Vous le savez peut être, j’ai un goût prononcé pour les terres argileuses que pourtant bien des jardiniers trouvent difficiles.
En fait, j’ai fait mes premiers jardins sur des sols argileux et notamment le jardin que j’ai cultivé de 2007 à 2011 dans le Gers chez mes parents (ce jardins est toujours cultivé mais je ne peux plus m’y impliquer en habitant à 400 km…).

Je vous propose dans cet article de tordre le cou à certaines idées reçues et à comprendre pourquoi ils sont si intéressants !

Terre argileuse déstructurée qui colle aux bottes !

Terre argileuse déstructurée qui colle aux bottes !

Quelques idées reçues à leur sujet

On entends souvent à leur sujet toutes sortes d’affirmations qu’elles sont pauvres, compactes, difficiles à travailler…

Qu’elles soient pauvre, rien n’est plus faux, au contraire, l’argile retient très bien les éléments nutritifs, j’y reviendrai un peu plus bas !

Qu’elles soient compactes, ça peut arriver, mais cela arrive aussi aux autres terres. C’est un problème de structure lié aux méthodes culturales et non un défaut inhérent aux sols argileux. En plus on confond souvent compact et dur. Or, en été, il est normal qu’un sol argileux sec soit dur, cela ne veux absolument pas dire qu’il est compact !

Qu’elles soient difficiles à travailler, en revanche, c’est incontestable, mais c’est justement là l’intérêt de plus les travailler 😉 !

Une lourde terre gasconne labourée à l'automne 2014

Une lourde terre gasconne labourée à l’automne 2014

quelques reproches justifiés

Cela dit, je peux bien sûr concéder que les sols argileux représentent à certains point de vue des défis pour les jardiniers et les agriculteurs, en voici quelques-uns :

La texture argileuse est composée de grain de terre très petits qui tendent à coller très fort, c’est pourquoi ces sols sont lourds et difficiles à travailler, en plus si on les travaille au début du printemps ça fait des mottes ensuite impossibles à casser. Bref, ces sols lorsqu’on veut les travailler mécaniquement sont vite une galère, mais je me doute que cela ne concerne pas les lecteurs de mon blog qui savent cultiver sans travailler leur terre 😉 !

Ce sont des sols qui peuvent contenir beaucoup d’eau et la garder plus longtemps, c’est pourquoi ils se réchauffent plus difficilement au printemps qu’une terre plus légère.

Enfin, ce sont des sols qui sont très favorables aux limaces. Je ne reviens pas sur ce point déjà traité à maintes reprise dans les articles et commentaires de ce blog !

Pourquoi ces sols sont-ils si intéressants ?

Mais les sols argileux ont au contraire de nombreux atouts :

– ils gardent l’eau :

Cela est source de quelques ennuis (réchauffement plus lent, limaces…) mais c’est là une des principales propriétés des terres argileuses : elles peuvent contenir beaucoup plus d’eau que des terres plus légères dans un même volume de terre. Et comme cette eau est contenue des pores extrêmement fins, elle est fortement liée aux matières minérales et du coup elle reste plus longtemps en cas de période sèche. Le seul défaut de cette eau est qu’une partie est tellement liée au argiles qu’elle est inaccessible pour les plantes, mais cela n’empêche pas qu’un sol argileux est globalement moins sensible à la sécheresse qu’un sol sableux par exemple. Actuellement, je cultive un mini jardin sur sol argileux devant la maison et un plus grand sur sol sableux ailleurs et à climat très semblable, le sol argileux reste humide beaucoup plus longtemps !

Une terre argileuse peut contenir beaucoup d'eau et sèche lentement !

Une terre argileuse peut contenir beaucoup d’eau et sèche lentement !

– Ils conservent les éléments nutritifs :

Les argiles sont de toutes petites particules dont certaines sont chargés électriquement. Ces charges électriques permettent de retenir facilement tous les élément chargés positivement dont les principaux sont le potassium, le magnésium, l’ammonium (ammoniac dissous) et bien d’autres. Les pédologues disent que l’argile à une forte CEC (Capacité d’Echange Cationique).

Ces argiles peuvent aussi se lié aux particules organiques (en particulier l’humus) qui sont elles aussi chargés négativement. Cette liaison se fait par l’intermédiaire d’éléments contenu deux charges positives : une se lie à l’argile, l’autre à l’humus pour former le complexe argilo-humique. Ce complexe augmente encore la CEC par rapport à l’argile seule.

Cela explique pourquoi la richesse minérale d’une terre argileuse est souvent meilleure que celle d’une terre sableuse qui a du mal à retenir autant d’élément minéraux !

– Ils sont riches en vers de terre :

Venons en à présent à des points plus biologiques : les sols argileux sont très favorables aux vers de terre qui creusent facilement des galeries stables dans ces terres. Un sol argileux non travaillé est une maison de luxe pour ces bestioles ! Il suffit donc de les nourrir et le tour est joué : les vers de terre se chargent alors de structurer au mieux votre terre ! Génial, non ?

Une terre argileuse non perturbée est souvent très riche en vers de terre comme l'illustre ce profil de sol très riche en galeries !

Une terre argileuse non perturbée est souvent très bien pourvu en vers de terre comme l’illustre ce profil de sol percé de galeries de bas en haut !

– Ils se structurent facilement et durablement par voie biologique

La conséquence de cela est que ces sols se structurent donc facilement par voie biologique : vu qu’ils sont souvent encore bien pourvus en vers de terre, le travail du sol est facile à supprimer et à remplacer par le travail biologique, c’est pour cela que j’affirme que les sols argileux sont ceux qui réagissent le mieux au non travail du sol !

