Je vous propose dans cet article de revisiter les fondamentaux de mon approche technique du jardinage « sol vivant » et surtout de la première mise en place d’un tel jardin à partir d’un terrain enherbé.

Il y a de nombreuses manières de commencer un potager avec l’objectif de cultiver avec la vie des sols. De nombreux permaculteurs, par exemple sont inconditionnels des buttes, d’autres jardiniers du double bêchage, ce type de mise en place est tout à fait envisageable mais perturbe fortement le sol la première année. Je vous invite, surtout si vous partez d’un terrain déjà bien structurée par la végétation en place (prairie, pelouse, friche…) à perturber le moins possible le sol et le préparer sans travail du sol préalable.

Les techniques dont je vais vous parler sont comparables à celles exposés par Dominique Soltner dans son « guide du nouveau jardinage » que je vous recommande bien évidement !

Ce type de préparation consiste à déposer simplement une couche de matière organique directement sur le sol. Cette couche peut être composée de divers matériaux :

–          Feuilles mortes
–          Paille
–          Foin
–          BRF (éviter d’en mettre plus de 2 cm en sol argileux)
–          BREF
–          Cartons d’emballage (marrons, sans encres ni scotch)
–          …

Les cartons seront surtout intéressants pour ceux qui ne disposent pas de suffisamment de MO.

Idéalement la couche de MO à déposer doit être d’au moins 20 cm, sans quoi les herbes passeront vite au travers de ce mulch. Si vous ne disposez pas assez de MO, il sera préférable de mettre une sous-couche de carton d’emballage. Ceux-ci s’ils ne sont pas blanchis ou colorés ne présentent pas de danger pour l’environnement. Cette sous-couche permet de faire un écran à la lumière et sont donc un désherbant efficace tout en permettant les échanges entre le sol et le mulch disposé au-dessus (contrairement à une bâche plastique par exemple).

Ensuite, une fois venue la saison des plantations, vous pourrez y effectuer plantation et semis directement dans le sol à travers le mulch ! En ce qui concerne les semis, il sera préférable, du moins la première année de privilégier les grosses graines, mais on peut aussi tenter d’ouvrir un sillon ou des poquets pour les semis de petites graines.

Dans le sud-ouest la meilleure saison est à mon sens l’hiver, car si le mulch est disposé trop tôt il est consommé par la vie dès le début du printemps et on est obligé de remettre des MO pour tenir le sol désherbé jusqu’à la mise en culture. Dans des régions aux hivers froids et/ou secs, il probablement possible de faire cela dès l’automne, mais même dans ces condition, à mon sens, jusqu’à la fin mars il n’est pas trop tard pour commencer.

La série d’images suivante (issue de mon article « une séance de jardinage sous le soleil de mars » de mars 2011) montre les étapes de la disposition d’un mulch de carton + foin pour préparer une planche envahie par les graminées spontanées.

Un des principaux défauts de cette méthode est qu’elle ne permet pas au sol de se réchauffer rapidement au printemps, c’est une réalité, plus ou moins gênante suivant le climat dans lequel on se trouve, mais il ne s’agit que de la mise en place la première année, donc cette contrainte est tout à fait supportable, elle réduira simplement le choix des cultures à mettre en place cette année.

En revanches les avantages de cette méthode sont nombreux :
– Le sol n’est pas du tout perturbé
– Le sol est amendé avec les MO apportées
– Les racines et parties aériennes de herbe qui se décompose participent à enrichir le sol en MO facilement dégradable
– La structure du sol au mois de mai est souple et aérée, très agréable pour y repiquer les plants de cultures d’été !

Alors, intéressés ? C’est à vous !


Tagged with →  

159 Responses to Commencez un potager « sol vivant » sur une parcelle enherbée grâce à un simple mulch !

  1. Donatien (44) (21 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    et merci pour ce nouvel article.
    Pour les semis à travers le mulch, j’ai vu sur Internet que certaines graines peuvent atteindre le sol si on agite la couche où elles sont semées. Mais j’imagine que ça ne marche qu’avec des couches aérées (BREF, paille, etc.), pas avec du compost ou des feuilles mortes…
    A propos de compost, quelqu’un a-t-il essayé le semis sur compost « spécial plateforme » conseillé par D. Soltner ?

