Les journées raccourcissent, les températures fraîchissent, les érables virent au rouge et les plaqueminiers à l’orange, le potager donne ses dernières tomates, les courges sont récoltées… Oui, pas de doute, nous sommes en plein cœur de l’automne qui nous amène tout doucement à la période hivernale. Est-ce à dire que la saison du jardinier est terminée ? Pour ceux qui vivent dans des climats rigoureux, peut être, mais pour la plupart d’entre nous certainement pas ! Au contraire, c’est le moment de basculer du potager d’été vers le potager d’hiver !

Concrètement qu’est ce que cela veut dire ? Tout d’abord, c’est le moment de couper les légumes qui ont fini de donner (attention, j’ai bien dit couper et non arracher !) et de laisser leurs tiges et feuillage soit sur place, soit entassé en andain sur la pelouse pour préparer un agrandissement du potager en vue du printemps prochain. S’il reste des tomates vertes sur les pieds, récoltez les et laissez les mûrir dans des cagettes dans votre maison.

Mise en andains des résidus de tomates et cucurbitacées coupés pour laisser la place à des cultures et des couverts végétaux d’hiver. L’andain formé permet de préparer une nouvelle parcelle de potager pour l’année suivante.

Ensuite, il s’agit d’ensemencer les planches laissées libérées de leurs cultures d’été. Pour ce faire plusieurs solutions : soit on cultive, soit on sème un couvert.

Si on choisit de cultiver, ce sont des plantes résistantes au froid qui seront adaptées , comme de légumineuses (fèves, pois…), des épinards, de laitues d’hiver… Oui, je sais, en ce qui concerne les pois, c’est écrit sur les sachets de graines qu’il faut les semer en février-mars, mais, en tous cas dans le Gers, ça marche beaucoup mieux en semis d’automne ! Cette année, je vais essayer la même chose en Sud-Ardèche où j’ai aménagé en juin dernier. Si vous êtes dans d’autres régions de France, d’Europe ou du monde, faites nous part de votre expérience ! Toujours à propos des pois, notez que les pois fourragers, contrairement à ce que leur nom laisse penser, ils sont tout à fait savoureux et en plus très productifs. Pour tuteurer les variétés demi-rame (pois fourrager, pois mangetout…), il suffit de semer avec les pois une céréale (orge, avoine, seigle, triticale…). Pour les variétés à rames, ça peut aussi se faire, mais c’est quand même un peu petit comme tuteur !

Culture de pois grimpants tuteurés par un couvert de triticale.

Les planches qui n’ont pas de cultures d’hiver devront recevoir un couvert hivernal, pour cela un mélange de plantes résistantes au froid est adapté. J’avais écrit un article sur les couverts hivernaux en mars dernier, ce qui suit en est en quelque sorte la suite.

Dans le jardin gascon de mes parents, cette année, nous allons tester un mélange d’avoine, bourrache, moutarde, fèverole et vesce. Le choix des plantes est très vaste, outres les cinq espèces cités juste avant, on peut essayer : radis et navets fourragers, phacélie, graminées diverses (seigle, orge, triticale…), fénugrec, minette, lin, trèfle incarnat (lui il faut le semer dès septembre, c’est donc déjà trop tard)… Il est intéressant d’associer des plantes ayant des propriétés complémentaires. Par exemple dans le mélange que nous allons tester dans le jardin gascon :

–           l’avoine et la moutarde forment beaucoup de biomasse rapidement dès le mois de mars et leurs systèmes racinaires sont complémentaires : pivot puissant pour la moutarde (ainsi que pour l’ensemble des brassicacées) et réseau de racines fasciculées pour l’avoine (ainsi que l’ensemble des graminées), ce qui a un effet très positif sur la structure du sol ;

–          la bourrache couvre le sol, donc devrait (nous l’espérons) être précieuse pour contrôler la pousse de la potentille et autres adventices vivaces ;

–          enfin, la fèverole et la vesce, sont des légumineuses capables de fixer plusieurs dizaines, voire centaines de kilos d’azote qui seront un engrais d’excellente qualité pour les cultures qui vont suivre !