Un ebook sur la mise en culture de ces sols

Mon collègue blogueur jardinier Nicolas Larzillière vient de sortir un nouvel ebook justement consacré à la mise en culture d’un sol argileux. Ce livre a le mérite d’être très clair et très facile d’accès et facile à mettre en oeuvre. Je reconnais que j’ai parfois des points de vue différents de lui sur les techniques à mettre en oeuvre mais dans l’ensemble son travail me plaît car il va dans le même sens que le mien, c’est à dire vers le moins possible de travail mécanique et le plus possible de travail biologique, c’est pourquoi je n’hésite pas à vous le recommander :

(cliquez sur l’image pour plus d’information sur cet ebook)

Tagged with →  

29 Responses to Les terres argileuses, les meilleures de toutes ?

  1. Marc (131 comments) dit :

    Oui, ce que tu dis est bien vrai Gilles !
    Et c’est une terre très riche qui plaît particulièrement aux arbres, aux grands arbres avec leurs racines profondes.

  2. Christophe G (51 comments) dit :

    Salut Gilles,

    Effectivement, je confirme.

    Lors des foires aux plantes, 99 % des jardiniers qui me disent :  » J’ai un problème, j’ai une mauvaise terre… »

    Quand je leur demande : – Quelle est la nature de votre terre ? Ils me répondent : « J’ai une terre argileuse… »

    – Alors vous avez de la chance… Le seul problème connu, c’est d’augmenter les risques d’une sortie de route quand on est au volant d’une Formule 1! Savez-vous piloter ?

    Et 99 % de jardiniers ont tous en commun d’ignorer le B.A.BA de la culture.
    Ils sont incultes !

    Tous les vieux cultivateurs connaissaient la valeur de ces terres ; mais ils savaient aussi qu’elles ne se travaillent pas quand on a le temps ou l’envie…

  3. Tardivel (3 comments) dit :

    Oui, une terre argileuse bien couverte, c’est une merveille d’onctuosité, tant pour les jardiniers que pour les plantations et les vers de terre, j’en ai fait l’expérience dans les Yvelines (terre argilo-calcaire) où j’ai souffert entre son ciment l’été et sa bouillasse l’hiver jusqu’à ce que je la couvre partout de 10-15 cm de cosses de sarrasin. Dans certains endroits, après 3 ans de couverture, je pouvais plonger la main dedans pour en extraire les bulbes de belles de nuit en excédent. Un bonheur !

  4. Emilio (30 comments) dit :

    Capacité d’Echange Cationique
    Salut Gilles , bravo d aborder ce theme qui est la cle de l energie dite libre et qui revolutionnera toute nos methodes agricoles. Meme les agronomes (j en suis aussi) ne comprennent pas toujours l importance de ces phenomenes.
    En gros , les elements nutritifs sous formes minerales assimilables sont positifs , les cations. Ils s activent en presence de l element majeur negatif du sol qui est l eau . Garder cette eau ou cette humidite , c est eviter l evaporation , couvrir le sol est imperatif pour engendrer la fertilite. Quand le sol argileux est aggrade , en refaisant une couche d humus (paillage , compost ) . Il se cree une difference de potentiel , un ph plus acide pour l argile , et un ph plus alcalin de surface, qui est l humus de matiere organique. Difference de potentiel entre – et + et donc excitation ionique.
    Un sol mort est un sol qui a ses elements mineraux mais dont les plantes ne sont plus capables de les assimiles. Tu as le coffre de tresor mais pas la cle pour l ouvrir , dommage lol
    Maintenant une capacite , c est un potentiel , qui le restera s il n est pas active, par un apport d humus et paillage . Ce sont des fondations de construction de sol agricole riche(ou reconstruction de ce qui existe en sol de foret), mais il y a un autre parametre .
    C est celui des arbres antennes , le captage d ions atmospheriques positifs qui seront achemines par des reseaux de vortex de tiges ou troncs , vers le sol . Cette partie electro ionique est couplee au magnetisme terrestre , mais il y a toujours la polarite du + et du – .
    Plus la difference de potentiel sera grande dans cette polarite , et plus il y aura fertilite. C est ce que font les forets amazoniennes sur un sol argileux pauvre. Avec un apport d humus de feuilles et du temps , ce que fait un bon jardinier permaculteur .
    Observer la nature , la copiee, c est ce qu a fait Schauberger et bien d autres .
    Et en pratique ¿. Ben c est tres simple , tu fais comme la foret , une antenne la plus haute possible , mínimum 3m je dirais , metallique et pointue , comme les pins ou cactus qui prosperent en terrain presque sterile , mais multiplient les pointes pour capter les ions du ciel.
    Les ions sont toujours en mouvement , c est leur definition meme. Energie sans masse , donc qui traversent toute matiere , les connections peuvent etre filaires comme notre electricite primitive des maisons, ou pas . Les ions se deplacent toujours en vortex , qui creent déjà des differences de potentiels , thermique et magnetique. Le magnetisme est toujours lie a ces phenomenes . C est important parce que ce magnetisme terrestre a un sens , le sud de la boussole etant le nord magnetique reel. Si on met des elements magnetiques , comme des grillages en zinc dans le sol , il faut les alignes sur ce magnetisme terrestre ou alors l oublier et faire une boucle .
    Les elements antennes et tube d antenne peuvent etre en cuivre , mais ce n est pas oblige non plus. Le cuivre est meilleur conducteur , mais les ions circuleront aussi bien dans un tube galvanise ou meme une barre d acier d armature beton. Et plus le terrain aura une capacite d echanges cationiques (les cations sont les ions positifs ) et plus les resultats seront bons. Mais une terre sableuse pauvre en CEC , peut etre facilement aggradee en y mettant des roches magnetiques , magnetite (la meilleure) basalte ou quartz laiteux par exemples. Ou enfoncer les antennes plus profondement , tout simplement , pour aller checher le contact avec l eau , ionisee negativement.
    Le principale croissance des vegetaux , ce n est meme pas la richesse organique ou minerale mais la capacite des plantes de retirer ces elements (et un des pricipaux etant l azote de l air). Sur l ile de la Reunion , les ecoulements de lave volcanique ne restent pas longtemps steriles et ce n est que de la roche , et rien d autres , tres coupante ce qui ionise l ambiance. Les plantes premieres arrivent par le vent , 2 ans et deja des fougeres . 5 ans des arbustes qui ajoutent de l humus de leurs feuilles et en 15 ans , c est une foret riche en biodiversite. La theorie des NPK en prend un sacre coup dans l aile.
    Pour mes resultats perso, terre argileuse de base , acide par les explosions de cendre volcanique et 30 cm environ de terre noire d humus des forets de milliers d annees.
    Productives mais pas tellement en horticulture , les pommes de terre , originaire de cette cordillere des Andes ne donnent pas des recoltes extraordinaires , autour de 2kg au m2 . bof et si bombarde de chimique de synthese , peu assimilable et donc contaminant, maxi 4 kg , idem pour les meilleures cultures organiques. Pas de quoi sauter de joie .
    Voila , en pratique du jour avec permaculture (pas de buttes ,l humus est deja du carbone, mais couvre sol) compostage (humus de lombrics et autre compost chaud). Mais surtout un systeme simple de ce qui est appele electroculture , qu il serait plus judicieux d appeler electro- magnetisme ou ionico magnetisme. Les limites de croissance deviennent celle de la genetique , un pied de piment qui fait envrion 80cm de hauteur , fait avec ce systeme 3 m . Idem pour persil , basilic , tres touffu et un gout energetique evident . les lombrics de terre sont nombreux aussi et la vie organique du sol est augmentee en consequence. Pour l instant , juste une serre d equipee , le reste est en cours , un petit jardín potager de 250 m2 . Permaculture et electroculture couplee , pas mieux .
    Et c est sans limite , reverdir les deserts , comme les allemands adeptes de Wilhelm Reich et Schauberger l ont fait en experience dans le desert algerien , suivant les memes príncipes et protocoles. En dynamisant l eau d irrigation.
    C est pour l instant , dans la mesure de nos connaissances energetiques , la seule solution pour nourrir une population humaine , sainement et energetiquement et en parfait accord avec notre milieu ambiant. Seul probleme pour les vendeurs ..le compteur , on le met ou ? c est gratuit et tres peu couteux en installation , d ou le probleme de generalisation de ces systemes. Sauf que le phosphate du NPK chimique tres peu assimilable , c est 15 ans maxi de ressource mondiale . Et après quoi ???
    Il est temps (presque ..) de changer de paradigme. Apres les chaos a venir , l interet sera plus grand , voire indispensable. En attendant il faut des pionniers , des eclaireurs . Ça vous tente ou pas ¿