    • Marie (9 comments) dit :

      J’ai commencé un potager l’année dernière, j’ai pratiqué selon le guide de D.Soltner Pour les grosses graines(petit pois, haricots, fèves) et pour les plants à repiquer j’ai écarté le paillage et pour les graines plus fines j’ai utilisé du compost que je me suis procuré en déchetterie (qq euros la poubelle)Ça marche très bien, j’ ai pu récolter carottes, panais,betteraves,salades,oignons!

    • Léa (18 comments) dit :

      Hello Donatien,

      L’an dernier, on a monté une serre sur un ancien emplacement de tas de sable, avec une terre pas vraiment tip top pour faire les semis. Du coup, on a acheté un bon paquet de compost à une plateforme du côté de Lyon et les semis ont super bien marché. Y a pas eu besoin d’acheter de terreau.
      Pour le prix que ça coûte, ça peut vraiment valoir le coup. Après, faut vérifier que ce compost ne soit pas fait avec des matériaux douteux, en demandant par exemple s’il est utilisable en AB..

      • cottet pierre (152 comments) dit :

        j’ai une plate forme de compostage a vaulx en velin . j’ai demandé s’il utilisait des boues des station d’épuration : je n’ai jamais eu le réponse mais j’ai eu le tarif en 24heures

        • GOMISRen (9 comments) dit :

          Question,
          Le carton + paille sont-ils efficace sur parcelle enherbée de chien-dent?

          • Gilles Domenech (708 comments) dit :

            Cela réduira momentanément son importance, mais ne le tuera certainement pas, il reviendra au galop !
            Si tu veux vraiment réduire sa présence, il faudra faire un an ou deux de couverts de seigle à mettre en place en début d’automne, voire plus tôt si cela est possible.

  2. NANCY (5 comments) dit :

    c’est ce que je voudrais faire mais pas assez de dechet a disposition et acheter de la paille n’est pas dans mon budget encore cette année
    sinon c’est le top je finirai par y arriver

  3. jawad (3 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Un grand merci pour toutes tes infos qui tombent franchement le bon moment et remplacent un guide très pratique spécialement quand on fait face à des défis de certains sols difficiles à travailler.
    je pouvais pas participer à l’ expérience des mycorhizes car je suis un maraîcher sans terrain.
    Un bon soutien de ma part.
    BàV
    Jawad

  4. Moilamain (7 comments) dit :

    est-ce que quelqu’un a fait un comparatif entre sol paillé qui ne se réchauffe pas et sol pas paillé qui se réchauffe plus vite au printemps…
    ça donne combien d’écart de différence pour ceux qui ont fait l’expérience ?
    Perso, je doute qu’il y ait une différence marquée et marquante pour le jardinier….
    pour le maraicher ok, mais le jardinier… pas convaincu.

    Je dis ça parce que j’en vois bcp pailler leur framboisier à l’automne et dépailler au printemps, pour re-pailler un peu plus tard…
    Mais quel boulot ! Oh la la !
    Tout le monde dit : « ça se réchauffe plus vite » mais personne ne répond à « plus vite de combien ? »
    si c’est pour gagner 1 semaine, 2 semaines… c’est bien utile pour le maraicher qui commercialise, mais pour le jardinier… ça lui servira uniquement à aller se vanter sous prétexte qu’il se rajoute du travail de maintenance…

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Très bonne question 😉 !

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      pour mes pommes de terre sous feuilles je mets du voile de forçage a la plantation pour réchauffer la planche et ça pousse très bien . pour les haricots je sème un peu plus tard pour gagner quelque degrés

  5. flo beaufrere (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles

    Merci pour tes articles toujours très intéressants.
    En ce qui concerne l’expérience des mycorhizes je suis un peu frileuse j’ai peur de perturber l’équilibre de mon jardin.Mais l’expérience m’intéresse.