Pour le semis, un sarclage de la planche suivit d’un simple semis à la volée enfoui au râteau suffit dans la plupart des cas, sauf pour les plus grosses graines, notamment la fèverole qui apprécie d’être enfouie plus profondément (5 à 10cm), ce qui peut être fait à la main graine par graine sur de petites surfaces.

On me demande souvent où se procurer les graines, en ce qui me concerne, je me fourni chez Terre d’Humus, qui possède la plupart des plantes cités ci-dessus.

Voici une petite galerie photo de quelques plantes de couverture à implanter maintenant (fénugrec, vesce commune, avoine noire, moutarde blanche, phacélie + fèverole, radis fourrager :

Et vous, avez-vous ou allez-vous implanter des cultures et des couverts d’hiver ? Si c’est le cas, dites nous quelles espèces, quand et comment les semez-vous ?

Bon semis d’automne !

42 Responses to Couverts végétaux et cultures d’hiver

  1. Loic (20 comments) dit :

    Salut gilles

    Moi je trepigne d’impatience a l’idée de faire le plein de feuilles. Je veux faire une couverture d’au moins 30 cm sur des parcelles jamais cultivées.

    En gros aujourd’hui c est de l’herbage a mouton !

  2. guegan (1 comments) dit :

    Bonjours.

    Je viens de couvrir une surface de 800 mètre carré

    de jardin avec du brf c’est la première année j’espère

    que je fais bien .

    A bientôt j’espère

  3. dominique (5 comments) dit :

    j’ai enormement de chiendents !! entre les angrais vegetaux ! la raygrass ou le brf!! je ne sais que faire !
    merci de m’aider!!

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      @ Dominique: Bonne question! Oui, le chiendent peut faire office de couvert végétal, et le soucis c’est que c’est une graminée vivace quasiment indestructible! Un couvert implanté maintenant le concurrencera quand même un peu au début du printemps, ensuite, il faut sarcler de temps en temps pour le calmer un peu et surtout ne pas travailler le sol, avec la restructuration de celui-ci, le chiendent disparaîtra peu à peu au fil des années, mais il faut de la patience!

      @ Philippe: Les plantes citées dans mon article conviennent toutes aux sols calcaires (chez mes parents, c’est argilo calcaire). Pour plus de précisions sur chacunes des plantes, demande conseil à Yann Labuche de Terre d’Humus!

  4. philippe (12 comments) dit :

    Salut Gilles

    En ce qui concerne les semis de pois et de fèves, je dirai même que chez moi dans le quercy blanc il est impératif de les faire à l’automne contrairement à ce qui est écrit dans les livres de jardinages. En effet on a souvent une période de sécheresse en début de printemps qui est fatale pour le rendement de ces plantes potagères.
    Le fait de semer à l’automne permet à ces plantes de développer leur système racinaire durant l’hiver et donc au printemps de résister au manque d’eau.
    Je prend note de la composition de tes couverts hivernaux que je compte essayer cette année ou la suivante, l’absence de pluie rendant les choses difficiles cette année.
    Y a t il des couvert plus particulièrement adaptés aux terrain calcaires?

  5. Subra Jacques (130 comments) dit :

    @Guégan
    J’ai fait la même erreur il y a deux ans , résultat rendements divisés par deux, voire pour certaines cultures zero récolte ( haricots, pomme de terres)Peut-être en avais-je trop mis? Cinq centimètres en moyenne.A présent il est  » digéré » les récoltes redeviennent normale. Cela m’a appris la prudence!!çà dépend aussi du sol,maintenant j’en met plus souvent mais en trés petite quatité et seulement en couverture. Tiens-nous au courant des résultats.
    @Dominique
    Pour le chiendent j’en ai un peu et je ne connais qu’une solution : l’arrachage, ses racines traçantes son trés difficile a détruire, ce n’est par un hasard si l’on en fait des brosses!!