    Pour les limaces , c est le mulch qui n est pas bon si vous avez une proliferation . Il faut un mulch riche en lignine et cellulose . Les 2. Ce sera un mulch de broyat , tres compact et qui en plus sera un mulch engrais de surface. Sinon , l humidite sous mulch servira de pepiniere a limaces , logique. Et si le mulch est trop aere , des autoroutes a limaces.
    Voila , long message , donc Gilles , c est toi qui voit , poubelle , publication ou tu le gardes pour toi . LOL

  5. Christophe G (51 comments) dit :

    Émilio,

    Ton commentaire est très intéressant.

    Pendant longtemps j’ai travaillé sur cette différence de potentiel,
    mais au final, sans réel impact sur le rendement des récoltes,
    je l’ai abandonné.

    Gilles avait publié l’un de mes articles sur le sujet : http://jardinonssolvivant.fr/electroculture/

    Belle journée. Cg

    • Surunpied (2 comments) dit :

      « This paper has attempted to explain why the Electro-Culture Committee was disbanded in 1936, and why their work has since faded into history despite their apparent conformation that Electro-Culture had a positive effect. The approach that the Committee took and their understandable lack of detailed biochemical and biophysical knowledge meant that they pursued an empirical approach that could not reach any form of practicable method of carrying out Electro-Culture based on Lemström’s technique. This was not acceptable to the Ministry of Agriculture and the Development Commission who were looking for practical results, especially in the face of some high-profile depreciatory results from other scientists overseas. Thus, what was seen as the failure of Electro-Culture was actually the failure of the Committee to fulfil its brief. The Electro-Cultural effect is real, and the Committee confirmed this through their careful experiments in the laboratory and in the field. » http://www2.warwick.ac.uk/fac/cross_fac/iatl/reinvention/issues/volume2issue1/kinahan/

      Effet sur les plantes… et (?) sur les bactéries du sol :  » Bacteria can sprout webs of electrical wiring that transform the soil into a geological battery, a team of researchers claims.  » http://www.nature.com/news/2007/070924/full/449388a.html

      • Emilio (30 comments) dit :

        Hi Surunpied
        “Conclusions
        it seems likely that Electro-Culture could still be employed profitably, especially now that electricity is much cheaper and more easily available…”
        As far as I am concern , I really don t care about the power supply of domestic electricity , I don t need it for my vegetable garden, because I don t use it. By the way , my systems of “electro-culture” (based on discoveries of Christofleau and Spechnew and others) still work well .. so , what does it mean ? it means that electricity with wire is unecessary , simple as that .

