
      Oui oui avec toutes les réponses ici je me rends bien compte que de recouvrir le tas de compost avec du plastique noir, ce n’était vraiment pas la solution idéale…de plus vous venez de répondre à une question que je me posais : que faire de son compost mûr quand on ne peut pas l’employer de suite ? les sacs en papier des boulangers, je n’y aurais pas pensé…
      Et c’est vrai qu’il y a plein de paramètres auxquels on ne pense pas quand on se lance dans le jardinage sol vivant mais malgré toutes les difficultés je trouve cette façon tellement plus raisonnable, tellement plus respectueuse de la nature…
      Je veux revenir sur les conseils que vous m’avez donné l’année dernière sur les nids de fourmis que j’ai en trop grand nombre au jardin, les déranger a été  » miraculeux  » maintenant je n’ai plus aucun soucis…si je peux m’exprimer ainsi : ensemble avec elles nous collaborons !
      Merci Jacques,
      Brigitte

      • Maurice (11 comments) dit :

        où trouver ces conseils sur les nids de fourmis, une recherche sur le site s’avère infructueuse ;-(
        merci.

        • Gilles Domenech (789 comments) dit :

          En effet, je n’en ai jamais parlé, que voulez savoir sur les fourmis ?

          • maumau (2 comments) dit :

            comment éviter qu’elles ne récoltent les granulés bio anti-limaces…

          • Gilles Domenech (789 comments) dit :

            @ Maurice :
            Oui, en effet, ce peut être un problème. Je n’ai jamais été confronté à ce problème au jardin.
            Dans la maison, il y a divers trucs qui marchent : citron moisi déposé sur leur parcours ou pour toi, à proximité des plants à protéger. Certains évoquent aussi le marc de café (j’ai jamais essayé car je ne bois pas de café…). sinon, il y a de bon répulsifs bio dans le commerce (j’en ai déjà essayé un à l’huile neem qui fonctionne bien).

        • carlier (113 comments) dit :

          bonjour Brigitte,

          il faut que tu sois vraiment rassurée , Sans tout savoir, on peut faire. D’ailleurs je connais bien des prétendus scientifiques qui n’ont strictement aucune idée des édaphons des lieux qu’ils expertisent. Maintenant, jardiner sol vivant ne veut pas dire ne pas remuer la terre. Cela veut dire induire et cultiver la vie et non un désert. Il a été enseigné et ou recommandé pendant des années des techniques simplistes consistant à supprimer la vie pour valoriser les semences et plants à la vente avec les produits afférant.

          Mais soit rassurée on peut faire autrement. Cela surprend, cela questionne presque tous les jours, mais franchement quand on y a goûté, on peut difficilement s’en passer…

          amicalement
          Bertrand

  17. Charlotte (4 comments) dit :

    En décembre, en transplantant des pieds de fraisiers dans une butte nouvellement créée, j’ai constaté la présence de plusieurs centaines de larves grouillantes qui ressemblaient aux vôtres. Assez inquiète de savoir si c’était des ravageuses de potager, j’ai prélevé le plus grand nombre dans un bocal avec pour idée de les identifier plus tard. Or ces larves n’étaient présentes que dans une couche de BRF bien sec que j’avais installée en montant ma butte sandwich quelques semaines auparavant et comme insérées entre les couches d’écorces des morceaux les plus gros. Je me suis donc dit qu’elles participaient à la décomposition du bois et je me suis posé la question de savoir si ce n’était pas des insectes xylophores… Depuis, personne de mon entourage n’a pu m’aider à préciser leur identité…

  18. Michel Martin (8 comments) dit :

    Si tu dépose ton compost sur un grillage, lui-même posé sur un creux ou un récipient, les bestioles vont tomber dedans. C’est comme ça que les pêcheurs qui font leurs asticots les séparent des restes (têtes de poisson, carcasses..) sur lesquels ils se sont nourris.

  19. lozach Norbert (1 comments) dit :

    Je pense que mes poules feraient un très bon repas avec ses stipules ,sur mes tas de composte le plus dur c est de les retirer du tas de composte ,je ne les laisse sur le tas que quant la fermentation à bien démarrer et la rien ne leurs résistent ( mulot souris et autre insecte,même le frelon asiatique les redoutes et vas voir ailleurs.

  20. frederik krielaart (1 comments) dit :

    Bonjour à tous,
    j’ai un voisin éleveur qui laisse le fumier se décomposer en humus à l’air libre, il devient noir et poudreux, ce sont les courtilières qui font le travail, par contre ne pas l’utiliser au jardin pour en éviter l’importation.
    Je mets quotidiennement les déchets dans un trou de bêche le long du rang de CULTURE rang après rang par parcelle en fonction de la mise en culture de chaque parcelle, print, été, automn, hiver, et un coup de motoculteur deux trois mois après, c’est nickel et utilisable par les plantes, transformation de la matière par les différents hôtes de la terre durant les trois mois.
    Pour utiliser le compost en cours de fermentation, cultiver des potimarrons, tomates et pommes de terre, il sera camouflé et assaini.
    Les poules sont excellentes pour un compost, non seulement elles mangeront certains restes et feront le retournement gratuitement avec des œufs en sus.
    Frederik

  21. cottet pierre (153 comments) dit :

    on parle souvent du sol vivant sur ce blog . je ne sais pas si l’on peut trouver plus vivant qu’un tas de compost .il y a ceux que l’on voit et ceux que l’on ne voit pas qui sont encore plus nombreux . les silos fermés favorisent la prolifération de certains insectes ;

