Pour ceux qui se plaignent d’avoir du mal à trouver du BRF, voici une petite idée que nous avons mis en application début novembre.
Le sud Ardèche dans lequel je vis depuis juin dernier a été le théâtre de précipitations diluviennes, il tombé sur les reliefs cévenols au dessus de chez moi environ 700mm en moins d’une semaine!!!
Bien évidement les rivières ont largement débordés et quelques jours après, une fois la décrue bien entamée, voici ce qu’on pouvait voir dans les forêts au bord du Chassezac, le principal affluent de l’Ardèche:

BReF, il n’y a qu’à se servir!
Bon c’est vrai, j’entends déjà les puristes me dire que c’est pas du « vrai » BRF: il y a du résineux là dedans, c’est que du bois sec… Bon OK, c’est vrai, mais c’est toujours de la lignine, c’est ce qui m’intéresse le plus à amener dans mon jardin en complément de tout ce qui est déjà apporté par les cultures et couverts hivernaux ! En plus ce « BRF » est déjà fortement colonisé par du mycélium qui n’aura plus qu’à ensemencer le sol jardin !
Alors nous nous sommes servis et nous avons ramené tout ça au jardin, l’occasion d’une petite sortie en famille au bord de la rivière!

Et puis nous avons mélangé au léger paillage de résidus de sarclage disposé entre les rang de pois gourmand/orge/triticale, pois nains et autres fèves:

Alors pour ceux qui ne savent pas où trouver du BRF et qui ont une rivière en crue près de chez eux, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

Tagged with →  

26 Responses to Du BRF gratuit et en abondance

  1. Dorigord (9 comments) dit :

    Nous avons eu une conférence de Daniel Chollet qui utilise beaucoup de BRF sur sa pommeraie et sur d’autres sites. Comme il ne peut pas avoir assez de BRF, il utilise le broyat des collectivités locales : tout venant y compris des conifères. Et ça marche! Pourquoi pas aussi du bois mort!
    Les propriétaires seront sans doute contents d’avoir leur bois nettoyés!

  2. Claire Desvignes (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles, je m’aperçois donc à la lecture de cet article que vous êtes arrivés parmi nous en Ardèche sud! si ça se trouve nous nous sommes déja croisé à TH? pour ma part je vis à Ribes (15mn de TH), je fais partie des administrateurs de TH, donc j’y suis de temps en temps,évidemment je m’intéresse à l’agro éco, mais surtout à l’agriculture naturelle que je pratique depuis que j’ai travallé avec Emilia Hazelip en 94. à l’occasion et si vous avez le temps , je serai heureuse de vous rencontrer. où êtes vous , le chassezac est long ? amicalement. Claire

  3. Claude (53 comments) dit :

    En étant attentif dans mon petit coin, on trouve des opportunités et l’opportunisme a du bon. En ce moment, sous un pont et à proximité du grand Var, fleuve méditerranéen, un grosse couche de limon et beaucoup de sable gris (la physique semble les avoir bien séparés) ont été abandonnés après la dernière grosse crue.
    Les accès à ce fleuve sont rares dans ma zone et donc le glanage de débris végétaux est peu aisé.
    Comme il y avait eu de la tempête sur la bord de mer (pour nous à 20 minutes en voiture) j’ai tenté de récupérer des débris végétaux mais avec peu de succès si ce n’est de magnifiques rhizomes de « cannes de Provence ». À noter qu’une semaine après la tempête, les cantonniers n’avaient pas encore retiré les branchages.

  4. Claude (53 comments) dit :

    J’oubliais. Ce limon est celui qui a fait la richesse de la vallée du Var connue pour son maraîchage. Et j’habite sur une colline dont le sol (un poudingue se délitant) lessivé est d’une grande médiocrité.
    Le lieu où j’en trouve devrait être « nettoyé » par les employés communaux car c’est un accès publique. J’interviens donc à leur place !

  5. Claude (53 comments) dit :

    PS. Dire à la charmante jeune femme de penser à plier plus ses genoux et bcp moins sur la charnière lombaire.

    Avis gratos d’un membre peu influent de l’ « Association des Lombalgiques Anonymes ».

  6. fanfan (2 comments) dit :

    j’ai l’occasion de récupérer du bois flotté en bord de Seine et en bord de mer : celui-ci est-il utilisable en BRF ?

  7. cottet pierre (153 comments) dit :

    a défaut de brf il y a beaucoup des feuilles en cette saison . j’ai récupéré les feuilles d’une société d’espaces verts qui travaillait pas loin de chez moi . mon jardin est recouvert de feuilles que je maintiens avec du voile de forçage .

    • Gilles Domenech (787 comments) dit :

      @ Dorigord:
      Attention, le bois mort a un rôle important à jouer dans le maintient de la fertilité des sols forestiers, je déconseille fortement de l’exporter, même pour faire du BRF! Dans le cas présenté ici, c’est du bois amené de l’amont par la rivière en quantité phénoménale, il n’y a donc aucun problème à aller se servir.

      @ Claire:
      Je suis effectivement passé à T&H cet automne lors d’une matinée portes ouvertes et j’ai beaucoup apprécié l’échange avec Erik, le jardinier qui menait la visite. J’ai également fait don à T&H d’un exemplaire d’un livre BRF à cette occasion. Je suis aux Vans, c’est avec plaisir que je te rencontrerai!

      @ Claude:
      Très charmante, en effet, c’est ma compagne!
      Elle a pourtant de bonnes habitudes sur ce point (c’est plutôt moi qui ai ce défaut)! Je pense qu’elle était gênée pour s’accroupir par des branchages qu’on ne voit pas sur la photo, mais c’est bien effectivement de rappeler cela!

      @ Fanfan:
      Si ce bois est déchiqueté par la force des eaux, c’est exactement le même que celui évoqué dans l’article!
      Sinon, tu peux le broyer, ça sera du bois broyé à utiliser, comme toujours, en complément d’autres paillages et couverts végétaux!

      @ Pierre:
      Effectivement, la feuille morte c’est un peu un intermédiaire entre des tissus herbacés verts et du BRF! Donc très intéressant également!

  8. eric (12 comments) dit :

    je recommence car il manque un mot
    Ai dans mon jardin un orme atteind aujourd’hui par une maladie (comme beaucoup d’orme)… ses branches peuvent ils malgré tout servir en BRF ou pas ?
    Merci de la réponse

    • Gilles Domenech (787 comments) dit :

      Tu peux utiliser sans soucis du BRF d’orme graphiosé, cette maladie ne concerne que certaines espèces de la famille des ulmacées, aucune plante potagère n’est concernée, pas plus que les fruitier ou la quasi-totalité des végétaux d’ornement!

  9. Philippe (12 comments) dit :

    Aprés quelques mois passés exposé aux intempéries un tas de bois me fourni en écorces pour « pailler » le pied de mes arbres fruitiers.
    En effet l’écorce se détache du coup facilement.
    J’observe la présence de micélium du même type que dans le BRF.

  10. Xavier Dubreucq (3 comments) dit :

    Dans ma zone viticole, il y a un gisement considérable de sarment. Peut-on les utiliser comme BRF ?

  11. Gilles Domenech (787 comments) dit :

    A priori oui, mais il y a le risque qu’ils soient imbibés de traitements chimiques…

  12. Xavier (22 comments) dit :

    Merci Gilles,
    effectivement les vignes autour de chez moi ne sont pas bio, celà dit j’ai observé sur un tas de sarment de 1 an de la moisissure blanche au coeur du tas, j’ai pensé qu’il peut s’agir des basidiomycètes tant souhaités. comment en être sûr ?

  13. Xavier (22 comments) dit :

    Merci Gilles,
    pensez-vous qu’il soit préjudiciable à la vigne de la priver de l’incorporation de ces sarments ? les petits volumes incorporés chaque année ont ils une utilité ou est-ce qu’il faut des apports massifs pour intervenir positivement sur la fertilité ?

    • Gilles Domenech (787 comments) dit :

      Dans l’absolu, oui, il serait beaucoup mieux de ramener les sarments au sol, comme cela se fait d’ailleurs dans de nombreuses régions de France. Sur un sol vivant un petit apport participe activement à maintenir le niveau de fertilité, en revanche sur sol mort (comme dans la majorité des vignobles), malheureusement, les sarments mêmes broyés et restitués au sol sont bien impuissant à restaurer un sol fertilité. Bon c’est mieux que rien, comme dirait l’autre…

  14. sabine (24 comments) dit :

    petite question bêête , puis je mettre du brf sur un sol où j’avais déjà mis de la paille et des feuilles mortes ?

  15. Gilles Domenech (787 comments) dit :

    Mais oui, bien sûr, ça peut se faire 😉 !

  16. sabine (24 comments) dit :

    merci , toujours aussi patient et gentil , en relisant ma question je ne la trouve pas très claire, lorsque je dis où j’avais mis , je devrais préciser : sur un sol où il y a déjà de la paille et des feuilles mortes de l’automne dernier !

    et donc je parlais de rajouter par dessus , c’est toujours oui?

    d’autre part autre question ,
    j’ai lu à plusieurs endroit qu’il fallait mettre le brf tout de suite après qu’il ait été broyé , or vers chez moi je me suis aperçue qu’il y avait des tas de brf sous chaque arbre ou buisson en bordure de fossé , seulement je ne sais pas depuis combien de temps ces tas sont là ! je pense que cela doit dater d’une semaine ou un peu plus !
    cela vaut il la peine que j’aille le récupérer ?
    et est ce encore le moment d’en mettre dans mon jardin?

    vala
    à bientôt

    • Gilles Domenech (787 comments) dit :

      Pour le BRF: oui pas de soucis, vu la saison ce sera plutôt pour pailler des plantes déjà en place que pour amender le potager, mais tu peux le récupérer. S’il a commencé à fermenter (ce qui est certainement le cas), pense à te protéger les voies respiratoires en le manipulant!
      Pour les tomates, pour les mettre par dessus ton paillage, c’est toujours oui!

  17. sandra (2 comments) dit :

    bonjour Gilles

    J’ai la possibilité de récupérer du BRF de chênes et de bouleau la semaine prochaine. je voudrais savoir si ces essences sont bonnes et en particulier le chêne ? comme il est riche en tanins, est ce bénéfique pour un jardin potager ?

    merci

  18. pascale de fontanes (1 comments) dit :

    Bonjour,

    J’habite près de Montpellier et je viens de faire construire ma maison. Je souhaite installer un potager au jardin et j’aimerais amender avec du BRF mais je ne sais pas ou m’en procurer . Avez-vous des adresses ?
    Merci par avance

  19. benech (1 comments) dit :

    pouvez vous me communiquer une personne qui pourrait me vendre 1 a 2 tonnes de brf j’habite bagnols dans le gard merci d’avance

    • Gilles Domenech (787 comments) dit :

      Je n’ai pas d’adresse dans ce secteur, je vous invite à vous rapprocher des producteurs potentiels de BRF: élagueurs, paysagistes, services espace vert de le ville, pate-forme de compostage de déchets verts…

    • Persée (1 comments) dit :

      Bonjour,

      Avez-vous trouvé depuis, des fournisseurs de BRF dans votre coin ?
      Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.