    En ce qui concerne le paillage que je pratique depuis cet automne avec ce que j’ai a portée de la main c’est a dire copeaux de cryptomeria, feuilles de bananiers,feuilles non consommables,algues rejetées par la mer;je trouve que c’est positif mais qu’il vaut peut être mieux que le sol soit couvert le plus possible de plantes vivantes ainsi les limaces et autres peuvent se régaler de feuilles de capucines (que nous mangeons aussi mais il y en a plein) et laisser tranquille feuilles de pommes de terre,poireaux et autres.
    Ainsi je te rejoins dans l’optique de cultiver ce qu’on aime en dérangeant le moins possible le biotope déjà existant.
    C’est peut être une Lapalissade mais je débute alors je découvre.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Bananier, Cryptomeria, serais-tu sous les tropiques 😉 ?
      Ta remarque « je trouve que c’est positif mais qu’il vaut peut être mieux que le sol soit couvert le plus possible de plantes vivantes » est essentielle. En effet, je préconise cette méthode pour mettre en place sur un terrain enherbé, ensuite, il est en effet préférable que le potager soit toujours couvert de plantes vivantes !

  6. feuilledechoux (98 comments) dit :

    Gilles,

    A propos des cartons d’emballage, vous précisez « sans encres » : J’ai lu que les encres employées maintenant ne sont plus toxiques, ou plutôt sont considérées comme étant beaucoup moins toxiques que celles utilisées autrefois ( En vérité ces remarques valent pour les journaux – et ou magazines- , mais j’imagine que cela s’étend aussi aux cartons).

    Cordialement

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Oui, c’est tout à fait vrai, j’indique cela plus par habitude qu’autre chose, c’est vrai aussi qu’il est très facile de se procurer des cartons sans inscriptions, mais la précaution est en effet probablement superflue.

      • Merlun (7 comments) dit :

        Bonsoir,

        Je ne retrouves pas la source à ce sujet mais d’après ce que j’avais lu, les normes étaient tres strictes sur les encres des cartons d’emballage alimentaire ( fruits légumes, memes conserves…) mais a priori pas de certitudes sur les autres emballages, ceci dit je n’ai pas vérifié la loi…bonne soirée.

        • feuilledechoux (98 comments) dit :

          Merci de votre réponse Gilles et merci aussi à Merlun : la question des encres pourrait effectivement être creusée ( références….)

          Ce message également pour signaler un site d’agronomie – non axé sur le jardinage et encore moins sur le jardinage tel qu’on essaie de le développer ici – . La consultation de l’entrée « terre végétale » en donnera une idée : http://ticri.inpl-nancy.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Terre_v%C3%A9g%C3%A9tale

          Autre site, plus institutionnel puisque sous obédience directe de l’INRA, et dont l’intitulé m’effraie un tantinet – musée du vivant !!- ; on y trouve toutefois quelques documents remarquables ; cette page annonce le décès récent de la compagne de René Dumont : http://docpatrimoine.agroparistech.fr/spip.php?page=article&id_rubrique=105&id_article=530

          Ces références sont un peu éloignées du terrain ! Foin du jardin, occupons nous du jardinier : un sujet qui me préoccupe, c’est le tétanos. Il est abordé de façon très peu orthodoxe, mais documenté, sur ce site qui clame haut et fort ses opinions qui horrifieront l’Académie de médecine. Je ne veux aucunement marquer ici mon accord avec Hilary Butler sur sujet précis ! http://www.beyondconformity.co.nz/resources/tetanus

  7. Yannick (24 comments) dit :

    Bonjour Gilles,

    Cette année et pour la première fois, je vais tenter le non travail du sol sur l’une de mes petites parcelles, qui a déjà été jardiné et travaillé à l’aide de la grelinette : J’ai choisis ce morceau de terrain car j’ai remarqué la présence de ver de terre, il me semble que c’est un très bon signe pour l’aération du sol.

    Cependant, j’ai une petite question : Comme c’est la première fois que je compte utiliser cette méthode, je voudrais savoir si je peux semer ce que bon me semble ? (étant donné que la terre a déjà été cultivée les années précédentes) Ou dois-je suivre le conseil cité dans l’article, en ne semant que des grosses graines ?

    Je te remercie du temps que tu prendra pour me répondre.
    A bientôt
    Yannick

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Rien ne t’empêche d’essayer !
      Je trouve que les grosses graines et les plants sont plus simple à mettre en place dans un tel mulch, mais rien n’interdit de mettre en place tes carottes et tes laitues là dedans 😉 !