  6. cottet pierre (153 comments) dit :

    j’ai commencé la couverture du jardin a l’automne comme le préconise dominique soltner . en attendant la chute des feuilles j’ai mis des orties , quatre sacs de 160 litres pour une planche de 1.5m x 7m. je rajouterais des feuilles sur les orties si besoin car j’ai tout ramassé.ce qui me freine a utiliser les engrais verts c’est la libération de planche dés septembre , le respect des rotations et ensuite sa destruction avant semis ou plantation. je laisse le maximum de racines de la culture précédente. pour les haricots; les salades,les choux, les tomates,les courgettes,les aubergines je coupe a ras le sol sans arracher les racines . je reconnais que c’est un gros travail mais ensuite on peut enlever; déplacer assez aisément les feuilles dans le jardin surtout que le volume diminue avec le temps . si un jour je me lasse du ramassage des feuilles je passerais a l’engrais verts

  7. Maurice (11 comments) dit :

    à propos de « Terre d’humus » peut-être suis-je miro mais je ne vois pas trace de catalogue produits ???

  8. Yann LABUCHE (4 comments) dit :

    A Dominique (Chiendent) :
    Trois possibilités :
    1. le désherbage manuel, plus facile en sol assoupli par des pratiques vertueuse (BRF, sol jamais nu, engrais verts, toujours des plantes en vie dans le sol). La racine vient tout seul quand on tire dessus en conditions de sol humide. ça c’est bien pour petites surfaces.
    2. Travail du sol qui ressort les racines ; en période sèche pour assécher les racines. Mais je suis pas chaud partisan : tout travail du sol perturbe le sol et ses
    ouvriers amis du jardinier. En plus on détruit de la matière organique à fond.
    3. Semer des graminées et en particulier seigle. Voir http://www.itab.asso.fr/downloads/Fiches-techniques_maraichage/ENGRAIS%20VERTS.pdf

    A Philippe (engrais verts pour sol calcaire) :
    « Les amoureuses du calcaire » : Fenugrec (annuelle), Gesse & lentille (argilocalcaire), lotier (vivace), mélilot blanc sibérie (bisannuelle), minette, sainfoin (vivace).
    Mais il y a aussi les tout terrains : moutarde et autres crucifères, phacélie, féverole, graminées sauf seigle qui préfère les sols acides, pois, …

    A Maurice et aux autres personnes intéressées :
    Je fournis des engrais verts (pas tous) et je m’intéresse en particulier aux mélanges, dits Biomax (nom de baptème donné par les agriculteurs = mélange pour obtenir un maximum de biomasse et un max de diversité).
    Intérêt des mélanges : complémentarités des systèmes racinaires et aériens, d’où meilleur travail du sol par les racines et exploitation de la lumière. Et aussi quand une plante est en conditions limites, les autres plantes prennent le relais.
    Juste un exemple : dans mon coin (Bourgogne), un agriculteur bio avait du chardon dans une culture de triticale (croisement blé-seigle). L’année d’après, il a semé le triticale avec pois et féverole : résultat, disparition du chardon !

    Bref, pour avoir infos et tarifs sur Biomax et engrais verts : envoyez moi un mail à yl(at)terredhumus.fr
    Remplacer le (at) par @.

    Bon jardinage d’automne à tous.