        C est un peu l histoire de Gilles avec l argile , l argile est une terre pauvre etc.. oui MAIS qui reagit superbement bien associee avec l humus , c est le fameux complexe argilo-humique. On dort mieux dans un lit douillet que sur un sol caillouteux (experience vecue lol).
        Pour faire simple , dans les recherches des annees 1930 et encore aujourd hui , il y a 2 courants (sic lol) dans l electroculture. Le courant “English way” qui utilise directement l electricite filaire , avec des hautes tensions ou des basses tensions (comme David- Wechsler aux USA avec un chargeur de telephone cellulaire) . et un autre courant , non anglo saxon , principalement francophone ou ukrainien russe comme Spechnew, qui utilise l ionisation (phenomene associe a l electricite filaire mais qui a ses proprietes propres et distinctes). La, pas besoin de generateur , de centrale electrique , bref d apport exterieur d energie electrique sous cette forme commercialisee. On prend ce qui est dans l air avec des antennes adequates, et on fait circuler ce qu on prend (les ions positifs de l air) pour les amenes dans le sol avec des capteurs condensateurs adequats , qui redistribuent la soupe dans le sol. Le magnetisme a aussi une importance decisive dans la reussite ou l echec des experiences.
        2 philosophies differentes et 2 methodes differentes .
        Notre but de permaculteur est l autonomie , la simplicite pour etre durable. Etre dependant du chimique pour ses fertilisants et pulverisations , c est un non sens , economiquement couteux et , meme 50 ans de propagande ne suffise pas a eliminer des milliers d annees de cultures et de connaissances . Choisir la voie electrique filaire , meme si elle s averait avoir de bons resultats , c est aussi ce meme non sens de dependance. L agriculture doit se suffire a elle meme. Pas de technification qui ne peuvent pas etre controlee et maitrisee par le paysan . Et d autant plus dans un monde en crise ou cette dependance electrique pourrait etre fatale surtout pour l alimentation . Le bon sens paysan , c est de ne pas mettre tous ses oeufs dans le meme panier. Un jardin potager , ou meme des cultures en plein champs doivent etre le plus autonomes possibles . Et cette voie de recherche anglo saxonne est biaisee par cet argumentaire, de non viabilite parce que pas autonome. Et en plus pourquoi faire complique quand on peut faire simple. L erreur du comite anglais , c est d avoir suivi cette voie et QUE cette voie. Une impasse . Life goes on , but not this way , that’s for sure .

        • Surunpied (2 comments) dit :

          Salut Emilio ,
          L’intérêt du texte – anglais mais récent- que j’ai cité réside d’abord à mes yeux dans le fait qu’il confirme la réalité d’un effet. Ceci est important car dans la bibliographie française -récente – l’électro-culture est reléguée au magasin des accessoires des idées abracadabrantesques. Et pourtant, quand on cherche un peu on peut voir qu’un certain nombre de travaux ont mis en évidence des effets physiologiques d’inductions électriques de formes diverses. Effets dont l’intérêt agricole n’est pas toujours avéré, loin s’en faut.

          Yours truly

        • Christophe G (51 comments) dit :

          Sauf que contrairement à ce que tu affirmes et fais dire à Gilles : les terres argileuses ne sont pas des terres pauvres.

          Quant à l’électroculture, elle n’a jamais été validée scientifiquement. Pendant un an, j’ai travaillé à la reproduction des travaux de Marcel Violet sans résultat sauf un décalage de quelques heures sur la germination sans aucun impact sur les rendements.

          À plusieurs électroculteurs se vantant sur le net de résultats incroyables, j’ai pris contact pour photographier leurs récoltes, mais tous ont refusé. Je me suis déplacé rencontrer le co-auteur d’un livre sur le sujet pour trouver chez lui un minuscule jardinet enherbé ! Pas de chance, c’était l’année où il ne cultivait pas.

          Bref, aujourd’hui on ne peut ni infirmer ni confirmer la plus-value de l’électroculture.

          Électriquement vôtre.

          • Emilio (30 comments) dit :

            Salut Christophe , je pense que ton post s adressait a Emilio et pas a Surunpied ¿
            Il n y a pas de terres pauvres en tant que telles , la terre est juste un element de croissance des plantes. Il y a l eau et l air . La lave , c est de la roche theoriquement inculte , puisqu il manque les NPK ..ET pourtant, les coulees de lave deviennent tres rapidement fertile , l ile de la Reunion en est un parfait exemple , du cote de St Philippe. Le cote magnetique , comme pour l argile.
            Terres argileuses , ce n est deja plus de l argile mais une argile agradee . L argile est sterile , mais a un potentiel , plus qu electrique qui est bien trop limitant mais ionique. C est un element acide , qui reagit tres fort avec un element plus basique comme l humus. C est cette reaction de complexe argilo humique qui “revele” le potentiel de l argile. Ce n est pas la terre argileuse qui est pauvre mais les pratiques agricoles de ceux qui la travaillent. Le mulch sous differentes formes , engrais verts qui devient un paillis, bref ce que font les forets , pas mieux dans l agradation du “pauvre” argile .J avoue que le pauvre ..oui , de mon message etait equivoque parce que pas developper. C etait de comprendre le pourquoi d un quasi consensus agricole, de “argile terre pauvre”. Mais je ne suis pas en desaccord avec Gilles , bien au contraire . Comprendre son ennemi , quelle est sa logique , c est deja le vaincre dirait Sun Tsu LOL. Autrement dit , le café est meilleur et se revele avec de l eau , en grain ce n est qu un potentiel . Apres il y a les esroqueries “scientifiques” qui veulent faire `passer les vessies pour des lanternes . Genre NPK (Nitrogen (azote en français) Phosphore et Potassium , abracadabra > ça devient nitrate , phosphate et potasse sous forme minerale en reaction avec des acides. L urine qui devient uree chimique. Et le bio officiel qui entretient ce flou “scientifique” en interdisant l urine pour les cultures bio , mais le sulfate de cuivre (bouillie bordelaise ) est abracadabra > autorise en bio .

            Valide scientifiquement ..par qui ¿ des observateurs neutres (est-ce possible ¿)ou des gens qui se diploment entre eux pour etablir des consensus d interets mercantiles.. ¿ l observation depend du positionnement de l observateur , c est quantique , et tres politique dans sa mediocrite , du tourne en rond sur un piedestal , et j eructe devant des cameras donc je suis. Lol. Bref , cette science sans conscience valide ce qu elle veut bien et toujours ce qui amene du profit pour quelques uns et se fout de l interet collectif au sens large , des etres vivants. Le NPK chimique est valide dans ce sens .

