2011, une nouvelle année débute et avec elle son lot de résolutions diverses et variées sur tous les plans de nos vies : professionnelle, amoureuses, familiales… Et pour le jardin ? Que diriez vous aussi de faire de bonnes résolutions pour avoir jardinage encore plus « sol vivant » qu’en 2010 ?

Plutôt que de résolution, je vous propose un défi : je vous invite à choisir un (au moins) défi à réaliser au jardin cette année. Oh ce il ne s’agira pas de se mettre en tête de cultiver 2000m² de plus qu’en 2010, non soyons raisonnables, et puis ce n’est peut être pas ce qu’il y a de plus pertinent…

Voici quelques exemples d’objectif que vous pouvez vous donner :

  • faire 10m² de potager sans aucun travail du sol ;
  • réussir les carottes bleues du Cameroun que vous n’avez jamais réussi jusqu’à présent, ou jamais essayé ;
  • réaliser vos semis de tomates tahitiennes en godets au lieu d’aller acheter des plans sur le marché ;
  • réaliser en semis en pleine terre les betteraves que vous avez réussie l’année dernière avec des plans achetés (ça c’est un de mes objectifs pour cette année 😉 ) ;
  • faire votre premier purin d’orties ou de consoude ;
  • tenter de limiter l’irrigation à un arrosage par semaine, même au plus chaud de l’été ;
  • commencer un élevage de castor pour qu’ils vous fassent du BRF avec les tailles de vos fruitiers ;

Bref, les idées ne manquent pas et je suis sûr que vous en trouverez une à mettre en œuvre pour la première fois en 2011. Et pour vous impliquer encore plus, je vous invite à m’en faire part avant le 31 janvier. De mon côté, je me fixe le défi de vous fournir une aide, si vous en exprimez le besoin, pour réaliser cet objectif. C’est à dire que si j’ai une réponse à vous proposer, je vous la propose et si je n’en ai pas, je m’engage à trouver une source bibliographique ou webographique susceptible de vous aider. Et bien sûr, si la réponse de vous satisfait pas, vous avez l’autorisation de me harceler jusqu’à ce que je vous donne une indication qui vous convienne !

Partant pour ce petit jeu ? Alors à vous, j’attends vos messages ou vos commentaires (oui, c’est encore plus impliquant si vous mettez votre objectif en commentaire ci-dessous) !

Et en attendant, bonne année 2011 !

Tagged with →  

36 Responses to Un défi au jardin pour 2011

  1. Chantal (21 comments) dit :

    Bonne et heureuse année à toi aussi Gilles.

    Je veux bien participer au jeu. J’ai commencé un jardin sans travail du sol au printemps dernier après avoir lu toute une documentation sur le sujet dont ton livre qui m’a appris énormément de choses.

    * Aucun problème pour faire les 10 m2 vu que c’est déjà fait. Disons que j’en ajoute 10 de plus (aucun mérite, c’était déjà prévu).

    * Faire mes plants moi-même ? C’est aussi au programme. J’ai gardé mes graines de vieilles variétés de tomates, de courges, de salades…

    * Le purin d’ortie… déjà utilisé avec succès.

    * Limiter l’arrosage à un seul par semaine ?

    Wouaaaahhh !!!! Je ne demande que ça. Mais mon sol est léger, à sous-sol sableux. Une vraie passoire. Est-ce que c’est possible. Malgré l’utilisation de paillis (brf, paille, compost, feuilles sèches, et autres paillettes de lin) il a fallu arroser quand même.

    * Pour le castor et les carottes bleues, heu…. je les laisse à ceux qui voudront bien tenter l’expérience.

    * J’envisage aussi de refaire du pré-compost (à la façon J.Hébert). J’en ai fait un peu cette année et compte l’utiliser dans ma serre fraîchement montée.

    Tes conseils me seront certainement utiles mais une chose est sûre… cette façon de jardiner me convient tout à fait et j’ai bien l’intention de continuer. Les résultats que j’ai eu cette année sont encourageants et surtout ils ont fait taire les moqueurs qui m’annonçaient que, sans engrais ni traitements chimiques, je n’aurais rien dans mon jardin. Certains, cette année, veulent faire comme moi. Hi hi hi….