  22. sangare (1 comments) dit :

    Bonsoir Brigitte
    Je n’ai aucune expérience des tipules, mais j’ai trouvé des conseils qui pourraient vous intéresser à cette adresse sur Internet
    http://www.aujardin.info/fiches/maladies/larve-tipule
    J’espère que ça aidera

    Djibril

  23. jako (2 comments) dit :

    En accord avec les commentaires . Perso je recommanderais un retournement du tas pour décompacter et rapporter de l’oxygéne et l’introduction de matiére carbonée pour assécher ce compost beaucoup trop humide . Sous forme de boîte à oeuf ,carton ondulée etc… en conséquence qui pomperont rapidement l’excés d’humidité et seront vite dégradés par les vers et micro-organisme. La plastique comme couverture présente le désavantage de produire de la condensation liée a la chaleur même minime produite par la dégradation des déchets qui se de fait surhumidifie le tout. Par ailleurs,ne pas hésiter à avoir la main lourde sur les apports carbonés car on a souvent tendance à ne pas en mettre assez . De plus l’apport de matiére carbonée influe directement sur la structure du compost ,sa granulométrie et facilite grandement l’asséchement du compost mûr .

  24. Gilles Domenech (789 comments) dit :

    Brigitte m’a communiqué des photos plus précises d’une de ces larves, j’en ai insérée une dans l’article, merci à ceux d’entre vous qui ont des connaissances en entomologie d’aider à l’identification !

    • Inès (1 comments) dit :

      Bonjour Gilles,

      Je suis ce fil de discussion pour savoir quelle est cette larve ;
      toutefois, j’ai l’impression que la photo nouvellement ajoutée est légendée « gros plan de larve de tipule » ????
      par ailleurs, pourquoi n’avoir pas mis la nouvelle photo à la suite de la réponse de Denis Pepin qui en demandait de plus près ?
      Enfin, le titre du post devrait , me semble-t’il être changé, par, par exemple,  » quelles larves sont abondantes dans le compost , »

      • Gilles Domenech (789 comments) dit :

        effectivement, j’ai modifié la légende, annoté l’article et remplacé tipule par Diptère, c’est plus global et on est sûr de ne pas se tromper.

        • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

          Merci Gilles, je n’osais te le demander…il est vrai que je me suis trop précipitée pour leur donner un nom mais j’étais si paniquée à l’idée de voir mon jardin disparaître.
          En tous les cas, je remercie tous ceux qui sont venus répondre, la participation de chacun m’a permis de me remettre en question, ce fut une belle  » aventure  » où j’aurais encore appris, quand je vous disais que je suis novice au jardin moi même je ne savais pas à quel point ! Jardiner sol vivant, c’est à ces trois mots que je réalise complètement combien le jardin est vivant, ces trois mots s’appliquent à merveille sur notre pratique du non labour de nos jardins. Depuis que je jardine ainsi je rencontre tellement de situations merveilleuses ! Pourtant je pratique ainsi que depuis 2012 et j’en ai encore tellement à découvrir !
          Donc il s’avère que ce sont des larves de mouches soldat…difficile tout de même de les identifier, de plus, je ne savais pas que l’on pouvait en trouver en si grand nombre dans un même endroit…
          Une fois de plus merci Gilles pour l’aide que tu as bien voulu m’apporter.
          Brigitte

  25. Choche (1 comments) dit :

    Les mouches soldats noires aident à fabriquer les composts, c’est un avantage de plus pour votre jardin. Aussi, il est très rapide et efficace. Les inconvénients des mouches soldats noires sont peu!

  26. Clement (1 comments) dit :

    Et oui, c’est toujours énervant, les larves sont les ennemis jurés des jardiniers merci à vous de nous avoir donné ces astuces, pour les passionnés de fleurs et de plantes comme moi, ce genre d’article est une mine d’or, je vous souhaite bonne continuation et à vous lire prochainement.

  27. Bruno campana (1 comments) dit :

    Bonjour,

    En principe les Mouches soldats noirs ou Black Soldier Fly BSF ne pénètrent pas dans les lombricomposteur si ils sont bien fermés.
    Il faut savoir que les BSF ne pondent pas dans le compost mais au dessus ou à coté le plus souvent sur les tissus, cartons ou couvercles qui recouvrent la matière fraiche. Pour éviter les pontes il convient donc de bien fermer les lombricomposteurs et de les recouvrir d’un tissus limitant ainsi au maximum l’accés des BSF à l’intérieur du lombricomposteur . Si ponte il y a il convient de retirer les tissus ou cartons qui sont sur la matière et de les remplacer. Il convient aussi de nettoyer l’intérieur du capot pour retirer les éventuelles pontes. Une fois ces précautions prises le nombre de larves va graduellement diminuer et petit à petit s’épuiser les lombrics reprendront rapidement l’avantage. Si il y a un pullulement je conseillerais de retirer le plateau ou niveau envahi (pour les lombricomposteur verticaux) et de le vider dans un poulailler par exemple (les poules adorent les larves de BSF) puis de repartir après avoir soigneusement nettoyé : le plateau, le capot et avoir remplacé les couvertures. On peut aussi ne rien faire et attendre que la température baissant les lombrics reprennent l’avantage sachant qu’ils se chargeront de transformer le compost laissé par les BSF en beau lombricompost.
    Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.