            J avais aussi construit un dynamiseur d eau Marcel Violet , j avais 17 ans et participait a un laboratoire reichien de recherche sur l orgonomie (Log) . Les plans , simples , etaient dans la revue reichienne de Sexpol des annees fin 70 . J avais aussi fabrique un generateur d ions negatifs en utilisant la THT du vieux televiseur de mes parents , qui avait crame juste quand il fallait , et encore avec les plans parus dans Sexpol. Et pas mal d autres appareils , j adore bricoler et mettre en pratique . Au labo , on avait un appareil Kirlian , qui photographie les auras , du moins celle qui est proche du corps physique. Et l eau dynamisee de Violet est passe en test. Et c etait net, en rapport avec une eau plus “morte” du robinet ou des eaux contaminees. Ça ne pouve rien, juste une experience qui en vaut d autres. A voir si les protocoles de construction sont respectes. Un exemple dans la ferme des Goursaline qui a voulu teste l electroculture. .. et qui a publie des resultats , ça ne marche pas en conclusion . Evidemment , c etait couru et mouru d avance et dans l oeuf. L antenne dans ce systeme ne doit pas etre mise en terre mais hors terre , isolee et reliee ensuite par un fil cuivre avec du grillage en zinc , pas un treillis metallique juste en acier de 10X10, en plus il manque le differentiel cuivre (ou zinc ) mais non relie. Grave erreur de depart , j ai fait un systeme similaire dans mon premier essai agricole d electroculture sous cette forme, en serre. Et j ai des resultats . Pas pour me vanter , pas de video you tube , j enverrai juste des photos a Gilles qui est interesse. Les autres systemes d electroculture que je suis en train de construire sont plus simples dans leurs realisations et j observe deja des choses que je n explique pas .. avec la boussole et le magnetisme . Les resultats sont importants parce qu ils montrent que .. Mais ce n est pas parce qu une automobile ne demarre pas qu elle n est pas potentiellement mobile.

            Les auteurs , peut etre parles-tu de Maxence Layet ¿ il semble que son livre comporte pas mal d erreurs et plus de theories ou experiences decrites mais pas de plans precis de reproduction. Peut-etre n est-ce pas sa preoccupation , de fait son miniscule jardinet enherbe.. Chacun sa voie , la mienne est de faire , de realiser le plus precis possible avec ce qui est accesible en connaissances experimentees comme Christofleau par exemple . Sur une petite echelle , 250m2 de potager. Pour mon autarcie souhaitee , pas pour briller en societe. Je photographie chaque etape , il faut aussi tenir compte de parametres comme le CEC , capacites d echanges cationiques (on revient dans le sujet , et pourquoi , non , l argile n est pas une terre pauvre, une terre pauvre , sous cet angle , est une terre ou la CEC est faible )

            • « Bref, aujourd’hui on ne peut ni infirmer ni confirmer la plus-value de l’électroculture. »
            • D ou l interet de realiser et d experimenter, mais serieusement en reproduisant fidelement , le plus possible a l identique , en respectant ces protocoles qui ont soit disant marcher. Plus il y aura d experimentateurs et plus on pourra confirmer . Mais ne pas jeter non plus le bebe avec l eau du bain des la premier baignade . Il faut etre perseverant , echanger aussi en toutes amities . Je n ai rien a vendre , et meme pas d ego a valoriser de cette façon. Recherche en anonyme et c est tres bien comme cela, je me sens beaucoup plus libre . Christophe , tu peux demander mon courriel a Gilles si tu veux , je l autorise a te la donner. Je pourrais ainsi te faire partager mes experiences , avec photos et parametres d elaboration et conditions propres etc..
            • Belle journee a vous tous , une joie pour moi d echanger avec vous . (c est la premiere fois sur le net)

          • Christophe G (51 comments) dit :

            Émilio,

            Beaucoup plus intéressant

            Écris un article sur tes travaux sur l’électroculture pour les soumettre aux feux des critiques constructives et proposes le à Gilles.

          • Emilio (30 comments) dit :

            Oui Christophe, je vais repondre a Gilles qui m a demande un article sur l electroculture. Mais , bien qu ayant deja des resultats visibles , en serre equipee, je veux attendre d avoir des resultats sur les autres systemes installes , il me manque les bouquets d antenne a realiser. En particulier pour les tours a pomme de terre, et voir par rapport au mildiou . J essaye d etre le plus scientifique dans mes travaux. En plus , mes systemes sont differents dans leurs conceptions , mais toujours complementaires a la permaculture (mulch , compostage a chaud et lombriculture , non travail du sol, plantes associatives etc) . Les objectifs sont differents, mais la permaculture en est la base , toujours. Parce qu aussi , les adventices profitent de croissance boostee d electroculture , et la graminee kikuyu , rebelle , devient tres rebelle lol.
            Pour l appareil Violet, il y a un facteur limitant … c est le condensateur avec son dielectrique de cire d abeille . Un site français , qui vend des appareils Violet a change ce dielectrique pour un autre . On ne sait pas lequel , probleme du commerçant qui vend et protege ses decouvertes . La cire d abeille aurait , d apres eux, une efficacite de 3 ans . Sympa pour ceux qui ont achete avant ces appareils , couteux quand meme (pas couteux a realiser par contre lol). Est-ce vrai ? Est-ce pour vendre leur nouvel appareil , qui lui ,garantie, lave plus blanc que blanc ..? Van Doorne, qui vend aussi des antennes a enterrer dans le sol ,et en dielectrique de cire d abeille parle de 10 ans d efficacite. Comment savoir ¿ Peut –etre est-il possible de les recharges au soleil , comme les cristaux ou pierres ¿ Bref , beaucoup d incertitudes pour ces systemes a la cire d abeille, et qui peuvent donner des resultats decevants comme tes experiences l ont montre.