    Je souhaite une excellente saison de jardinage naturel à tous les participants.

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Chantal :
      Bravo pour ta persévérance et merci pour ton témoignage!
      Pour l’arrosage, c’est en effet difficile de le réduire de manière aussi radicale en une année, c’est le temps et les apports réguliers de matières organiques qui le réduiront. Je ne me souvient plus à quelle fréquence arrose Jean marie Lespinasse qui est en terrain aussi très sableux, mais je sais qu’il a énormément réduit l’irrigation grâce à ses techniques de jardinage! Pour accélérer le processus, pourquoi pas essayer aussi un inoculum de mycorhizes sur certaines plantes. On en trouve par exemple sur http://www.solvivant.fr .
      Bonne continuation dans le reste de tes essais déjà bien avancés!

  2. André (19 comments) dit :

    Salut Gilles et très bonne année à tous !

    Très bonne idée que ces défis 2011 !

    Personnellement je suis assez tenté par l’élevage de castors…

    😉

    @+
    André

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ André
      Je sais pas comment on fait l’élevage de castors, mais il paraît que c’est pas si facile 😉 … Et puis il te faudra un cours d’eau boisé, je pense…

  3. André (19 comments) dit :

    Plus sérieusement, « tenter de limiter l’irrigation à un arrosage par semaine, même au plus chaud de l’été » me plairait bien mais je suis sur une lande mésophile en Nord Gironde et je ne suis pas sur que mes jeunes arbres aiment beaucoup ça…

    Tu as des trucs à nous filer à part une bonne dose de paillage pour limiter l’évaporation ?

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ André
      Pour l’irrigation, voir déjà la réponse faite à Chantal, juste au dessus.
      Sinon, je pense pas qu’il faille trop prendre de risque sur des jeunes arbres, mieux vaut tenter les expériences sur les annuelle, si on se plante là, on ne traîne pas les conséquences d’une erreur sur plusieurs années…
      Déjà fixe la fréquence/quantité objectif sur ce que tu as l’habitude de faire, si tu arrosais jusqu’à présent tous les jours, essaie de passer simplement à un tous les deux jours.
      Un autre truc est d’éviter d’irriguer la plante pendant le 2 ou 3 semaines qui suivent la mise en place pour la forcer à faire descendre ses racines.

  4. Manu (2 comments) dit :

    Bonjour,
    Mon projet jardin pour 2011, c’est d’aller proposer à des voisins propriétaires de pommiers à l’abandon (plein de guy et de branches mortes)de leur redonner vie ( aux pommiers!) en contrepartie d’une partie des pommes pour faire du jus pour l’hiver.

  5. loic martin (8 comments) dit :

    Salut et Bonne Année à tous.

    Voilà une très bonne idée, Mes résolutions sont d’ouvrir mes deux jardins à la libre cueuillette. Mais ça c’était déjà ma volonté de l’an passé.

    Créer un carré de vivaces aromatiques, avec mon stagiaire et sans travailler le sol, sans désherber, mais seulement en inserant les individu que l-on veut sans perturber le sol. paillage avec du pin. (j’utilise que ça pour les fraises).

    Dans 10 jours semis…

    slts loic

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Loïc :
      Pour la libre cueillette, ça tiens de l’organisation de ta ferme.
      Le paillage avec du pin, très intéressant, je trouve aussi avec le temps et la pratique que les résineux ne sont pas si méchants qu’on a bien voulut le dire et l’écrire!
      Pour des vivaces bien adaptés à ton sol et ton climat, ça devrait fonctionner, par contre pour des annuelles, je déconseillerais fortement ce mode opératoire, mais j’imagine que tu sais ce que tu fais, tu commence à avoir de l’expérience!