      • anne-laure (1 comments) dit :

        bonjour je tente l’expérience aussi cette année!
        déjà 3 buttes de formées et paillées pour planter toutes sortes de légumes selon technique de richard wallner!(le petit colibri)et j’envisage aussi d’utiliser la technique carton /paille pour les pom de terre+haricots verts ,les courges+maïs,et les pois tout de suite. les 1ers pois et les fèves ont déja été semés et c’est un régal de travailler sur la paille!!! merci de toutes vos précieuses infos.
        trop tôt cette année pour participer à votre expérience.
        a bientôt .AL

  8. Danielle (9 comments) dit :

    Bonjour,
    J’ai lu quelque part que Mr Lespinasse faisait pousser des asperges juste sous de la paille.
    Quelqu’un a-t-il ce genre d’expérience et pourrait en dire plus ?
    Merci

  9. jean-luc (7 comments) dit :

    Je crois que cette année je vais m’y mettre !Je vais utiliser une partie de la prairie . Par contre j’ai un soucis il y a beaucoup de chardons dans cette prairie , est-ce que 20 cm de MO seront suffisant pour les empêcher de pousser ?

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Je ne pense pas, mais il vaut mieux que tu te contentes de contenir tes chardons en arrachant ce que tu peux lorsqu’ils sortent et de laisser la vie du sol restructurer la terre. En effet ces chardons viennent dans un sol sans doute compacté et ils participent à résoudre le problème.
      En plus en procédant comme cela il seront bien plus faciles à arracher dans le sol ameublit par le mulch !

    • Léa (18 comments) dit :

      en tous cas, ça paraît plus opportun de cultiver sans travail du sol, parce qu’avec tu risques de démultiplier encore plus les chardons en coupant les racines en plein de petits morceaux. Avec le mulch, j’ai plutôt été embêtée par le liseron qui se faufile aisément à travers la couche de mulch pour ensuite développer une importante végétation en surface.

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      le liseron est la seule plante a traverser l’épaisse couche de mulch dans mon jardin

      • feuilledechoux (98 comments) dit :

        Les désormais célèbres Wenz ( cf livre M.M. Robin) ont eu affaire – en grande culture- au chardon. Voila ce qu’ils en rapportent : « Un petit mot sur le chardon : sur la ferme, le chardon a disparu des cultures, mais refait surface au moindre faux-pas, notamment si le sol est travaillé par temps humide, ou si les pratiques entraînent une compaction. » http://www.terredhumus.fr/-actualits-19/80–09juin10–bio-sans-labour-chez-wenz

        Sur le même site on trouve  » Je travaille à la mise au point d’un rouleau pour la destruction des engrais verts par roulage et pour le contrôle des zones enherbées pour diverses applications (pré, arboriculture, vigne, petits fruits, jachère, …) en substitution de la fauche ou de la tonte.

        Il s’agira de l’équivalent pour le jardinier ou le professionnel de l’agriculture du rolofaca ou rouleau faca utilisé initialement en Amérique du Sud pour détruire les couverts végétaux (engrais verts).

        Ce rouleau, baptisé « Roulhumus », pourra être également utilisé pour réduire les populations de certaines herbes envahissantes (rumex, chardon, orties, fougères, ronces, …). Ce système a fait ses preuves sur la fougère.  »

        L’échardonnage peut être rendu obligatoire par un arrêté préfectoral : à documenter surtout si vous avez des voisins qui ne rêvent que de jardins à la française.

        Autrefois on cultivait des chardons, des cardères, pour peigner la laine…

  10. VALET serge (3 comments) dit :

    bonjour GILLES,

    Bravo & bon texte
    1) Concernant le BRF en région fraiche (Annecy)il est préférable d’enfouir le BRF car en mulch il conserve trop d’humidité et abaisse la température= baisse de rendement.
    2)surtout mélanger plusieurs espèces maraîchères comme indiqué dans la permaculture…

    amicalement
    serge

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      la première difficulté avec le brf c’est de trouver du brf de rameaux .maintenant je le composte . il faut compter deux ans en le retournant plusieurs fois . ensuite je le répand sur le sol sans le tamiser et je sème sur compost . sans travailler le sol j’ai eu de belle carottes . j’ai été le premier surpris mais dans un sol vivant ça marche très bien

      • franck (29 comments) dit :

        Bonjour,
        dans ton compost de brf,tu ne mets que du brf ou tu rajoutes d’autres déchets?
        merci

        • cottet pierre (152 comments) dit :

          pour le moment ce n’est que du brf mais on peut mettre aussi des feuilles éviter les tontes pour ne pas apporter des graines car je veux semer sur compost

  11. JessicaB29 (1 comments) dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intérressant.
    D’autant que je viens d’emménager dans une maison en location (y’a deux mois).
    Et je souhaite faire une petit potager (entre 10 et 20m2)mais pour le moment y’a de l’herbe partout.
    Je vais donc faire comme conseillé, mais me reste plus qu’à trouver de la MO ^^
    Merci encore :)

  12. Marc (128 comments) dit :

    Merci Gilles pour ton article.

