Et voici la rediffusion de la conférence en ligne du 8 avril 2020 réalisé avec Pierre 1911.

20 Responses to Rediffusion de la conférence en ligne du 8 avril avec Pierre 1911

  1. Michel MARTIN (15 comments) dit :

    Peut-être quelques réponses au sujet des racines et de leur complexité ici: Racines et sol
    Certaines racines perdraient une partie de leur “intelligence”, leur capacité à “tatonner” pour optimiser leur recherche d’eau et de nutriments, quand on les coupe lors de la tansplantation. Ce qui pourrait expliquer que certaines plantes ne réussissent bien que là où elles ont germé (quelqu’un aurait-il des références là-dessus?). J’ai entendu que les pêchers étaient nettement moins sensibles à la cloque si on ne les transplantait pas???
    Sur l’étonnante “intelligence” des végétaux, le blob est vraiment très fascinant

  2. JOEL JACQUET (6 comments) dit :

    Hello Gilles. J etais pas dispo pour le direct. Merci pour cette rediffusion

  3. JOEL JACQUET (6 comments) dit :

    Gilles a 21mn30 vous auriez tendance, mais ce n est qu une histoire de vocabulaire, à faire l amalgame entre autonomie et autarcie ? Autant l autarcie est quasi impossible autant l autonomie est enviseageable , ce que Pierre apel l autonomie permeable….mais dans le fond du discourd je suis d accord .

  4. JOEL JACQUET (6 comments) dit :

    Je suis tres partagé sur cette histoire des anciens ! De quels anciens parlons nous ? Quelles generations ? Beaucoup de personnes s appuient sur les gestes de leur parents et grands parents, mais noublions pas que depuis 1950 ces fameux gestes sont destructeurs. . Labours, cide , etc……

  5. JOEL JACQUET (6 comments) dit :

    Ma propre experience repiquage de carottes, c a marche mais elles fourchent.

    • André Larigauderie (1 comments) dit :

      bonjour Joël
      à propos des carottes qui fourchent n’est ce pas un problème lié aux nématodes?

  6. bernard codognotto (1 comments) dit :

    bonjour, je me présente, bernard codognotto, de mérignac 33, gerant de la ste terrus développement, j’ai mis en place une méthode ou j’allie la geobiologie , les CMA, les plantes et les algues, j’interviens sur toute l’agriculture, le maraichage, la viticulture, l’arboriculture, les céréales, et tout l’environnement naturel, actuellement je suis sur un projet dans le roussillon dans un mas viticulture pour la transition en bio + avec ma méthode.. pour la première année la coopé de saint genis des albères nous à accordé une cuve à part,le résultat est très positif.. je suis prêt à vous rencontrer pour vous développer ma méthode qui peut ètre mis en application facilement. vous me direz encore une, mais pour moi 1+1+1 nous arriverons à un résultat positif…
    je vous remercie de m’avoir lut jusqu’au bout.
    mon tel 0601791236

  7. Daniel (9 comments) dit :

    Bonjour et merci de prolonger le sujet de cette conférence.
    Résilience est un objectif absolu en même temps qu’un état d’esprit auquel on associera un nombre plus modeste de réussites.
    Si l’on entend autarcie difficile d’imaginer une surface parfaitement définie pour avoir une autonomie en fruits et légumes à minima.
    Sans même imaginer élever du bétail à tout crin sinon qq poules et lapin au mieux un cochon pour une fête annuelle comme nos anciens !
    Donc au delà de tout ce qui sera dit, quelle surface ? Sûrement plusieurs réponse selon les exemples concrêts de vie de chacun.
    Sur le site parcel-app.org, au mieux je nourri 0,2 personnes avec 500 m2 (sans viande ni oeuf) et 4 personnes avec 1 à 2 hectares (viande au minimum 1 fois semaine).
    Perso je ne me vois pas moissonner mon blé ou du mais (manque de consultation de tuto) mais troquer des confitures et ratatouilles maison contre de la bonne viande oui.
    Pourtant des exemples de fermes américaines de 500 à 1000 m2 y seraient arrivé (source parmi potager en carré, notre hôte M. Domenec ou Designpermaculture peut être je sais plus).
    Enfin, sans se spécialiser en tout ie faire comme si les voisins n’existaient pas pour du troc par exemple me semble abhérant !
    Pour dernière info je dispose de 500/600 m2 en restanques orienté sud/sud-est en terre argileuse près de Marseille, parfois argilo-sableuse, peut être argilo-calcaire (20% au mieux selon le test du bocal), isolément glaiseuse que je paille en foin à mort pour redonner vie après que les buldozzers m’aient placé le sol (sous-sol) en lieu et place de la couche de vie (merci pour toutes vos infos permaculture d’ailleurs) !
    Un chiffre : potager d’été l’an passé : 25 m2 – 270 kg de légumes en 4 mois de juin à septembre. Aucun traitement autre que compost et paille/foin.
    La résilience c’est aussi considérer qq m2 de potager comme complément de revenu/salaire/retraite. J’ai encore 15 ans tirer !
    Allez, à vous entendre
    Daniel