  6. Emilio (30 comments) dit :

    Salut Christophe, merci de ta reponse.
    Oui j avais lu ton article. Tres interessant , les articles sur cette energie , etat de la matiere de plasma en fait , il y en a peu . Et encore beaucoup moins qui experimentent. Apres , de ceux qui ont experimente , il faudrait un groupe de recherche parmi ces gens , pourquoi les echecs et pourquoi les reussites. Bref une approche scientifique . Ma serre est equipee depuis le 18 mai 2015. Aujourd hui , les resultats sont tres nets , pour 3 plantes qui me restent en serre , le basilic , le persil et le piment oiseau. Meme 2 pieds de tomates qui me restaient apres 2 attaques de mildiou et un remue menage de racines afin de mettre en place la partie enterree grillagee de mon systeme. 2 pieds qui repartent sans mildiou . Peut etre le parametre de l eau intervient aussi . Mon toit plastique est mort , garantie 2 ans , a changer tous les 3 ans . Donc plus de toit et de l eau de pluie , ionisee puisque les pluies sont d orage dans mon coin. Seule cette eau de pluie est un potentiel , bien mais pas spectaculaire non plus (enfin si , pour les forets alentours). Il se peut qu il y ait interaction avec le systeme installe. En tout cas , les resultats sont evidents , après il faut comprendre … Gilles aime l argile , et moi aussi , pour son cote electrique. Et facile a aggrader avec des methodes de permaculture, dans le potager ou dans les champs. Sinon , c est galere .

    Pour moi , mes recherches en electroculture visaient principalement le controle des maladies , du genre mildiou .(d ou l idee premiere de construire une serre , pour controler l irrigation et enlever un parametre de cette maladie )Avec un soleil d altitude 2500msm , 3metres de pluie annuelle hors niño, des conditions parfaites de propagation de ce champignon. Je ne pense pas que ce soit une fatalite mais du a un debalancement energetique des plantes , soit un manque d ionisation ou une difficulte d assimiler des ions. Il existe des solutions organiques, mais de traitements de symptomes , plantes associees avec tomates (oeillet d Inde), le bicarbonate de soude aussi . Mais prevenir est encore mieux , un stress de moins pour nous permaculteurs lol
    8 tours a pommes de terre , presque prete en electroculture , modifiees , par rapport a ce que j ai vu sur you tube , afin de faciliter la recolte et culture sous mulch(le papyrus du Nil dans mon cas , tres courant et prolifique dans mon coin , pres de Medellin , Colombia) . On verra les resultats , 4 mois. Et , vu mes conditions 3 recoltes possibles a l annee. La pomme deterre est mon principale sujet de recherche et d attention . c est notre base alimentaire pour nous , et celle qui est le plus traitee chimiquement aussi . Entre fertilisants chimiques NPK et fumigations tous les 2 a 3 jours ..(30% des revenus des paysans vont dans ces intrants) et jusqua la recolte ou le tordon (derive du 2-4 d) est asperge pour tuer les feuilles en fin de cycle .. et les femmes et enfants qui trient le tout … Et pour le compte et profit de multinationales du chimique a tous les etages , qui repetent en ritournelle mortifere, qu il ne peut en etre autrement . La permaculture nous montre (si on le fait bien ) que oui , une autre agriculture est possible … Reste a unir la terre avec le ciel . Les forets savent merveilleusement le faire , et pour un potager il faut galerer .. C est illogique et nous montrent que des parametres ont du etre ignores . Il faut etre perseverant et etre précis dans ce qu on fait , savoir ce que l on fait et pourquoi. Theoriser sans faire , c est du vent . Et les oiseaux qui fertiliseraient avec les antennes .. ben non , c est faux , entre autre idée sans fondements.
    Merci a Gilles et Christophe , et a tous les chercheurs experimentateurs d une autre voie agricole. Felicitations a Gilles pour son site, et d accepter mes interventions. Et les forets extravagantes d Amazonie poussent sur un sol argileux .. tres pauvres soit disant, chercher l erreur , qui n est surement pas dans les resultats , mais surement dans nos explications trop mecaniques et pas du tout energetiques.
    Belle journee a vous tous . Baigner dans son milieu , en harmonie , c est une joie . Et c est universel.

    • Christophe G (51 comments) dit :

      Émilio,

      Tu écris que ton alimentation est basée sur la pomme de terre.

      Actuellement je travaille avec une variété qui n’est pas commercialisée mais qui est naturellement INSENSIBLE au mildiou outre d’être excellente sur le plan gustatif.

      Cet article devrait t’intéresser http://www.lejardinvivant.fr/2015/08/22/essai-urine-humaine-comme-fertilisant/ comme cet autre : Faire ses plants de pommes de terre.
      excellente sur le plan gustatif,

      belle soirée. Cg

      • Emilio (30 comments) dit :

        Christophe
        la nature tend toujours vers la biodiversite , pour s adapter au mieux a tous les stress. Les hybridations faites par des humains , appauvrit , par un manque de regeneration genetique. Apres faut peut etre pas s etonner que ces hybrides « attrapent » les maladies. Je ne pense pas que les multinationales du chimique l ignorent , au contraire ,appauvrir la genetique est de bon rapport pour ces empoisonneurs, vu que ce sont les memes qui vendent les ..ides en tout genres.

        La cordillere des Andes, 8000 ans de culture et origine de la pomme de terre. Aujourd hui et depuis une bonne trentaine d annees , une seule variete retenue dans mon coin, la Capira. Impossible (peut etre hors electroculture , a voir ) a cultiver sans fumigations et toujours plus. Si les especes sauvages (il en reste dans nos forets , tout comme les tomates , orginaires aussi de la cordillere) avaient ete si sensibles au mildiou … la pomme de terre aurait disparue depuis bien longtemps.

        Autre theme que tu abordes, plus en relation avec le traitement et la valorisation de nos dechets organiques , les notres , l urine en l occurence. Tu te contredis , Christophe , sans le savoir , enfin selon ma vision…
        “Pendant longtemps j’ai travaillé sur cette différence de potentiel,
        mais au final, sans réel impact sur le rendement des récoltes,
        je l’ai abandonné »
        Ben non , si tu utilises l urine qui sort en vortex , et qui est de l eau dynamisee a 95%, tu restes dans ce domaine de ionisation. Apres , reste ce 5% qui peut etre un probleme , et de l usage et du timing etc..
        La dessus , je ne veux pas m eloigner du sujet « argile » de Gilles , et te repond plus en detail sur tes experiences , enfin comment je le vois .
        Belle journee , comme je disais, je prefere dialoguer avec des gens qui font , ceux qui ne font que parler bof. Comme si nos urgences terrestres n etaient pas assez fortes pour realiser et de la, echanger nos experiences.

