Après les syrphes et les chrysopes et les crapauds, Jacques poursuit ses chroniques concernant les auxiliaires au jardin avec cette fois-ci les amphibiens Urodèles.

Je vous présente aujourd’hui deux hôtes de mon jardin de la famille des urodèles : La salamandre et le triton. Ils ont besoin impérativement d’un point d’eau pour se reproduire cela nécessite que vous ayez une mare ou un ruisseau à proximité.

La salamandre

On la distingue facilement par ses couleurs vives, jaune et noir, et sa peau luisante. De mœurs nocturne elle s’abrite sous des pierres, une planche ou dans la mousse humide ne sortant que la nuit pour chasser de petits mollusques, insectes et vers. Elle hiverne enfouie dans le sol ou dans des cavités à l’abri du froid et sort vers le mois de Mars. En Avril-Mai la femelle (vivipare) dépose dans l’eau 10 à 70 larves de 3cm avec 4 membres et des branchies externes. Après avoir séjourné dans l’eau plusieurs mois, les larves regagnent la terre ferme et peuvent atteindre 20 cm à l’âge adulte. Elles se reproduisent vers 4 ou 5 ans. Leur peau est couverte d’une sécrétion venimeuse inoffensive pour l’homme. Il existe une salamandre noire, plus petite, mais je n’en ai jamais rencontré. En France on ne la trouve que dans les Alpes.

Salamandre de la jungle humide des Baronnies dans les Pyrénées

Salamandre de la jungle humide des Baronnies dans les Pyrénées

Le triton

Il en existe plusieurs espèces, chez moi il y a le triton marbré de la taille d’une salamandre. La femelle pond une centaine d’œufs qu’elle accroche aux plantes aquatiques. Les tritons sortent de l’eau pour hiverner comme les salamandres. Ils se nourrissent de larves, petits mollusques, œufs de batraciens et même des larves de son espèce.

Triton marbré

Ces deux espèces d’urodèles sont à protéger car elles souffrent de la disparition de leur habitat, mares, zones humide, et sont victimes des voitures quand elles sortent la nuit par temps de pluie.

20 Responses to Les urodèles – salamandres et tritons – par Jacques Subra

  1. Claude dit :

    Je n’ai rencontré qu’une seule salamandre dans ma vie. C’était dans le ruisseau d’une forêt d’altitude bien humide des Pyrénées Orientales au milieu des hêtres et des buis. Une bien jolie rencontre !

  2. bénédicte dit :

    Ce matin, en désherbant le talus, j’ai dérangé une petite salamandre de 5 cm jaune et noire. pas très vigoureuse alors je l’ai remis à sa place en l’entourant de cailloux pour aller la repérer plus tard. Si elle a besoin d’eau, dois-je la descendre à l’étang situé à 50 métres ?

    • SUBRA Jacques dit :

      Bonjour Bénédicte
      Nous autres, Humain, voulons aider les animaux qui nous paraissent en difficulté et souvent nous faisons plus de mal que de bien. Si cette salamandre se trouve là, c’est qu’elle l’a décidée, donc il ne faut pas la déranger. Si elle est malade ou affaiblie, le fait de la déplacer ne la sauvera pas. Je m’acharne à dire et répéter qu’il faut avant tout sauvegarder ou régénérer le biotope favorable à la faune sauvage et quand les conditions sont réunies ils se débrouillent très bien tout seuls, sans notre aide.
      Bien amicalement
      Jacques

      • bénédicte dit :

        Bonsoir Jacques,
        je te rassure : je l’ai laissée à sa place ! et je veille sur elle discrètement. j’espère qu’elle ne se fera pas manger par mon faucon crécerelle qui niche juste au dessus. je le soupçonne d’avoir enlever Mon hérisson cet automne. Le cycle de la vie…. sniff!