  6. MUHARY (1 comments) dit :

    Bonjour
    Je souhaiterais faire un test sur une petite surface de jardin sans labour préalable; pourquoi pas une dizaine de m² effectivement. Je ne sais pas trop quelle épaisseur de BRF et donc quelle quantité appliquer (5cm en moyenne?); ensuite le recouvrir de cartons;
    mon jardin se situe près de la Baïse en terre de boulbène (peu argileuse).
    Quelles sont les bons moments pour mettre le BRF et les cartons? en début d’hiver? au printemps?
    Pour les bulbes, comment faire si la terre n’est pas labourée au préalable?
    Merci des éventuels conseils pour mon test

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Muhary :
      Excellent! Pour la période, cela dépendra surtout de ce que tu veut cultiver derrière. Par exemple pour des cultures d’été, types tomates, cucurb, d’après mes essais sur les coteaux, le mieux est février, c’est un bon compromis entre le temps laissé aux cartons pour faire leur effet et leur vitesse de décomposition. Ensuite en mai, tu plantes directement à travers les cartons.
      Pour l’épaisseur de BRF je ne met qu’un centimètre directement sur l’herbe, sans sarclage préalable, mais c’est possible que sur ton sol peu argileux tu puisse mettre un peu plus. Dans tous les cas, inutile de dépasser les 3 cm.
      ensuite, il est important de bien pailler avec du foin ou de la paille pour que le carton et le BRF restent humide durant toute la période d’application!
      Pour les bulbes, tu peux essayer ce mode opératoire, et les placer directement à travers les cartons. un sol vivant est très ameublit par la vie qu’il contient!

  7. cottet pierre (153 comments) dit :

    bonjour . 2011 sera l’essai de la méthode soltner . en 2010 j’ai utilisé l’herbe du bac de la tondeuse pour couvrir le sol. depuis l’automne je ramasse des feuilles . j’ai transformé mon jardin en planche de 1.5m pour éviter le piétinement et je ne retourne plus le sol . je crois aux synergies entre le brf ,le compost,le compostage en surface et les engrais verts . je suis aussi en admiration devant ces agriculteurs qui pratiquent le semis direct depuis des années . j’habite le rhône et je dois reconnaître que les terres labourées sont majoritaires . l’information circule mal dans le monde agricole et même entre jardiniers . quand je dis que je ne retourne plus la terre j’ai l’impression de passer pour un extra-terrestre. a++

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Pierre :
      C’est vrai, moi aussi, je vois bien que ça passe encore difficilement, mais ça avance, tant dans le monde agricole que dans celui du jardinage!
      bonne chance pour la (les) méthode(s) Soltner!

  8. Edith Féneloux (2 comments) dit :

    Bonjour et meilleurs voeux pour la terre et ses habitants… J’ai le projet de démarrer une butte de permaculture, une petite dans un premier temps (8m2), pour me faire la main. Je suis à l’affut de tous les bons trucs permettant des récoltes satisfaisantes tout en respectant le sol et les bébêtes (dont l’homme fait partie, bien sûr). Habitant le sud-est (04)où la température monte à 40° l’été au soleil et où les pluies sont rares, il me semble difficile de n’arroser qu’une fois par semaine ? Quelqu’un a-t-il une expérience de ce genre ?

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Edith :
      Pour l’irrigation voir les commentaire ci dessus en réponse à Chantal et à André, je pense que tout y est déjà!
      Pour t’aider dans les buttes en pemraculture, tu as bien sûr le livre de Jean Marie Lespinasse, Le jardin naturel (Ed. du Rouergue, 2008).
      Ou sinon voir les nombreux sites consacrés au travail d’Emilia Hazelip, qui était elle aussi dans le sud est de la France!
      Aussi, le 29 janvier, à Die, donc pas si loin de chez toi, une des lectrice de ce site fait une conférence sur la permaculture, infos sur le site de Ecologie au Quotidien.

  9. Linda (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles, bonne année et merci pour ton enthousiasme,

    On a un jardin collectif, on mélange agro-écologie et lien social….C’est une bonne cuisine dont hélas je n’ai pas la recette…enfin bref,

    0n a récupéré de la sciure de bois non traité, des résineux pour pailler. Ici on est en terrain calcaire (sud est de la France alpes de Haute Provence). Qu’en penses tu?
    Sinon pailler est un peu problématique, la paille ne se désintègre pas, s’envole,…en paillage avec des feuilles d’arbres mais n’importe lesquelles, lilas?