  8. Bernollin Antoine (1 comments) dit :

    La technique du cheneau de gouttière pour les haricots, on s’est sert pour les petits pois pour éviter de se faire bouffer les graines par les mulots.
    Antoine, Chebourg (Manche)

  9. Laëtitia Tasserit (1 comments) dit :

    La résilience… Que pensez-vous de ce site: https://conseilnational.tv/

    et des lanceurs d’alerte: Thierry Casasnova, Jean-Jacques Crèvecoeur, Docteur Tall Schaller …. etc.
    J’ai, près de chez moi, Pierre Chabrol qui produit en maraîchage bio, connaissez-vous?
    Quels conseils pour l’Aisne? J’habite près de Soissons.
    Quels conseils pour petit jardin? Quelle priorité à planter?
    Merci.

    • Eli (7 comments) dit :

      Jean-Jacques Crèvecoeur n’apporte rien de plus ni de mieux que d’autres alerteurs en amont (je pense à Maud Bigand, à “Osons Causer” youtubeur, aux collectifs d’avocats/médecins en plainte, xsite “les crises” ou “Vu du droit”, à “Allo Ruffin” même…
      Je ne peux m’étendre ici, mais Crèvecoeur tend à nous téléguider vers un travail sur nous-même, un coaching payant sus son site privé, au lieu du simple bon-sens, en cette situation d’urgence, de signaler les forces de résistance et innovation, d’ailleurs largement dotées de tout ce que soi-disant révèle Crèvecoeur.
      Vous pouvez à votre guise visiter ces forces, indiquées avec leur site de présentation, ressources, actions, chaînes d’info en partie “B/ mouvements en action”, de l’article en lien ci-dessous. (journal libre d’un territoire lotois et plus au nord de la vallée de la Dordogne)
      https://force-citoyenne.fr/2020/02/social/info-14-mars-2020-redoublement-de-vague-citoyenne-nouveau-rendez-vous-de-convergence/
      Casasnovas moins grave : il n’a pas inventé la poudre non plus, mais ne tire pas profit de nos anxiétés, sincère je crois. Pertinent (en général) dans son choix d’invités. Voir en plus politique les invités de Thinkerview (youtubeur)
      Je ne connais pas Tall Scaller, mais si c’est dans la gamme du manipulateur Crèvecoeur, je vous le redis: il y a le meilleur en amont, DONT ACTES!!! collectifs, généreux, impliqués.
      (c’est au pied du mur qu’on voit le maçon)
      à bientôt
      Eli

  10. Françoise GAUTHIER (4 comments) dit :

    Bonjour, une question par rapport aux engrais verts : est-ce qu’il y a encore un effet au mois de mai quand ils ont gelés en hiver ? Autre question sur les engrais verts : l’azote de la vesce, de la fèverole profite à elles seules ou à leur entourage ? Bien cordialement, Françoise Gauthier

    • Gilles Domenech (931 comments) dit :

      Bonjour,
      Oui l’effet des couverts en terme de matière organique, de fixation d’azote, de structure du sol… reste acquis tant qu’il n’y a pas de perturbation du sol. Toutefois l’herbe risque de commencer à passer fortement à travers !
      En général derrière un couvert gélif, je conseille plutôt une implntatoin de culture primeur dès le mois de mars, maximum début avril.
      L’azote des légumineuse profite surtout à la plante elle même de son vivant puis cet azote est intégré au sol à la mort des tissus végétaux et bénéficie alors à l’ensemble des organismes du sol et des plants qui s’y développent.

  11. Eli (7 comments) dit :

    Géniaâl!!!
    J’ai loupé la rencontre (le confinement a des conséquences dramatiques pour moi).
    Je ne vous savais pas si engagés vers cette issue au système assassin en train de (nous) planter!
    Je ne me savais pas si entourée (hélas numériquement à distance) de gens sur ce chemin qui m’est idéal.
    Je suis du sud-ouest du Lot, peu porteur, et vise un déplacement vers le berceau de l’humanité ainsi que de ma famille hélas partie ailleurs : les vallées sur la Dordogne.
    Mon schéma/projet (depuis que la même année que Greta, je suis tombée sur tous les documents nous montrant en effondrement, me sentant alors également très mal compte tenu qu’en voisinage pratique ou familial d’origine, (quasi)personne n’était intéressé à en prendre connaissance. Pourtant je me suis mise en forte participation aux NuitsDebout et tous autres mouvements à la suite, totalisant aujourd’hui 5 millions de militants du renversement du système assassin pour installer son contraire en tous points, qui est prêt, dont dégonflage des villes à 50 000, 10 000, et initiatives territoriales pour une vie résiliente) , mon schéma-projet donc, en forme de petite-annonce ci-dessous :
    ————————–
    Recherche :
    Terrain 1 à 2 ha avec
    -une maison de pierre sans valeur, si c’est nécessaire pour l’aspect constructible (afin d’y accoler une prolongation de type ‘habitat passif’)
    – un point d’eau permanente (quoiqu’il y ait des systèmes de collecte pluviale)
    – moitié pré, 1/4 bois, 1/4 cultivable
    Afin de :
    -Construire une maison en paille avec autonomie énergétique (chantier participatif)
    -Installer une paire d’ânes équipée pour travail et transport, exemple: les plans de technologie simple de porte-toutes-charges de ferme et d’artisanat /Dominique Soltner )
    -Cultiver un potager, ce que je fais déjà sur 700 m2, (faire une serre aussi, enterrée à voir)
    Cadre ou réseau :
    Présence locale d’artisans et autres producteurs dans un système en transition vers de l’autonomie territoriale/locale.
    Service participatif que je proposerais dans cette “porosité” dont parle Pierre (jeune pré-retraitée, ingénieur agricole développement, médiateur en créativité auprès de la jeunesse en difficultés -formation de 2 ans-, informatique, photo/écriture) :
    -transport attelé ; j’ai eu durant 7 ans une comtoise et 2 ânes comme collègue sur un centre d’instruction en agriculture villageaoise accueillant des migrants en projet avec leurs villages d’origine, et ai fait un manuel de vulgarisation à l’usage des vulgarisateurs au service des paysans, que j’ai testé au Bénin en 1988
    -jardin-buttes proches de la perma-culture / jardin-arboré (formule ‘accueil jeunesse’ ou ‘partagée’ envisabeable),
    -action culturelle, importante en la présence d’enfants (formée à l’accompagnement par la créativité, +années de pratique), en possession d’une médiathèque tous âges (livres, écriture, DVD ‘cultes’, ludothèque, matériel arts plastique, petits instruments de musique,…)
    remarque : si moins de 40 m2 , récupérer un algéco pour cet équipement d’atelier
    ————————–
    Il va sans dire que ce n’est possible qu’en milieu de complémentarité entraide sur les valeurs et besoins vitaux et essentiels. Ce qui définit le lieu de recherche. Il est assez possible que de la génération de ma fille suive.

    Je ne manquerai pas la prochaine séance avec Pierre et/ou dans ce genre (j’espère ne pas avoir de haute contrainte)

    Merci à vous, Gilles, Pierre et groupe dont j’ai aimé des remarques pragmatiques et clairvoyantes!

    Eli
    (il faudra reparler du foncier, et il me semble que c’est une des questions mal formulées que Gilles n’a pas saisies , je crois, à l’heure où toute perspective de liberté là-dessus se délite dans la macronie, et où la tyranie où nous entrons autorise à regarder ce que fit Hitler de sa population vivant dans les bois, durant son avénement)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.