    C’est toujours à haute valeur ajoutée !

    « Le guide du nouveau jardinage » de Dominique Soltner est très bien. Je l’ai lu et relu.

    C’est plutôt mon moral qui n’est pas au top, comme le temps …

    Pour les cartons je pense qu’il faut se méfier des scotchs et de la colle.

    Amicalement à toutes et à tous.

    Marc

  13. Le Goas Jean-Claude (8 comments) dit :

    Jusqu’ici j’avais limité l’épaisseur de BRF de 5 à 10 cm. Heureusement qu’on peut aller jusqu’à 20, ce qui paraît énorme, car bientôt je n’aurait eu que la solution de composter le reste. Il est sûr que j’ai encore beaucoup d’herbes indésirables. Pas mal de vers de terre mais aussi de limaces, alors qu’il y a des hérissons à demeure dans le jardin ! Par contre pas vraiment trace de mycorhizes après un an et demi. Je vais faire un tour en forêt et récupérer des feuilles déjà ensemencées.
    Amitiés à toutes et tous.
    Jean-Claude

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Je pense que tu confond mycorhizes et mycélium ;_) !
      Les mycélium de chmapignon lignivore sont bein présent, même si tu ne les vois pas, sinon, ton BRF ne pourrait pas se décomposer.

  14. cottet pierre (152 comments) dit :

    j’ai plus de 60 ans et je regrette de n’avoir pas connu cette méthode plus tôt .je l’ai mise en place depuis deux ans seulement suite au déboire avec le BRF . la première année je me suis battu avec les limaces qui ont mangées toutes mes salades et les choux car je n’utilise pas d’hélicide . en deuxième année les limaces sont moins nombreuses et les dégâts raisonnables .j’ai aussi réussi les carottes sur compost.je décerne le prix Nobel du jardinage a DOMINIQUE SOLNER . avec cette méthode c’est un vrai plaisir de planter et de ramasser les pommes de terre il faut seulement recharger en saison avec des tontes pour prévenir le verdissement . les vers de terre sont revenus et la vie c’est installée sous la couverture végétale . pour les feuilles j’ai demandé a une société d’espaces verts de me donner les feuilles qu’elle ramassait dans un lotissement près de mon jardin . l’apport de feuilles représente un gros travail a l’automne suivant la taille du jardin car je n’ai pas des grands arbres chez moi . mais il y a le système D ou l’huile de coude .il faut impérative-
    ment cultiver en planche pour ne pas piétiner le sol

  15. cottet pierre (152 comments) dit :

    je récupère en grande surface les cartons sans couleur entre chaque niveau des palettes de laits ou de boissons. comme il sont fins j’en mets deux épaisseurs . c’est l’après midi qu’il y en a le plus .

  16. Marc (128 comments) dit :

    Hier je suis allé dans le Parc régional de Draveil, la partie où il y a des chevaux et des poneys pour les enfants.

    J’ai ramassé plein de crottin !

    Désormais je saurai où en trouver …

    A++

  17. martine (2 comments) dit :

    bonjour
    je travaille dans un parc voué à l’écologie et je me suis retrouvée devant une très grande surface envahie par les mauvaises herbes j’ai utilisé le cartonnage au sol(recupére dans les grandes surfaces des zones industrielles ) entre les plantes et arbustes recouvert de branches broyées d’une epaisseur de 8 cm qu’un artisan espacs verts m’a livré regulièrement (il economise sur la mise en décharge et le transport du mulch) j’ai constaté au bout de quelques mois que les indesirables n’avaient pas repoussées, que les graines de celles-ci n’atteignaient pas la terre, les vers de terre qui adorent le carton avaient ameublient la terre et le broyat s’était affiné. De plus économies d’eau et les plantes en hiver on été protégées du froid et en été de la chaleur grace à l’épaisseur du mulch . les racines de la plantes sont protégees grâce à la hauteur du mulch qui géle douceement avant d’atteindre la base de la racine alors qu’à nue celle-ci aurait été touchée plus rapidement et je rajoute cette annéé encore du broyat voila je vous souhaite un grand plaisir nature