    On a aussi débroussailler notre oliveraie et du coup on l’a utilisé pour le jardin mais pas de suite, du coup c’est resté dans les sacs et ca a chauffé…..On en a encore d’ailleurs que l’on a étalé par terre, est ce que l’on peut s’en servir , sera t-il tjs actif ou juste du paillage?

    Voilà beaucoup de questions, j’espère que tu pourras y répondre et que ca t’intéressera…

    merci dans tous les cas et à bientôt

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      @ Linda :
      Pour ce qui est du paillage: les feuilles, OK, je ne vois pas de contre indication avec le lilas. Sinon vous pouvez remplacer la paille par le foin qui a beaucoup moins tendance à s’envoler.
      Pour les feuilles à moitié composté dans les sacs, pas de soucis, c’est vrai qu’une partie des sucres qu’elle contenaient ont déjà été consommés, mais sûr qu’il reste encore de quoi grignoter pour les organismes du sol!

  10. elka (11 comments) dit :

    Très bonne année à toi aussi Gilles!.les tomates tahitiennes je ne connais pas mais pourquoi pas, où puis trouver des graines? pour les autres résolutions je les ai déjà prises les années précédentes(le castor je n’y avais pas pensé!!!!).
    Ma grade résolution cette année est d’agrandir l’espace consacré aux plantes pour les purins (tanaisie et fenugrec en particulier)l’ortie et la consoude sont déjà bien installées

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      Bonne idée! En plus le fenugrec est une légumineuse annuelle qui peut aussi être utilisée en sous-étage des cultures d’été (du moins jusqu’en juin-juillet, ensuite il sèchera). Ça permet d’avoir un couvert hivernal qu’on a même pas besoin de détruire!

  11. subra jacques (130 comments) dit :

    Bonjour Gilles
    Je suis encore sous le choc et le charme de cette magnifique soirée animée par KONRAD SCHREIBER.Je te remercie de m’avoir invité. Je vais me répéter (Je radotte, c’est l’age!!!) mais pour moi qui applique des méthodes non violentes pour l’environnement depuis plus de trente ans, voir enfin émerger une géneration d’agriculteurs (Je préfère le terme PAYSAN )qui respectent la VIE est un pur bonheur! La preuve est faite que l’on peut nourrir la Planete en alliant savoir encestral et technique moderne sans dégrader nôtre environnement et sans retourner a l’age de pierre!! n’en déplaise a claude ALLEGRE!!
    Pour ce qui concerne les bonnes résolutions pour 2011, c’est continuer a améliorer la technique BRF dans mon jardin, ce n’est pas évident,les premiers résultats sont mitigés,mais je persévère!
    Si des lecteurs du blog veulent visiter mon jardin sur google afficher « le jardin bio de jacques »
    A bientôt

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      N’est ce pas Jacques? Sacré bonhomme que ce Konrad!
      Pour l’utilisation de BRF dans ton jardin, je t’invite à m’envoyer un mail décrivant ce que tu as fait l’année dernière et pourquoi tu n’est pas satisfait!

  12. subra jacques (130 comments) dit :

    fin fevrier 2010 j’ai récupéré un camion de BRF de platane que j’ai mis sous mes arbres fruitiers espacés de 6m sur une epaisseur de 5a6cm.Le terrain est argilo-caillouteux et trés sensible a la sécheresse. Fin avril j’ai planté des pommes de terre, semé du mais avec des haricots tarbais: récolte zero!!! J’ai aussi repiqué des potimarrons élevés en goddets, minables! Dans une autre partie du jardin ou j’ai aussi mis du BRF mais sur 3cm j’ai fait de l’oignon de Trébons ( une variété de bigorre long trés doux) repiqué des courgettes et des tomates. Tous ces plants ont été trés long a démarrer ( plus d’un mois) par contre je n’ai jamais arrosé et j’ai quand même récolté mais moins que dans les parcelles sans BRF. Ce que j’ai contaté c’est que le sol est devenu plus souple. En novembre j’ai planté des oignons blanc et des échalottes sur un ados moitié avec BRF de chêne que j’ai fait ( j’ai acheté un broyeur négri) moitié sans. La différence est spectaculaire, la parcelle sans BRF les plants sont trois fois plus développés!! mais je ne me décourage pas, je continue l’expérience.
    Voila Débrouille-toi avec ça!!!
    A+

  13. Guillo Dominique (2 comments) dit :

    expérience de 2010,sur sol travaillé à la rotobèche, épandage de 2cm de brf de tilleul en Juin sur plantation de pommes de terre et pois carré, arrosage une fois par semaine 8mm,récolte moyenne 8 pour 1,paillage sur sol d’arrachage et semis haricots verts et repiquage de choux et salades d’hiver à travers le paillis. Les haricots ont gelé en fleurs…trop tard mais salades et choux ont résisté.Tout le jardin est paillé sur 20cm pour l’hiver mais dessous le brf (assez grossier)se couvre peu de moisissures blanches et le sol trés argileux semble se recompacter…Peut être faudra t’il le découvrir pour le réchauffer au printemps, pour ne pas trop retarder les semis.(j’essaie de joindre des photos)

  14. Chantal (21 comments) dit :

    A la lecture de vos expériences j’en déduis que le résultat est fort différent selon le type de sol.
    Pour ma part (sol léger, sous-sol de sable rouge, après une première saison en jardinage sans retournement du sol et paillis divers, je n’ai eu aucune faim d’azote (le brf n’a pas été incorporé). Mon jardin n’avait pas été cultivé depuis plusieurs années et était couvert de ronciers et d’orties.
    Tous les légumes ont bien donné. Le seul échec est mon semis de carottes qui n’a pas levé. Je soupçonne la qualité des graines plutôt que le terrain.
    Mes tomates en extérieur ont grimpé à plus de 2m (pour une variété achetée en plant dans le commerce et dont je n’ai pas souvenir du nom). De plus, comme j’avais laissé plusieurs tiges elles ont énormément fourni.
    Je suis surprise des différences de résultat des uns et des autres alors que les méthodes utilisées semblent les mêmes. A part la composition de la terre à quoi attribuer ces différences ?

    Qu’en penses-tu Gilles ?

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      Je prends le temps de répondre à ces trois témoignages BRF:
      Tout d’abord la question de Chantal: il y a de nombreux paramètres qui expliquent ces différences: diversité des climats, des sols, des types de cultures d’une part et des mode d’applications d’autre part. Tu évoques le fait que tu n’as pas incorporé, ce qui certainement très bien adpté à ton terrain où des etchniques à la JM Lespinasse (même sans les ados) ont toutes les chances de faire de merveilles.

      Les situations de Dominique et Jacques sont très différentes:

      Jacques, tu nous parlent de deux applications: une sous fruitiers, une autre sur potager. D’une façon générale, il beaucoup plus facile de faire réussir le BRF sous des vivaces ou des arbres que sur des annuelle. Un élément d’explication important est dans l’excellent livre que je viens de lire « collaborer avec les bactéries et autres microorganismes’ avec la bipolarité champignon-bactéries: les vivaces et arbres préférant les sols à dominante fongique et les annuelles les sols à dominante bactérienne. Cela dit de nombreuses expériences montrent qu’il est possible de cultiver des légumes sous BRF. A mon avis deux axes de recherches se dessinent: un axe « cellulose » et un axe « azote »: il est en effet très probable qu’un apport de massif de cellulose (qui stimule donc les bactéries) sera très profitable à ton sol. L’idéal aurait été de mettre un couvert végétal d’hiver, type biomax avec des plantes telles que vesce, moutarde, radis fourrager, pois fourrager, fèverole, phacélie, lin, fénugrec… Mais là malheureusement c’est un tard pour le faire. Reste donc l’azote, il est en effet probable que ton apport tardif aie entraîné une faim d’azote, qui devrait être beaucoup plus faible cette année. Cette année surveille bien les éventuels retards des parcelles avec BRF et compenser avec de l’azote par exemple sous forme de purin d’orties ou d’urine dilluée!