        • Christophe G (51 comments) dit :

          Émilio,

          Sur quelles données et études t’appuies-tu pour soutenir que l’urine est une eau vortexée ? Merci pour ton retour.

          Ps : je t’invite à participer et contribuer à diffuser l’étude que je pilote sur l’autonomie alimentaire. http://goo.gl/forms/KP3Pc7KogM

          • Emilio (30 comments) dit :

            Comme Schauberger avec les truites, par l observation. Comme l eau du robinet après le jet de l evier ou autres , le « pipi » des animaux sort en vortex. ( les femelles aussi lol) . Probablement afin que ce rejet soit assimile plus rapidement dans l ecosysteme. La nature optimise pour perdurer. J enseignais un temps la mecanique des fluides , de l eau dans le theme de techniques de construction des batiments . Il y avait une entreprise qui avait sorti un type de tuyau PVC d ecoulement vertical d eau grise. Le nom commercial etait Chutunic , si je me souviens bien. Une spirale du meme moulage PVC sur la paroi interieure du tube . Un siphon se formait et un vide d air central. Pas de recherche de dynamisation , mais d economie sur les ventilations secondaires des tyauteries , couteux et difficile a mettre en place, du coup obsoletes avec ce systeme.
            Voila , repondu a ton questionnaire avec plaisir. Sauf que je n ai pas d hiver , une ferme de loisir plutot que de production, d 1 hectare en zone de montagne avec climat semi tropical d altitude 2500msnm . Une prairie au depart , il y a 8 ans , organisee ensuite suivant les zonages de permaculture. Zones humides du torrent , derivation en tuyauterie et par gravitation piscine et etang , zone seche du parc botanique avec focus sur les arbres en voie de rarefaction ou d extinction. , zones de constructions , zone fruitiere et zone potagere , la derniere que je termine . La priorite de depart etait de controler les graves erosions du torrent , plantations des plantes adequates taro et papyrus ,de consolidation des berges , beaucoup de cascades pour l ionisation maxi.. (ma passion depuis que je suis tombe dans cette potion magique) etc.. Maintenant les ecosystemes sont perennes , viables et les oiseaux font pour moi les semeurs de plantes natives et vont disseminer probablement les semences d arbres en danger de disparition . La vie animale et organique est redevenue tres riche , beaucoup de varietes d oiseaux , papillons , lombrics coleopteres etc.. et parfois des paresseux qui descendent en famille des montagnes de forets primaires des hauteurs . Gros travail , enorme , mais une volonte tenace de vivre dans un ecosysteme riche , energetise au max (aussi avec des graviers de quartz laiteux etc.. ) et exempt a 100% des poisons chimiques . On est permaculteur , agro ecologiste ou autres termes , par choix , et parce que l on aime la vie . Et si on peut enrichir cette diversite , reparer les conneries d humains deconnectes de leur milieu… decontaminer . Ça ne servira a pas grand chose , les realites destructrices sont gagnantes , avec les mines d extraction a ciel ouvert pour ma realite , mais j aurai fait ma part de colibri . (j ai multiplie leurs colonies aussi ). Meme frequence vibratoire que toi Christophe, Gilles et tant d autres anonymes ou pas.

  7. Montusclat Jacques (3 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Tout d’abord du fait de mon déménagement l’adresse jmontusclat@free.fr va devenir caduque. Prendre en compte celle indiquée ci-dessus.

    Je suis arrivé en automne dans un nouveau lotissement à terre, en partie de remblai, à dominante « limon argileux », qui colle au bottes lorsqu’il a plu et qui est dure quand il fait sec. J’ai dû faire venir une pelle mécanique pour décompacter la terre, tassée par les engins de construction. Pendant l’hiver, j’ai rajouté 2 tonnes de « plantastar » pour 250 m² de futures cultures puis du compost au fur et à mesure des planches. Je n’ai pas vu un seul ver de terre. Je n’ai pas eu une seule limace. Actuellement tout est cultivé car les planches vides ont été ensemencées par de la moutarde blanche. Mais que faire de ces parcelles pour ne pas les laisser nues quand j’aurais enfoui, à la grelinette, la moutarde en en fin d’automne ?
    Pour les prochaines planches qui se videront (tomates, aubergines, poivrons, melons …) je pense semer du seigle que j’enfouirai, toujours à la grelinette, début mars et je pourrai ainsi commencer quelques cultures.
    Merci pour tout conseil.

    • Gilles Domenech (851 comments) dit :

      Salut Jacques,
      à mon avis l’intérêt d’un couvert végétal est limité si tu dois ensuite l’enfouir. Je te conseille plutôt des méthodes telles que celles énoncées dans cet article : http://jardinonssolvivant.fr/la-destruction-des-couverts-vegetaux/
      Pour ce qui est de la moutarde, tu n’auras même rien à faire, elle va geler et tu pourras implanter dès début mars tes cultures au milieu des débris de moutarde !
      Pour le couvert qui suit tes cultures d’été, si c’est pour le détruire en mars, ce n’est pas très intéressant de l’implanter, il vaudra mieux couvrir avec des matières organiques (feuilles mortes…) et mettre en culture là encore en mars. Un couvert implanté tard (octobre, voire novembre) n’est intéressant que si on le laisse aller jusqu’à mi avril au moins et si c’est un seigle dont le cycle est long et qui donne la pleine mesure de son potentiel entre mi avril et mi mai, ce n’est pas très intéressant si on le laisse pas au moins jusque là. Son défaut est alors (comme la majorité des graminées) d’être difficile à détruire car il fleurit tard (pas avant mai, voire juin en climats froids). La seule graminée qui fleuri dès avril est l’orge, je n’hésite pas à la conseiller (prendre de l’orge à germer en magasin bio).
      Voilà pour mes indications, un peu en vrac 😉 !
      Pour la modif de ton adresse mail, tu as un lien en bas de tous mes mails intitulé « change subcriber options », je t’invite à cliquer dessus et à modifier ce qui est à modifier, cela m’évitera de chercher ton adresse parmi les 5000 autres de ma liste d’inscrits :-(.