  18. François Brèthes (5 comments) dit :

    Bonjour.
    Les échanges thermique air – sol sont limités par le paillage, donc la surface du sol se réchauffe moins vite… Quoique… un sol aéré se réchauffe plus vite qu’un sol tassé… Or les vers de terre et autre faune du sol, sous le mulch, aèrent la terre!
    Faudra t’il donc, lorsqu’on a paillé cet automne, aérer le paillage à la fourche avant les premiers semis ou premières plantations?

    L’aération, donc le réchauffement du sol dépend aussi de son humidité. Il faut beaucoup de macro-porosité et qu’elle soit exempte d’eau, uniquement occupée d’air.
    Nous en venons donc au drainage. Il dépend du sous-sol et sol profond, de la texture (argile, limon, sable, matière organique) et du relief.
    On peut donner du relief à nos « plates »-bandes en les surélevant par rapport aux allées, elles se réchaufferont plus vite. L’idéal serait de faire des bandes comme des châssis traditionnels orientés face au sud, abrités du vent de nord, voire d’est et d’ouest…

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Si ton paillage est vraiment tassé, pourquoi pas l’aérer, mais ça n’est nullement une opération incontournable de ce type de mise en place.
      Donner du relief aux plates bandes revient à faire des légères buttes, donc à réaliser un gros travail et à perturber le sol, il faut bien étudier si le jeu en vaut la chandelle avant de s’y mettre.

  19. guinefolleau (1 comments) dit :

    Bonjour et bonne année à tous,

    je pratique ça depuis pas mal d’années car ici (Oise)la végétation est luxuriante dès que commencent les beaux jours.

    En 2012 j’ai adopté une variante : des poils de chiens récupérés chaque semaine chez la toiletteuse: 1,5 m sur 10m sur 15cm, j’ai mis mes canards dessus pendant 15 jours pour bien piétiner et voilà un joli feutre.
    Puis j’ai planté mes BB tomates : aucun arrosage (terre hyper argileuse).

    L’année d’avant mon 1er essai fut autour d’1 arbre : le feutre sur 10/15 cm disparaît en 2 ans.

    Je pense qu’on peut aussi récupérer les cheveux humains.

    Et pour nettoyer rapidement un coin : faire un enclos rapide avec grillage 7 * 10 sur 1m ds lequel on tresse, fer, bois et y mettre les canards, désherbage rapide garanti et fumage aussi.

    L’avantage/inconvénient des poils de chiens récupérés : ils sentent encore le chien donc ça repousse les prédateurs (ça c bien pour poupoules et compagnie : prévoir dans ce cas de les mettre à une extrémité à protéger) mais ça ne sent pas bon pendant un certain temps sauf si on les recouvre d’1 autre paillage genre tonte qui font une croute et ne laissent plus passer les odeurs.

    Bonne journée
    Agnès

  20. Marc (128 comments) dit :

    Je peux planter des pommes de terre et mettre 20 cm de mulch par dessus ?

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      c’est ce que je fais depuis deux avec succès . je pose les pommes de terre sur le sol après avoir écarté les feuilles mise a l’automne je recouvre . en saison il faut rajouter des tontes pour prévenir le verdissement : la lumière arrive a passer entre les feuilles et l’épaisseur diminue avec le temps . pour ramasser on écarte les feuilles et il n’y a plus qu’à cueillir les pommes de terre . la corvée du ramassage devient un vrai plaisir

      • Gilles Domenech (708 comments) dit :

        Ce matin en discutant avec ma voisine, j’ai appris qu’elle avait des pommes de terre dans un tas d’écorces (espèce on précisées) et ça a très bien marché : belle production tant en quantité qu’en qualité et pas de soucis de verdissement car les écorces se sont très peu décomposées pendant la saison. Je pense en effet que c’est une piste à suivre, peut être meilleur que la paille qui cause régulièrement des échecs si on ne recharge pas régulièrement !