      Dominique: Plusieurs soucis dès la mise en place: travail du sol qui a détruit (en partie) les réseau biologiques en place et épandage en juin, donc avec fort risque de faim d’azote et/ou de dessèchement du sol. Oui, le BRF mis en conditions sèches tend à assécher le sol et donc à donner des résultats contraires à ce que l’on recherche! Pour cet hiver, le paillage de paille est une bonne idée. Je ne sais pas où tu es, mais pour nous dans le sud ouest, il n’y aurait pas le soucis du réchauffement du sol, même en ces conditions, à mois que tu cultives des plantes qui ont besoin de beaucoup de chaleur comme des poivrons ou des aubergines. A mon avis, toutefois, l’idéal aurait été un biomax d’hiver (voir juste au dessus dans ce que j’ai écriit à Jacques).
      Pour le problème de la compaction, la solution viendra d’un maximum de retour au sol de résidus de culture, paillages cellulosiques et couverts végétaux!

      Bon jardinage à tous les trois et tous ceux qui lisent jusqu’ici les commentaires!

  15. cottet pierre (153 comments) dit :

    bonjour . pour du brf de castor j’en ai trouvé au bord du canal de jonage . il n’y en a pas des tonnes . l’arbre est de bon diamètre et il y a des copeaux au pied de l’arbre abattu . des vrais tronçonneuses ces castors et pas de caries . la nature fait des merveilles . a+

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      Tiens, je ne savais pas qu’il y a avait des castors sur les bords du Rhônes! Tiens nous au courant si tu arrives à les apprivoiser 😉 !

  16. cottet pierre (153 comments) dit :

    bonjour . j’ai appris en regardant les vidéos de l’ENFA que jacky dupétit est a la retraite ; tant mieux il aura plus de temps a consacrer au BRF .a+

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      Je ne savais pas qu’il était à la retraite. J’aimerai surtout qu’il mûrisse son discours sur les BRF… Actuellement, je trouve qu’il fait plus de mal au BRF qu’autre chose avec un discours beaucoup trop radical à mon sens.

  17. cottet pierre (153 comments) dit :

    son cheval de bataille c’est l’incorporation . perso je préfère en surface . les deux méthodes sont a expérimenter . je déplore que le brf soit présenté comme un produit miraculeux . avec de la patience oui pour les miracles il faut être patient .

  18. subra jacques (130 comments) dit :

    Absolument d’accord avec Pierre.Moi aussi je teste les deux méthodes, je ne suis pas trés loin de LOURDES et j’attend toujours le Miracle!!!!!mais je suis patient…..

  19. penouilh guy (1 comments) dit :

    bonjour Gilles,
    je relève le défi:
    je transforme mon carré de 200m2 en buttes et range aux oubliettes mon motoculteur et mes produits de synthèse.
    tous mes voeux de réussite au site et la paix pour tous….dans les sols et les airs.
    @+

  20. laure (2 comments) dit :

    Bonsoir,
    nous construisons une maison en paille et lorsque l’hiver est arrivé, c’est tout naturellement que j’ai utilisé les restes de paille qui s’accumulaient pour d’une part nettoyer le chantier et couvrir le sol de mon potager en attendant le printemps. Bon voilà maintenant c’est la printemps (enfin presque), la terre sous la paille a l’air très aérée et de très bonne qualité (mais en même temps, je n’y connais rien); pas de mauvaise herbe.Alors maintenant, je me pose les questions que j’aurai du me poser en paillant : qu’est ce que je fais? La paille étant imputrescible elle ne nourrit pas le sol (enfin je crois) est ce vraiment un bon matériau de paillage? comment on cultive ensuite??
    Bon voilà les questions d’une novice en paillage qui s’est dirigée intuitivement vers des méthodes de non travail du sol et qui s’y sent bien

    • Gilles Domenech (811 comments) dit :

      Laure,
      la paille est un très bon paillage et qui est très vite consomée par le sol, d’ici l’été, il ne restera plus grand chose de ce que tu as mis et de l’avoir mis avant le printemp a été une très bonne chose puisque ça a fait une très bonne préparation de la terre. Pour tout ce qui est repiquage, tu pourras planter directement à travers la paille. pour les semis, en revanche il faudra l’enlever, au moins aux abords du rang!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.