  8. Marc (131 comments) dit :

    Beaucoup de commentaires et longs : c’est bien !
    Mon 2ème sera tout aussi bref que le 1er : dans les thalasso ils utilisent de l’argile, alors … ça ne peut pas être mauvais.

  9. Patrick M (1 comments) dit :

    Bonjour à Emilio qui écrit comme Céline, et qui semble avoir autant d’humanisme. Ingénieur en Electronique, je serai vivement intéressé par avoir plus de détails sur les dispositifs mis en oeuvre, que je pourrai ensuite tenter de mettre en équation.
    Bien à vous

  10. JPM (2 comments) dit :

    Les anions « négatifs »c’est un peu dur à avaler…cours de chimie de collège à revisiter!
    Sinon remarques excellentes et article très intéressant .
    JP

    • Gilles Domenech (851 comments) dit :

      Bonsoir JP,
      Je vois pas à quel passage de l’interview vous faites allusion ni qui a parlé des anions (je ne pense pas que ce soit moi), mais les anions sont effectivement négatifs (par exemple Cl-, NO3-, SO4–…) contrairement aux cations qui sont positifs (par exemple Na+, Ca++, NH4+…).

  11. DAYMARD (1 comments) dit :

    Bonjour; Je suis en stage sur une exploitation agricole. Et qui dit stage dit aussi rapport de stage.
    Et on me demande sur mon rapport de faire le lien entre les cultures de mon maitre de stage et le sol (argileux voir très argileux). (C’est pour le bac et je ne peux pas me contenter de décrire mais de faire une analyse stratégique des choix des cultures de maître de stage)
    Donc Je cherchais sur internet quel type de culture sont favorable sur une terre argileuse. mais je ne trouve pas.. :/
    A savoir qu’il a :
    Des céréales : Donc de la triticale d’hiver; de l’orge d’hiver; avoine d’hiver; du blé tendre d’hiver du blé dur d’hiver; ainsi que du sorgho.
    Des oléagineux : Tournesol et colza d’hiver
    Des légumineuses : Pois chiche et la il a quand même 36ha pourquoi ?

    • Gilles Domenech (851 comments) dit :

      Il est bien difficile de vous aider avec aussi peu d’information 😉 ! Et tous d’abord qu’est ce qui guide les choix des cultures : le taux d’argile dans les sols ou les débouché économiques des différentes cultures. En Afrique, on parle même de spéculation pour dire « culture », ça veut tout dire… A mon avis, votre maître de stage a tout simplement un bon contrat sur le pois chiche. Mais d’ailleurs pourquoi ne pas lui poser la question directement, n’est-il pas le plus à même de vous répondre ?

  12. jblynx (1 comments) dit :

    NPK ce n’est pas tout !
    comme disent c. & n. Bourguignon il y a au moins 25 élément dans le sol.

    En permaculture ce qui compte c’est l’association de plantes qui se complètent en nutriment et protection entre elles et seul les anciennement race sont valable pas les Hybride F1 ou autre qui sont conçu pour la monoculture qui sont avides d’eau et de pesticides ils se gardent bien au frigo mais ils sont vide de tout nutriment et rendent esclaves les agriculteurs .
    exemple : https://www.youtube.com/watch?v=5y8WKqw6vTA

    • Gilles Domenech (851 comments) dit :

      J’ai relu tout l’article et je ne comprends pas ce qui vous penser que ma vision se limite à NPK. C’est assez étrange alors que je focalise énormément sur les matières organiques et l’activité biologique…

  13. Gribouille (1 comments) dit :

    Bonjour,
    Je viens quémander quelques conseils.
    L’an passé, j’ai fait un petit potager dans un jardin qui n’avait pas été cultivé depuis de nombreuses années. Au printemps, l’agriculteur qui s’occupe du champ d’à côté avait labouré mon jardin en même temps que son champ. J’ai donc pu planter sans soucis après avoir ratissé. Et j’ai été contente des légumes récoltés : tomates, courgettes, salades, poireaux, potirons, potimarron, aubergines, poivrons. Et les quelques fleurs que j’avais mis se sont bien comportée également.
    Ce printemps, comme il restait les pieds de fleurs, L, agriculteur n’à pas touché à mon jardin. Et les obligations familiales ont fait que je n’ai pu revenir vers mon jardin en Aveyron qu’au début du mois de mai. Mais quand j’ai voulu reprendre mon potager, impossible. J’ai passé la tondeuse pour désherber un peu… mais la terre est impossible à travailler. J’aurai voulu mettre par exemple quelques pommes de terre, mais pas moyen de piocher ou bêcher pour les mettre, encore moins de faire une rangée où j’aurai mis des feuilles de consoude (celle-ci se porte bien dans mon jardin) au fond du rang, puis mes patates germées et recouvertes de terre. Le sol est trop dur, ne fait que des grosses mottes… j’ai tenté de mettre un petit carré de radis : j’ai prélevé de la terre dans ma brouette, l’ai mélangée à la main avec du terreau acheté et j’ai remis l’ensemble sur mon petit carré de jardin, puis j’ai semé mes radis et ils sont déjà sortis. Mais je ne me vois pas faire pareil pour tout le potager, ni acheter des sacs et des sacs de terreau.
    Auriez-vous une solution ?

    • Gilles Domenech (851 comments) dit :

      Et oui, c’est le problème de la « transition » : vous passez d’un sol travaillé uniquement mécaniquement avec peu d’activité biologique à, d’un seul coup, pas de travail du sol et toujours pas d’activité biologique. Résultat la structure mécanique s’effondre et n’est pas relayée par l’activité biologique. Du coup, gros bloc de béton impossible à travailler. Pour cette saison ça va être compliqué, reprenez votre sol à l’automne avec les méthodes que je suggère dans ce blog et surtout soyez patiente, cette phase de transition est compliquée et demande de la patience avant d’obtenir de bon résultats !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.