Dans les commentaires de l’article « un potager sous les oliviers » que j’avais posté début novembre, Christian, un de mes lecteurs, avait évoqué dans un commentaire des cultures maraîchères sous des oliviers observées depuis une montgolfière dans la région de Marrakech, au pied du Haut Atlas. Il a cherché à en savoir plus, mais l’enquête s’est révélé difficile et il n’a pas réussi à obtenir de détails sur les techniques culturale de ces paysans marocains. Alors je propose juste ces fameuses photos, assez saisissante à mon sens avec ces cultures sous olivier au beau milieu d’un paysage semi-aride :


Et bien sûr si vous avez des infos sur ce type d’agroforesterie, je suis preneur. Je sais qu’il a un nombre significatif d’entre vous qui habite au Maghreb, alors votre savoir nous intéresse !


Tagged with →  

41 Responses to Du maraîchage sous les Oliviers au Maroc

  1. Marc (131 comments) dit :

    Merci Gilles !
    Je ne suis pas spécialement optimiste pour l’avenir de nos sociétés en général, mais voir ces images redonne le moral !

    Amitiés.
    Marc

  2. André (19 comments) dit :

    C’est effectivement impressionnant ! On voit bien comment la haie qui entoure cet « oasis » la protège du vent et de l’ensablement.

  3. Annik (2 comments) dit :

    Magique ces photos d’un jardin potager, au milieu du désert aride. Je suis conquise et admirative. L’agro-foresterie est une vraie démonstration de la vie du sol et de son équilibre par mutualisation des forces naturelles.
    Merçi Gilles pour ce lien.
    Musicalement
    Annik

  4. Michel Martin (8 comments) dit :

    L’Atlas récupère beaucoup d’eau de pluie ou neige et alimente beaucoup de sources, dont une bonne partie sont canalisées en sous-sol. La culture au Maroc en milieu aride fonctionne avec des systèmes d’irrigation très anciens et encadrés par des règles. On en trouve très souvent encadrés de palmiers Il est très probable que c’est de cette façon que ces jardins sous olivier, retirant l’eau d’un puits et fumant le sol avec les déjections et résidus végétaux. Lors d’un voyage, je n’ai pas vu de pratique qui utiliserait une couverture végétale, ce qui serait pourtant très utile pour préserver les microorganismes du fait du fort ensoleillement.

    • Najiba (1 comments) dit :

      Les systèmes d irrigation sous les sols’il il y a 1certains nombres d’années sont malheureusement en parties bouchesIl y a des bouquins qui vous explique le sort de ces sagous ts
      C est intéressant d pprofondir le sujet

  5. Claire (4 comments) dit :

    Bonjour,

    Intéressant ce reportage dans le Sahel.

  6. Donatien (44) (20 comments) dit :

    Bonjour à tous,
    Ca ne vous aura surement pas échappé : dans son Guide du nouveau jardinage, D. Soltner mentionne les cultures sous oliviers avec photos (je ne l’ai pas sous la main, sinon je vous aurais donné la page, c’est plutôt vers la fin).
    Bien cordialement,

  7. rinnert (5 comments) dit :

    je dis a toutes mes conferences, que tout est possible chez nous en europe, si je compare ce qu a fait Ibrahim Abouleish en egypte a SEKEM: transformer 70 ha de desert caillouteux en 3500ha aujourd hui de culture bocagere, compost toujours et partout avec tout ce qui est compostable
    si je veux ce que je n ai pas, je dois etre pret a faire ce que je n ai jamais fait

  8. René Jean (2 comments) dit :

    Ces photos me font penser au jardin d’un ami de Tiznit, à 120 km au sud d’Agadir, une zone déjà bien aride. Sous un couvert partiel d’oliviers il cultive luzerne, légumes et orge avec un succès qui tranche avec la pauvreté de la végétation des alentours. Ce jardin est également clos et protégé (sauf des criquets, parfois). Il faut dire qu’il a aussi un puits, foré à plus de 100m… Il n’y a pas de miracle…

  9. rinnert (5 comments) dit :

    pour voir sekem sur youtube

    http://www.youtube.com/watch?v=5zzRtFCvI0I

  10. yannick (24 comments) dit :

    Bonjour Gilles,

    Superbe ce reportage proposé par Hervé. Personnellement, j’apprécie beaucoup ce genre de documentaire, montrant d’autres régions du monde avec d’autres méthodes de culture.