  3. feuilledechoux dit :

    En 2009 Lulu, j’l-ai sulbra, se faisait encore des idées au sujet du Triton crêté : http://www.lalettrealulu.com/L-axe-de-l-amphibien-Triton-crete%E2%80%88-le-dinosaure-nain-contre-l-aeroport_a2188.html

    No future ?

  4. jean-paul bellamy dit :

    Je vois quelques fois dans mon jardin des salamandres, l’une d’elles a vécu plusieurs mois dans un tas de compost à demi-mur, portant je n’ai pas encore de mare. Mes voisins en ont, une voisine possède un grand bassin qui fait le bonheur de toutes une petite faune. Chaque fois c’est un ravissement, je n’ai jamais osé les toucher car je pensais que leur sécrétion était toxique. Par contre je n’ai plus vu de tritons depuis mon enfance… cette espèce est-elle devenue plus rare ?

  5. Laurette dit :

    La semaine dernière nous avons eu le plaisir de découvrir 2 tritons dans notre mare qui n’existe pourtant que depuis deux années ! Des crapauds sonneurs à ventre jaune s’y sont aussi installés, sans parler de grenouilles rousses… C’est fabuleux de constater que tous ces animaux sont venus là par leurs propres moyens (on se demande d’où ??? même si la forêt est très proche !!). Côté salamandre, j’en avais aussi trouvée une sous une bûche pourrie en 2011 mais je ne l’ai pas revue depuis. Cela nous fait très plaisir que ces espèces assez rares semblent se plaire chez nous (Haute-Savoie) !

    • SUBRA Jacques dit :

      Bonjour Laurette
      Tu a sous les yeux la preuve que lorsque l’on crée les conditions favorables, la Vie s’installe! Miracle? Mystère de la Nature? On peut tout supposer mais les faits sont là! Quand comprendrons-nous que sans la Nature nous n’existerions pas?
      Bravo à toi, je te souhaite plein de nouvelles découvertes.
      Bien amicalement
      Jacques

  6. natou43 dit :

    Bonsoir je découvre votre super blog et j’en suis ravie!!

    Alors j’habite a bord d’une rivière, et le jardin ce trouve tout proche également mais j’ai encore vue aucunes salamandra, tritons ou grenouilles, la seul petite bébête vus au jardin c’est un gros lézard vert!

  7. justement en ce moment je m’évertue à essayer de voir dans notre bassin de rétention d’eau agricole des larves de salamandre (je pensais que çà vivait 4 à 5 ans larves dans l’eau avant de devenir une salamandre ?), je les différencie assez bien des tritons qui se maintiennent debout accrochés sous les racines flottantes. Les larves de salamandre (si je me trompe pas sur l’identification) remontent toutes les 5-10minutes à la surface mais redescendent illico. C’est très furtif et vif/ondulant comme un serpent d’eau, sinon çà ressemble à un triton mais bicolore avec une belle ligne large et claire. A l’Oasis, nous avons des salamandres, tritons, couleuvre d’eau, et d’autres couleuvres (arboricole, à collier…), des lézards… une vraie petite Oasis :o)
    Voir ci dessous un petit diaporama avec des photos de salamandres (cliquez sur amphibiens. Il y a beaucoup de photos, patientez un peu pour le chargement) :
    http://graines-de-vie.fr/joomla15/ecosite-oasis-des-3-chenes/29-faune/54-diaporama-photo-de-nos-visiteurs-a-pattes-ailes-ou-autre.html

  8. LEGRAND dit :

    il est à noter que toutes les espèces d’amphibiens de france métropolitaine sont protégées. Pour ceux que cela intéresse, on trouve des salamandres, tritons marbrés et tritons crété sur l’étang des landes, en creuse. Avis aux amateurs 😉

  9. barbara dit :

    bonjour , beaucoup de tritons dans notre étang sauvage corrèzien et souvent des salamandres dans les tas de bois lorsque nous les rentrons sous abri….les CPIE du puy de dôme et de la corrèze font actuellement un recensement des amphibiens(un dragon dans mon jardin ) avec l’accord des propriétaires de zones humides, étangs, tourbières, mares, etc.Des recherches sont en cours sur les possibilités de régénération de la salamandre , par AXEL KHAN. Pas grand chose à craindre pour les envenimations dues au contact avec les salamandres, elles sont bien trop faibles pour agir en dehors de contacts avec de petits organismes. Le triton ponctué n’a pas été repéré chez nous, seuls les marbrés et crêtés sont nombreux . Voir les sites du CPiE organisme public , centre permanent d’initiative pour l’environnement, n’hésitez pas à prendre contact avec celui de votre région. Compétents et disponibles….