  9. Didier (23 comments) dit :

    J’utilise les 2 méthodes sur les planches libérées : engrais vert et couvert de feuilles, orties + tonte (pour que les feuilles ne soient pas emportées par le vent)
    J’essaie pour la 1ère fois un mélange préparé par Germinance : lin , moutarde, phacélie, sarrasin, avoine et vesce .
    Sur une parcelle, j’ai fauché la bourrache, qui allait grainer.
    Pour les planches encore occupées, je laisse les fanes sur place au fur et à mesure des récoltes (carottes, panais, navets, poireaux,…)
    Et au printemps, je vais me retrouver devant le casse-tête du réchauffement du sol

  10. Jérôme (4 comments) dit :

    Bonjour,

    Pour ma première année de culture, j’ai semé sur deux parcelles phacélie + colza fourrager + vesce.
    Sur deux autres planches j’ai mis du compost vert avec des feuilles de bouleau et de cerisier.
    Petite question, j’ai cultivé de l’hélianthi, est-ce que les reste de végétation peuvent être mis sur des planches pour faire un couvert hivernal ??

    Merci et à bientôt.

  11. Hervé (23 comments) dit :

    Bonjour,

    Je m’essaye aux couverts cette année, pas facile de faire un choix adapté à mon climat vosgien ( hiver pouvant être très froid ). J’ai semé quelques planches avec vesce+seigle qui me semblaient les E.V. les plus résistants au gel . J’espère détruire celà au début du printemps et utiliser comme mulch si toutefois il reste quelque chose …..
    Pour la destruction, je pensais faucher, mais j’ai cru comprendre que le couvert repoussait et qu’il faut juste le coucher . Des idées sur cette question ?

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      @ Jérôme:
      oui, tu peux laisser tes résidus d’helianti sur le sol pendant l’hiver.

      @ Hervé:
      si tu fauches avant floraison, effectivement, ça repoussera. Par contre, si tu peux attendre que toutes les plantes aient fleurit, la fauche ou le broyage à la tondeuse suffiront

  12. sabine (24 comments) dit :

    bonjour Gille , merci pour ce site ,et sa clarté
    j’essaye de comprendre et de pratiquer , depuis peu de temps certes mais avec enthousiasme!
    je choisis celle ci :

    j’ai lu qu’il fallait laisser les racines des légumes que l’on cueille dans le sol, est ce valable aussi pour les pieds de tomates?

    merci et à bientôt

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      Oui, pour les tomates, les courges, les aubergines… Si tu n’as pas besoin de récolter la racine, laisse la en terre!

  13. sabine (24 comments) dit :

    merci beaucoup pour ta réponse , donc je coupe à ras de terre les branches et feuilles que je vais laisser en tas pour que ça puisse se décomposer pendant l’hiver? ai je bien compris oupas ??

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      @ Sabine
      Euh, je sais pas trop, tu me questionnais à propos des tomates, là tu me parle de branches à couper au raz du sol, je ne suis pas sûr de bien comprendre 😉 !

      @ Michèle
      Très intéressantes tes observations concernant l’impact des couverts hivernaux sur les auxiliaires!

  14. Michèle L. (5 comments) dit :

    Bonjour,
    pour ma part,je mets des engrais verts dès qu’un ados est libre pour ne pas laisser le sol nu pendant l’hiver. J’utilise le seigle, l’avoine, la vesce, la féverole; j’essaie de prévoir quelle culture il y aura l’an prochain pour mettre une légumineuse ou non. Le seigle est bien pour décompacter le sol et il concurrence le chiendent. je vais mettre de la moutarde dans les ados où les pommes de terre ont eu des attaques de taupin.Mais je suis en retard car je tarde à couper aubergines, tomates et poivrons qui donnent encore des fruits! L’an dernier, la vesce a été envahie de pucerons dès le mois de mars, ce qui a fait venir une colonie de coccinelles et les fleurs de féverole attiraient les insectes. Je pense qu’il faut semer des engrais verts car ils jouent un rôle très important pour tous les auxiliaires du jardinier.