    A bientôt
    Yannick

  11. Alain (11 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    oui ce type de culture est trés intérressante à condition d’avoir un minimum d’eau.
    J’ai pu observer au Niger de petites expériances de ce type dans des « oasis » ou chaque pouce de terrain est précieux et cultivé rationnellement.
    On devrait plus s’en inspirer.
    A+
    Alain

  12. Maylis (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles,

    Effectivement se serai bien d’avoir plus de renseignement à ce sujet. Ça donne envie de faire la même chose ici.

    Merci
    Maylis

    • Hocine (1 comments) dit :

      Je crois avoir la réponse de culture sous les oliviers. Je revien du bled ou nous avous deux parcelles d’oliviers. La première les oliviers sont disposé à l’ancienne ; il y a des oliviers q´autour de la parcelle au milieu y a des figuiers de cette façon on peut planter des legumes tardifs . La deuxième parcelle à été « modernisé  » c’est a dire qu’elle est planté à 100 pour cent d’oliviers là on ne peut rien planter la terre est pleine de mousse …le paradoxe c’est que la parcelle traditionnelle avec moins d’oliviers produit plus que l’autre parceque les oliviers profitent plus du soleil

  13. yvon apperry (3 comments) dit :

    Intéressant, mais il serait bon d’avoir d’avoir quelques précisions…ces petits miracles n’en sont pas toujours…comme dit plus haut,il y a parfois un puits,une source…

  14. Gilles (10 comments) dit :

    Bonjour à tous,

    En 1995, j’ai eu l’occasion de visiter un village burkinabé, situé en plein Sahel, et ayant bénéficié d’un projet d’Oasis en Tout Lieu initié par Pierre Rahbi.
    Le principe consistait justement à planter des arbres pour créer un environnement propice aux cultures : ombrage, maintien d’humidité, matières organiques disponibles sur place…
    Je ne serais pas étonné que cet oasis fasse partie d’un de ces projets.
    http://www.oasisentouslieux.org/
    http://www.colibris-lemouvement.org/colibris/aux-origines-du-mouvement/pierre-rabhi

  15. christian de nissa (6 comments) dit :

    L’objectif de départ est de répondre à Eve :
     » je suis suissesse et le climat méditerranéen m’est… étranger.
    Sans être une jardineuse émérite, j’ai de bonnes bases.En fait, je voudrais intégrer des coins de potager parmi les oliviers (il y a de l’eau sur le terrain), et si possible faire ma propre huile d’olive (et autres préparations) avec le moins de pesticides possible. »

    Elle a de l’eau, de bonnes bases et veut des coins de potager.
    L’oléiculteur avec une centaine d’arbres à entretenir chaque saisons (cueillette, taille, amendement …)fera son huile d’olive et diverses salaison dans l’oliveraie.
    Son potager se situera dans le coin potager.
    Il s’agit pour elle, d’implanter divers coins potager dans l’oliveraie; oui, c’est faisable. Pour cela choisir les emplacements entre les arbres, + ou – ensoleillés, + ou – éloignés des racines, avec l’eau à proximité et les plantations de son choix.
    L’olivier se taille en fin d’hiver, la cueillette s’effectue de novembre à février selon … la région, l’altitude. C’est un travail important fait en dehors des périodes de cultures maraichères pour de nombreux fruits et légumes (Provence)
    http://senioractif.over-blog.com/article-16932237.html
    http://senioractif.over-blog.com/article-16377392.html
    http://senioractif.over-blog.com/24-categorie-518282.html

    L’olivier profitera des amendements maraichers, attention toutefois, l’arbre trop enrichi fera beaucoup de bois et peu d’olives.

  16. Mehdi (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Merci tt d’abord pour tout ce que vous faites.
    Moi je suis un amateur, j’ai pas bcp de connaissances dans ce domaine mais c un domaine qui m’interesse enormément.
    Ceci dit, je suis un peu étonné à propos des commentaires au sujet du potager sous les oliviers, comme si c t une technique peu évidente, pourtant, depuis tjr j’ai vu ici au Maroc (notamment au sud dans l’oasis de Tafilalet) ce mode de culture qui fonctionne trés bien malgré la rareté des ressources hydriques.
    Mieux encore, le système de culture pratiqué dans cette région est appelé la culture à tois niveaux : c un système qui comprend trois étages à savoir : le palmier, l’olivier et les cultures sous-jacentes (céréales, luzerne, légumineuses et maraîchage).

  17. Laïla (2 comments) dit :

    Le maraîchage sous les oliviers est courant et un grand espace entre les arbres est laissé exprès pour pouvoir cultiver au même endroit les légumes et les olives (qu’on peut conserver) sans avoir de problème d’ensoleillement. On peut également trouver des moutons qui vont se régaler gratuitement des « déchets » de la taille. Je crois qu’historiquement les agriculteurs qui pratiquaient de type de culture essayaient d’atteindre une certaine autonomie.
    J’aimerais rappeler que l’olivier de ces zones semi-arides est en culture extensive et n’est donc pratiquement pas irrigué sauf par les crues annuelles; ses racines vont donc très profondément dans le sol à la recherche de l’eau.

  18. CHARMEIL Pascale (1 comments) dit :

    il semblerait que le compagnonnage arbre / maraîchage date de la nuit des temps. En Amérique du sud, les petits paysans font pousser 3 plantes sur un même emplacement (Maïs, haricots et courge). C’est ce que bourguignon appelle l’agriculture productive au m², alors que nous avons développé l’agriculture productive au paysan.
    Sinon, j’ai trouvé ça:

    http://www.domaine-voie-blanche.com/blog/index.php/2011/02/16

    http://books.google.fr/books?id=Xns4ZxvFtMIC&pg=PA28&lpg=PA28&dq=Joualle&source=bl&ots=HolBisBSha&sig=4JETnHzLJzA–O9q557IpwYa-Uo&hl=fr&sa=X&ei=HofAUObdB5KK4gTe6IDQDg&redir_esc=y#v=onepage&q=Joualle&f=false

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Joualle

    http://www.info-brf.com/forum/viewtopic.php?f=11&t=736

    bonne journée

    Pascale

    • Abdoulhadoulha (5 comments) dit :

      salam il faut planter ses trois legumes les plus courant mais il faut un goute a goute pour aroser car ca boit bcp d eau 150mcube pour 4000 mcarrer bonne chance

  19. Leterme evelyne (3 comments) dit :

    merci Gilles pour ces photos d’agroforesterie méditerranéenne. Si tu obtiens d’autres infos n’hésite pas à les publier je suis tout à fait partante pour m’informer davantage et m’en servir d’exemples dans mes présentations.
    Evelyne

  20. xavier (22 comments) dit :

    Pour ma part, j’ai vu des cultures maraichères à l’ombre de vignes palissées en tonnelle au sud de la mer morte, en plein désert à 1500m d’altitude !

  21. >Il est évident que contrairement à ce que les médias et l’agriculture industrielle nous laisse croire depuis des décennies que nous avons toutes les solutions et ton article en est la preuve. La personne qui ma formée à la permaculture a réaliser deux projets interessants aussi dans le désert salé Jordanien un des endroits les plus hostile de la planète. L’abondance que l’on y trouve aujourd’hui est plutôt encourageante, tapes « greening the desert » sur votre moteur de recherche préféré. En tout cas, merci pour l’article Gilles (et pour ton bouquin au passage), qui apporte de l’eau au moulin! Ouaif pas super la blague…

  22. Anne (17 comments) dit :

    Impressionnants ces oliviers!
    y’a-t il plus d’informations sur ce sujet?

    • Gilles Domenech (799 comments) dit :

      Pas pour le moment, mais si vous êtes en contact avec des marocains, (comme le laisse présumer votre activité), je suis preneur d’informations glanées sur le terrain 😉 !