  10. kodel dit :

    J’ai installé il y a quelques mois dans mon jardin, des cartons à plat sur la terre, de l’écorce d’arbres morts, du paillis, pour empêcher l’herbe de pousser J’ai aperçu plusieurs salamandres (je pense) dessous. j’ai une vieille baignoire dans ce jardin avec de l’eau, qui gèle quelquefois complètement l’hiver et un endroit humide dans un chemin en contrebas, il n’y a de l’eau que lorsqu’il pleut beaucoup. Ces petits animaux ne craignent-ils rien sous des cartons ou de l’écorce qui risquent de se dégrader pendant l’hiver ? Peux-je vider ma baignoire, sans risquer de détruire des œufs ? Je vous remercie d’avance si vous pouvez m’aider.

  11. Legent dit :

    Bonjour je vous écris car je suis actuellement a la Clusaz dans les alpes de haute savoir en vacances, et ce matin j ai monté le col de la colombieres et la Îl y avait le lac de peyre en tres haute altitude, et dans ce lac Îl y avait des centaines de bébé ( salamandes je suppose …) j en ai attrapé une pour la photographier mais je voudrais demander si je me trompe ou pas ? Car elle etait tres sombres .
    Ou puije observer des salamandes dans le milieu naturelle vers Annecy ? Vallée des confins c est possible ?
    Merci .

  12. Marie Odile dit :

    Bonjour, l’hiver dernier une armée de tritons marbrés ont envahi mon terrain et ce soir j’en ai trouvé un dans mon sous-sol, il est vert avec des taches et une ligne orange sur le dos. Je l’ai mis dehors car je n’ai pas trop envie de cohabiter avec ces bestioles, je l’ai transporté sous ma haie de buis. Au printemps dernier, j’en avais aussi trouvé un dans mon sous-sol, mais il était tout petit. Où dois-je les mettre ? Je n’ai pas trop envie de les garder à la maison.

  13. Peutimporte dit :

    Vous dites que les salamandre ne se trouve que dans les alpes mais je vient d’en trouver une dans le finistere

    • Gilles Domenech dit :

      En effet cette erreur m’avait échappé. En plus juste en dessous de cette phrase j’ai moi même ajouté une photo de salamandre pyrénéenne…

  14. daussin dit :

    depuis 3 semaines je trouve chaque jour 2 ou 3 bébés tritons noyés dans ma piscine alors que j’ai une mare à proximité immédiate!pourquoi ce goût du suicide?

    • Grfxiu dit :

      Pensez-vous vraiment qu’ils cherchent à se suicider ? Une piscine est un piège empoisonné pour ces animaux, comme pour de nombreux autres. Si l’on met du chlore ou du brome dans l’eau des piscines, c’est bien pour y empêcher toute vie de s’y développer. Le chlore irrite les yeux humains, vous pouvez imaginer l’effet qu’il peut avoir sur le corps entier d’un animal qui respire en partie par la peau. Et les piscines ne sont pas construites de façon à permettre aux animaux qui y pénètrent trompés par les similitudes avec un point d’eau désirable, ou qui y tombent, de s’en échapper facilement.
      Un détail : ce ne sont pas des bébés : ceux-ci étant strictement aquatiques, ils ne pourraient aller dans votre piscine par leurs propres moyens. Un triton qui se rend dans un point d’eau est un adulte qui cherche à se reproduire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *