Je jardine depuis quelques années sur le modelé de mon père et de mon grand-père. C’est-à-dire le potager traditionnel avec une terre a nue et un désherbage régulier. Je vis dans une petite maison de ville juste à côté de Rouen.

Mon prénom c’est Loïc, j’ai 40 ans et je suis informaticien dans le domaine des réseaux et serveurs. J’ai déménagé dans cette maison de ville, il y a 3 ans et je suis passé de 2000m2 en campagne à 200m2 en ville. J’ai tenté de déménager mes méthodes de jardinage aussi, mais sans succès. La différence la plus frappante est au niveau de la terre, j’ai considérablement perdu en qualité, je suis passé d’une terre riche et fertile a une sorte de remblai sablonneux et complètement stérile. A l’œil on devine déjà que pas grand-chose ne poussera dessus. Vous pouvez creuser vous ne trouverai pas un ver.

Mes 2 premières années de culture ont été des échecs, il suffit d’oublier d’arroser un jour, pour que les graines semées crèvent le jour suivant. Et quand bien même vous arriviez à faire lever quelques choses, les légumes devenaient vite malades et chétifs.

L’année dernière j’avais installé 4 carrés de potager pour expérimenter un peu la technique et j’ai remarqué une légère amélioration. Il faut dire que j’avais au préalable apporté un peu de compost.

Seulement mon problème de sécheresse restait entier. C’est depuis cette année, après avoir fait des recherches sur internet, que j’ai découvert la méthode de Soltner. J’ai appliqué ses méthodes en les adaptant un peu à ma sauce et depuis mes planches et carrés de culture sont largement couverts de diffèrent paillage.

Mon potager en carré est couvert d’un paillage fait maison en récupérant un peu tous ce qui me tombe sous la main.

.

.

J’ai un jardin en lasagne couvert de paille et un autre couvert de feuille.

Le paillage a parfaitement réglé mon problème de sécheresse, la terre reste constamment humide et légère. Même en ce moment où le manque d’eau est important, je parviens à maintenir la terre fraiche.

Seulement le paillage a soulevé un problème au niveau des semis. J’ai donc mené quelques expériences de levée de radis sur différents paillages.

.

.

.

.

.

..

Expérience de semis sur différents paillage.

Pour ma première tentative de semis, j’ai simplement dégagé le paillage pour semer, et replacer une couche plus mince de cette couverture faite maison. Après quelques jours, la levée était plutôt bonne, malheureusement j’ai rencontré un autre problème dû au paillage : l’invasion des limaces, du coup j’ai quasiment tout perdu..

.

Ensuite j’ai essayé de semer directement sur le paillage. Je précise que sur mon potager en carré, le paillage fait au moins 7 cm. Pour résumer cette tentative, je dirais que le résultat est quasi nul si vous semer juste sur le paillage. Par contre, le simple fait de tapoter le paillage pour faire descendre les graines a amélioré le résultat. Mais il reste moins bon que dans la première méthode.

.

.

.

.


.

.

Pour ma 3eme tentative, j’ai semé sur un paillage constitué uniquement de feuille morte. En ramassant le tas de feuille morte qui était reste tout l’hiver en place, j’ai remarqué que sous les premières feuilles de surface, qui entaient très sèches, l’intérieur du tas était bien humide. D’ailleurs les noyaux des prunes tombés dedans commençaient à germer. Je me suis dit que mes radis pourraient germer aussi, et je trouve que le résultat était plutôt bon. J’ai l’impression que les feuilles gardent mieux l’humidité et même si la graine n’atteint pas la terre, elle germe dans les feuilles et sa racine fini par descendre jusqu’à la terre.

.

Les 3 expériences de semis sur paillage restent peu concluantes dans l’ensemble face à la levée de graine de radis sous mini serre. Les mini serres offrent tous les avantages, elles augmentent la température, elles gardent mieux l’humidité et elles protègent les jeunes plans des limaces gloutonnes.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Mon objectif sur le long terme.

J’envisage de transformer mon terrain de 200m2 en une arche de Noé pour le vivant. Étant situé en pleine ville, j’aimerais pouvoir offrir un refuge a toutes les bestioles du coin. J’ai commencé par soigner mon sol, en lui apportant du fumier et du compost. J’ai pris soin de couvrir mon sol avec les déchets verts ramassés sur les trottoirs.

Aujourd’hui je regarde ma ville d’un autre œil : il y a quelques jours le service espace vert élagué les arbres d’une avenue, j’ai de suite saisi l’occasion de ramasser 2 remorques des jeunes branchages pour faire du BRF maison.

Depuis que chaque cm2 de mon sol est couvert, j’ai remarqué une améliorations de la fréquentation de mon terrains par les oiseaux. Je suis encore loin de la richesse du terrain de Jacques, mais j’y travaille et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pu prendre cette photo il y a quelques jours ! :-)

Tagged with →  

15 Responses to Découvrons le jardin de Loïc à Rouen

  1. Judith (3 comments) dit :

    Merci pour le partage de l’expérience ! Je tente aussi divers paillis improvisés pour pallier le manque d’eau et réactiver la vie… à suivre !

  2. fanfan naturellement (4 comments) dit :

    bravo ; merci beaucoup pour ce témoignage passionnant.

  3. concepcion (4 comments) dit :

    c’est formidable!!! Merci,pour cet exposé net et précis.Chapeau!!

  4. SIMON Anne (3 comments) dit :

    bonjour,bravo pour vos recherches.Je pratique cela depuis 3 ans;bon résultats,nature luxuriante et « heureuse ».
    Pour les limaces:1ère année,débordement;j’ai ramassé et porté ailleurs.
    2ème année,très raisonnable,et les régulateurs sont arrivés,notemment les carabes.J’en laisse même un peu,pour la diversité.Quelques plants sont affectés ou « avalés »,mais il est dit que ce sont les plus faibles;alors merci aussi les limaces;je prévois toujours quelques plants supplémentaires.Bonne suite.Anne

  5. Flint (1 comments) dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce retour d’expérience…concluante.
    De mon coté, je remarque que depuis 4 ans où j’utilise du BRF et que je laisse cohabiter des plantes « sauvages » dans le potager et au pied des arbres et de toute plantation, j’ai de moins en moins de soucis avec les ravageurs et les « maladies » cryptogamiques. J’ai le cas d’un cognassier que j’ai faillis couper tellement je le pensais perdu et en 2 ans de BRF il est à nouveau bien vivant et vert avec cette année une récolte de fruits prometteuse.

  6. SIMON Anne (3 comments) dit :

    Tout à fait juste;je vais essayer de sauver ,de
    cette manière,un abricotier massacré par une taille trop brutale et inutile.Leur parler et expliquer ce que l’on fait est important aussi; »on » nous aide alors.
    j’ai pu remarquer aussi,qu’en laissant les plantes sauvages aller au bout de leur cycle augmente considérablement la quantité d’insectes.C’est cela, pour moi ,le jardin bonheur.
    Tout sourit.

  7. subra jacques (130 comments) dit :

    mille bravos Loïc!!!! tu es en train de démontrer que même en pleine ville il est possible de créer un oasis de VIE!
    On attribue a Alphonse Allais la fameuse phrase:  » on devrait bâtir les villes a la campagne, l’air y est plus pur » pourquoi ne pas amener la campagne en ville comme tu le fait si bien? J’espère que tu vas faire des émules parmi tes voisins et collègues!! Connais-tu  » le jardin naturel » de Jean-Marie Lespinasse? il y a pleins de conseils sur le jardinage sous couvert permanent. Pour optimiser la surface cultivée, plante au pieds des légumes « haut » ( tomates, haricots grimpants, concombres grimpants…) des légumes « bas » ( salades, poireaux, betteraves….)
    Je suis impatient de voir l’évolution de ton  » arche de noé »
    au fil du temps….

  8. Dom' (1 comments) dit :

    salut,j’essaie aussi de préserver un terrain où j’ai crée
    une asso de jardin partagé,on y cultive dans des carrés afin de protéger un max le sol.Nous avons également planté une haie champêtre (180 arbres)que nous paillons abondamment (paille+brf) afin d’arroser le moins possible et de laisser faire la microfaune. Je profite de site comme le tien afin d’y puiser l’énergie que chacun nous communique.
    Merci donc de tes infos et jardinons vivant.

  9. guy (14 comments) dit :

    Bravo!

  10. cottet (23 comments) dit :

    je me suis mis a la méthode soltner cette année et j’ai subit l’attaque des limaces . malgré les 30 degrés de samedi 21/05 j’ai récolté avant la nuit une dizaine de grosses limaces oranges sur mes pdt . elles ont dévoré les petits pois ;un peu les tomates ; les salades ; les choux et les poivrons . conclusion j’ai repiqué trop tôt malgré la sécheresse. j’ai aussi semé des radis sur compost . très bonne levée mais j’ai mis du ferramol pour les tuer . les limaces aiment les sol argileux et la couverture permanente favorise la prolifération . j’ai des hérissons au jardin mais ce n’est pas suffisant pour lutter contre elles.en ce moment j’utilise des pots en plastique que je mets a l’emplacement des salades que je dois repiquer ;j’arrose la veille et je relèves mes pièges le matin . j’élimine ainsi des limaces mais il en revient toujours . cette méthode élimine la mauvaise herbe mais attire les limaces qui mange ce que l’on repique . en année humide ce doit être pire mais je vais trouver la solution .comme quoi en jardinage il n’y a pas de miracles seulement des choix en fonctions de ces convictions

  11. nestor40 (1 comments) dit :

    salut
    Bel exemple d’espace très bien exploité.
    je démarre cette année un jardin en buttes (enfin une seule pour l’instant, le reste est encore à plat). Tout a été recouvert de carton et/ou brf en fonction des zones.
    Effectivement c’est un élevage de limaces, j’espère que l’année prochaine cela ira mieux : les oeillets d’inde et les haricots ne tiennent pas une journée …
    Pratiques ces petites serres, elles sont à priori utilisables sur les buttes. Peux-tu me donner leur référence.
    Merci d’avance

  12. Loic (20 comments) dit :

    Bonjour nestor

    pour trouver les petite serre tu tapes « nursy tunnel » sur Google. tu trouveras differents fournisseurs. :)

  13. […] écrit deux articles sur ce blog : http://jardinonssolvivant.fr/le-potager-une-source-d-etonnement http://jardinonssolvivant.fr/jardin-loic-rouen1 Courant juillet, il a mis en vente un livre électronique destiné aux jardinier qui souhaitent […]

  14. vin bio (1 comments) dit :

    Bonjour Loic,

    J’aimerais savoir ce que vous pensez de (l’agri)culture en biodynamie? On en parle de plus en plus et je pense que c’est une bonne chose. Je milite en particulier pour le vin bio ou cultivé en biodynamie.

  15. seg rouen (1 comments) dit :

    les arbres carré tu a eu tes branches a sotteville rue du 14 juillet , ahahah!! merci pour ton exemple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.