  23. immobilier marrakech (1 comments) dit :

    La culture maraîchère réussie implique beaucoup plus que popping juste un peu de graines dans le sol et en attente d’une tomate à apparaître ! Très beau article

  24. immobilier a marrakech (1 comments) dit :

    Je trouve pas mieux que d’habiter une grande ferme à l’extérieur de Marrakech dans une oliveraie, par ma retraite en maillot de bain dans le futur. Merci beaucoup pour les images également

    • Abdoulhadoulha (5 comments) dit :

      salam si tu veux metre des legumes il faut de l eau surtout a Marrach il y fait tres chaud en ete tu peus planter tous les legumes qui pousse comme en europe mais y metre un gout a goute et au bout de 2 ou trois suivant les legumes mis tu recolte ,alors fait attention de metre des date sur papier car toute les graines germe en meme temps bonne chance car dans 7 ans viendra mon tour de me rotir au soleil

  25. OUASSINI (1 comments) dit :

    j’ai une ferme à 20 km d’ Essaouira au Maroc et j’ai pour habitude de cultiver mais, blé et souvent aussi petit pois et fèves, ça fonctionne très bien sans aucune irrigation , mais il faut que la pluie soit au rendez vous!
    j’étais actuellement en attente justement de la pluie mais heureusement pour moi et surtout pour tous les petits agriculteurs autour de moi , il a enfin plut ces derniers jours, en espérant que ça continuera car tous ces petits agriculteurs vivent uniquement de leur récolte pour nourrir leur famille toute l’année!
    Tout de même je vais suivre tous vos conseils et essayer de planter autre chose entre les oliviers peut être des pommes de terre et des carottes! ça devrait fonctionner? pour ceux qui veulent des renseignements sur l’olivier ou sur la région , n’hésitez pas à me contacter

    • Gilles Domenech (799 comments) dit :

      Merci pour ce témoignage, Ouassini ! Et bravo pour ton travail !
      Si des lecteurs veulent entrer en contact avec toi, ils peuvent me contacter et leur donnerais ton adresse mail car celle-ci ne leur est pas accessible pour des raisons de confidentialité

  26. jamal (4 comments) dit :

    je souhaiterais planter des olivier au nord du maroc cest a dire a nador mais je ne sais pas m’y prendre peut etre pouvez vous m aidez a ce sujet merci d’avance

    • Abdoulhadoulha (5 comments) dit :

      salam tu fait des trous de 60sur60 cm et tu le remplis d eau quand l eau est partie tu plante tes oliviers et tu laisse un cordon qui fait le tour de l oliviers qui fait plus ou moins 50cm de diametre tu mes de la paille au pied des arbres et tu arose un jour sur deux le soir au coucher du soleil et le matin avant qui ce leve et tous ca suivant la hauteur de ce que tu a acheter comme clown bonne chance

  27. DALILA MEDINI (1 comments) dit :

    Bonjour,
    J’aurai bien aimée avoir un contact avec OUASSINI,j’ai essayé le lien sans succès.
    Il s’agirait d’avoir des info pratique pour la culture potagère en milieu semi aride(algérie entre l’atlas et le désert).Enfant j’ai souvenir d’un jardin familiale luxuriant, mais péniblement il y arrivait de l’eau!!!
    L’installation a été abandonné et donc le système d’irrigation(si l’on pouvait l’appeler ainsi ne fonctionne plus)
    Seule je ne pourrai le remettre en place.Alors que des techniques de culture oui.
    Merci

    Dalila

    • Gilles Domenech (799 comments) dit :

      Effectivement, le site d’Ouassini semble désactivé, j’ai son mail, veux tu que lui fasse suivre ta demande ?

      • de ginestet (1 comments) dit :

        Bonjour
        je suis installé au Maroc depuis 17 ans et je lance un projet de culture maraîchère sous une plantation d’olivier , c’est ma deuxième expérience de maraîchage au Maroc et plus précisément à Marrakech , pour ceux qui connaissent je suis dans la vallée de l’Ourika
        Alain

        • Gilles Domenech (799 comments) dit :

          Génial, peux-tu nous en dire un peu plus ? Quelles difficultés rencontrées, quelles solutions trouvées ? Tu peux même proposer un article sur le sujet si tu le souhaites (peut-être souhaites-tu avoir plus d’expérience pour cela).
          Dans mon dernier livre, je décris le jardin d’Abro Der Aprahamian qui cultive sous les oliviers en Ardèche méridionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.