  15. sabine (24 comments) dit :

    gilles
    je parlais des branches et feuilles de tomates….enfin chez moi il y a les racines mais au bout il y a les branches ou tiges (quand même pas tronc, quoi que ..) avec les feuilles pis les tomates emmêlées parmi toussa, mais bon ce n’est que mon observation.

    et donc ces tomates , je les ai cueilli , il reste …le reste , que je coupe à ras de terre en laissant donc les racines ?
    hum je ne sais pas si je suis très clair , mais j’essaye

  16. David 26 (1 comments) dit :

    Salut à vous,
    Moi j’ai toujours la paille mis au printemps puis au cours de l’été. J’ai laissé en place toutes les cultures sans intervenir. Les pieds de courges, courgettes et concombres finissent ainsi leur vies, ce qui couvre une partie de la paille.
    J’ai uniquement coupé à environ 20 cm de la base les pieds de tomate après les dernières récolte.
    L’année passé j’avais semé des engrais vert car la terre était nue, cette année non.

  17. Gilles Domenech (776 comments) dit :

    @ Sabine,
    Oui, dans ce cas, nous bien d’accord. En fait dans mon esprit le mot branche réfère plutôt à des ligneux, d’où ma réponse précédente quelque peu dubitative 😉 !

  18. Mylène (2 comments) dit :

    Bonjour,
    nouvelle sur ce site, je parcours les échanges et les articles (pas encore tout lu…)

    nous sommes presque en décembre…
    y a-t-il des engrais verts que je puisse encore semer en ce moment… au milieu du chiendent…???

    j’expérimente le BRF sur de petites surfaces ; la terre s’est déjà transformée (argileuse sur lotissement…);de multiples et divers champignons de toutes tailles s’y sont épanouis avec les pluies des semaines passées… je n’y connais rien, alors je ne les ai pas récoltés…
    mais je me demande si c’est bon ou pas, ces champignons, sur les zones potagères ???

    j’ai récupéré des cartons en vue de laisser travailler les hôtes du sol cet hiver, mais je n’ai pas de paille, et peu de feuilles pour les recouvrir; que puis-je mettre d’autre ?

    le jardin est colonisé par les escargots et les limaces, mais je n’ai pas trop le coeur à les tuer…la seule fois où j’ai mis des granulés, il y a quelques années, j’avais l’impression de jardiner sur un cimetière, et ça me gâchait tout le plaisir …alors tant pis, j’attends que la régulation se fasse naturellement…
    mais j’attends de lire votre article sur les limaces carnivores…peut être font-elles partie de la faune chez moi ???

    je suis en ardèche, près d’Aubenas…
    je suis allée plusieurs fois chez Terre et Humanisme, où j’ai glané quelques précieuses informations
    et je m’oriente vers le jardinage co-créatif (inspiré de Findhorm et Pérélandra, mis au goût du jour par Claire Desvignes, pour ceux qui la connaissent)

    au plaisir de lire vos réponses…
    et d’échanger
    merci d’avance

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      Bonjour Mylène,
      Nous sommes donc voisin, puisque j’habite aux Vans depuis le mois de juin!
      Pour les champignons, pas de soucis, c’est normal et sans danger suite à un épandage de BRF!
      Pour les cartons, ce serait quand même mieux de les recouvrir, tu n’as pas de voisin qui auraient des feuilles à jeter? ou évntuellement la commune qui doit enlever celles qui s’accumulent sur les trottoirs?
      Étonnant sur ce soit à ce point là les mollusques dans ton jardin, je n’ai jamais observé de cimetière de ces bestioles, même avec le ferramol, tu es bien sûr que c’est du bio que tu as utilisé? Pour une régulation naturelle, ça peut prendre du temps et ça reste aléatoire, surtout si tu es sur un terrain perturbé (lotissement).

      • Suf (3 comments) dit :

        Pourquoi recouvrir les cartons ? Je pensais qu’ils servaient eux-même … de couverture !?

        • Gilles Domenech (776 comments) dit :

          C’est vrai que les cartons servent de couverture mais c’est pas franchement esthétique et en plus le mulch offre un amendement supplémentaire au sol. Le foin par exemple est ce qu’il y a de plus intéressant pour nourrir les vers de terre.

  19. Mylène (2 comments) dit :

    Bonjour Gilles
    oui nous sommes voisins…
    me voilà rassurée sur les champignons
    je vais voir pour les feuilles
    quant aux limaces et autres escargots, c’était il y a 3 ou 4 ans, et je ne me souviens pas de ce que j’avais utilisé à l’époque; il me semble que c’était un truc qui leur coupait l’envie de manger, mais je ne suis plus très sûre…
    en tous cas ça m’a laissé une espèce de malaise à l’idée de tuer quoi que ce soit… (euh, j’ai pas de complexe avec les moustiques, les puces, les tiques, et les mites alimentaires quand même…)
    alors même les récolter sur des planches et les tuer, je ne le sens pas…
    mais les jeunes plantules repiqués ou les semés en place n’en réchappent pas…je n’ai pas récolté grand chose cette année…

    et pour les engrais verts ? de tout ce que je lis, c’est trop tard … tu confirmes ?
    ça sera pour le printemps ?

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      Normalement oui, mais l’automne cette année est tellement doux que je ne sais plus quoi penser… :-s !

  20. LEKIEN (5 comments) dit :

    Suite à de multiples lectures, et notamment les articles de ce site et le PDF sympa que vous mettez en ligne, étant de plus en zone méditerranéenne, je suis maintenant convaincue que le sol doit toujours être couvert. Nous avons donc petit à petit mulché sur une grosse épaisseur toutes les plates bandes du jardin.

    Quelques questions pratiques :

    1/comment faire pour installer une inter-culture, de l’engrais vert à travers un paillage de 25cm ??

    2/en zone sèche nécessitant un arrosage contraignant, sur une planche libérée en juillet, est-il judicieux d’installer de suite un engrais vert ou fait-il attendre le retour des pluies vers novembre?

    ps : partage d’expérience semis fèves, petits pois.
    nous sommes au Sud du Portugal, ici il existe des variétés de fèves et de petits pois pour les semis d’automne et d’autres pour les semis de printemps. Nous avons ainsi semé les premières fèves en novembre, puis en décembre et les dernières fin janvier.

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      C’est sûr que semer à travers un épais paillage n’est pas très aisé, il faudrait l’écarter pour dégager des lignes ou des poquet à semer.
      Pour la période, si le sol est un peu humide sous les paillage ou si vous avez la possibilité d’irriguer un peu,pourquoi pas essayer dès maintenant, sinon, il vaudrait mieux en effet attendre le retour des pluies.

  21. severine (9 comments) dit :

    bonsoir gilles ,

    me revoila avec mon sac de questions…
    comme je te l ai deja dit , j aimerais faire 1essai d engrais vert sur le petit morceau ou je n ai pas plante a l automne ;
    seulement ayant 1 climat doux (corse) les plants d ete trainent gentiment jusqu a decembre/janvier…
    dans ce que j ai lu , les engrais verts se mettent en place a l automne ; est ce que ca sera encore possible en janvier ?
    j aimerais aussi avoir plus d infos sur la facon de semer (distance , densite) ?
    est ce que c est mieux de semer l engrais vert au milieu du paillage deja existant ou de virer le paillage ??
    mon potager se recouvre tres facilement d oseille sauvage ; est ce que je peux laisser faire ? est ce que ca va pas trop concurrencer les legumes ? y a t il 1engrais vert qui concurrence l oseille ??

    merci d exister et de nous permettre d evoluer !!

  22. severine (9 comments) dit :

    ahh… j ai oublie 1question..
    si je seme mon engrais vert courant janvier , est ce que je serais pas trop a la traine pour planter mes cultures d ete ??

  23. Gilles Domenech (776 comments) dit :

    En effet, c’est une déformation de continental lorsqu’on dit qu’il faut les semer à l’automne. Chez moi, dans le sud de la France, si je les sème disons fin octobre, ils passent l’hiver à l’état de jeunes plants et commencent leur croissance seulement en mars. Dans ton climat corse, je ne serait pas étonné que tes semis de janvier rattrapent mes semis d’octobre avant le mois de mars!
    Pour ce qui est des densités de semis, elles dépendent de la planté semée et sont généralement indiquées sur les sachets de graines.
    Pour le paillage, sur une petite surface, il est plus simple de l’enlever pour faire le semis.
    Sur de plus grandes surfaces, François Mulet à témoigné le 4 décembre dernier de semis à la volée à travers un épais paillage remué pour que les graines touchent le sol, ce qui semble avoir bien fonctionné.

  24. severine (9 comments) dit :

    justement apres avoir ecoute les enregistrements du 4decembre,
    je m interroge par rapport a l oseille sauvage qui envahit mon potager… est ce que je dois la considerer tout simplement comme 1couvert vegetal et la laisser prosperer a sa guise ?? ne va t elle pas mettre en concurrence les cultures deja existantes ??

  25. Gilles Domenech (776 comments) dit :

    À mon avis le risque de concurrence est bien réel, il me semble nécessaire de contrôler cette espèce, surtout à partir de l’installation des cultures d’été. Pourquoi pas en faire un couvert à détruire fin avril? Mais c’est une vivace, donc plus difficile à contrôler que les annuelles de nos couverts hivernaux…

  26. benoit (26 comments) dit :

    Est ce qu’il est possible et intéressant de produire ses semences de couvert? Combien de surface faudrait il en moyenne pour obtenir 1kg de graine? Cela dépend des plantes mais a peu près.

    • Gilles Domenech (776 comments) dit :

      Bien sûr cela est possible, ma mère le fait régulièrement !
      Difficile de répondre à ta demande de quantification. Par exemple 1 m2 de triticale peut facilement fournir quelques 200 à 300g de graines, mais 1 m2 de féverole ou de moutarde produira bien moins. Cela dit avec 100g de moutarde tu ensemenceras une surface bien plus importante qu’avec 1g de féverole ou de triticale…
      Donc au final, tu avais la réponse: ça dépend des plantes 😉 !

      • benoit (26 comments) dit :

        OK. J ‘ai aussi envi d’essayer de planter de la consoude et luzerne, comme j’ai lu dans « Créer un jardin foret », pour couper, exporter et faire du mulch. Et je me demandais, après cette culture de mulch, dans quel etat sera le sol? Est-ce qu’il risque de trop s’appauvrir?

        • Gilles Domenech (776 comments) dit :

          Ce que tu fais là n’est pas vraiment un couvert, mais plutôt une planche dont l’objectif est la fauche pour la production de mulch, cela est possible. Pour ne pas appauvrir le sol penses simplement à restituer une coupe par an au sol. Ces plantes étant des vivaces, l’essentiel des restitions au sol se fait sous terre (litière souterraine et rhizodéposition); donc tu peux te permettre de prélever une partie de ce qui est produit en surface sans trop de risques.

  27. […] Je viens d’arriver chez mes parents pour y passer quelques jours et je vous partage une observation assez étonnante qui a de quoi donner des idées pour l’avenir dans la pratique des couverts végétaux. […]

  28. justin (2 comments) dit :

    Bonjour,
    Je suis Belge et j’aimerais faire un jardin sans labour. Pour cela , il me faudrait des cultures d’hiver adaptées au climat ardennais.J’ai vu aussi que l’on pouvait faire des semis de fleurs ou autres mais je ne sais pas qu’elles sont les espèces avec lesquelles ils seraient possible de le faire. Est – il possible d’avoir quelques renseignement ?

  29. […] délicates à réaliser et favoriser le plus possible des végétaux implantées à l’automne (cultures ou couverts végétaux) : il frappant de remarquer que ces dernières, non seulement ne souffrent pas de faim d’azote, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.