      • cottet pierre (152 comments) dit :

        j’ai oublié de préciser que je plante les pommes de terre a la suite des haricots de l’année précédente .je cultive en planche de 1.5m que j’ai numéroté et je note sur un cahier
        ce que j’ai cultivé .

  21. SUBRA Jacques (130 comments) dit :

    Bonjour Gilles
    Je travaille actuellement , avec l’aide de quelques volontaires, à l’implantation d’une haie fruitière sur un terrain communal près de l’école maternelle de mon village.Vendredi 25 janvier nous avons mis en place directement sur la pelouse un andain constitué par des cartons+20cm de fumier pailleux fourni par un voisin agriculteur. Au cours de l’été les tontes de gazon seront étalées sur cet andain et en novembre 2013 nous planterons les arbres directement au travers de ce mulch. Pour les lecteurs intéressés voici le site ou vous pourrez suivre l’évolution de ce projet http://lagranderecree.asso-web.com/
    Jacques

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      dominique soltner plante les haies sur de la paille déroulée

    • feuilledechoux (98 comments) dit :

      Bravo Jacques pour ce projet ! Nous attendrons la communication de vos résultats ! Avez-vous pu associer l’institutrice/l’instituteur de l’école ?

      • SUBRA Jacques (130 comments) dit :

        Oui. Les deux institutrices de la maternelle sont bien impliquées dans ce projet ( à Séron nous avons les deux classes maternelles de 2 à 5 ans soit 42 enfants)
        En 2010 j’ai installé un petit jardin dans la cour de l’école ( le jardin de l’école) et voir l’intérêt des enfants pour le jardinage me donne beaucoup d’espoir en l’avenir. Dommage que les parents ne s’impliquent pas plus… En mars nous grefferons les arbres qui vont constituer la haie, vous pourrez suivre l’évolution sur le site.
        Jacques

        • cottet pierre (152 comments) dit :

          bonjour jacques .

          suite a la consultation de ton album photos je recherche le grillage en mailles soudées qui te sert de silo de compostage

          je voudrais connaître le distributeur de ce grillage ainsi que la hauteur ,les dimensions de la maille et le diamètre du fil de fer .

          pierre

  22. francoise (22 comments) dit :

    bonjour et merci pour vos témoignages je pratique depuis 2 ans et je me demande comment recharger le mulch car j ai que 150 m2 de terrain ou faire un potager ?
    cette année j ai reçu des feuilles de platane d un voisin qui les portais a la déchetterie mais est ce suffisant pour avoir assez d humus
    les pois d hiver poussent très bien dans la paille les grosses graines en général par contre carottes ne germent pas
    est il valable d enlever le paillis pour les petites graines ???
    par contre je suis envahis de rats souterrain qui font des galeries sous la terre est ce du a mon système de culture dois je me résoudre a retourner la terre pour enlever les envahisseur il mangent les carottes dans le sol les betteraves il y a t il un système pour les détruire autrement
    pour répondre au précédent mail oui les asperges viennent bien comme ca les topinambours les pommes de terre c est un bonheur et il n y a qu a gratter un peu et les pommes de terre sont la et très belles

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      j’ai lu que dans certaines région ou sévit le rat taupier ils avaient dû renoncer au paillage

    • Claude (53 comments) dit :

      J’ai constaté que les feuilles de platane ne se décomposent pas aussi vite que bien d’autres. Un an après, elles sont encore là ! Dans un compost de deux ans, on peut reconnaître leur forme ……

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Pour les rat, essaie avec du tourteau de ricin sous le paillage, j’ai reçu plusieurs témoignages d’arboriculteurs sur l’efficacité de la technique.

      Pour les semis de petites graines, s’ils ne viennent, tu peux en effet soit enlever carrément le paillage, soit faire la technique « François Mulet » : il met à germer un mini lot témoin de graines le jour J-1 et les reste le jour J. Lorsqu’il voit les graines témoins germer, il mélange les autres à du terreau de feuilles qu’il produit lui même et applique ce mélange sur la terre au milieu de la paille juste écartée pour dégager le rang.

    • François Brèthes (5 comments) dit :

      http://agriculture-de-conservation.com/CAMPAGNOLS-LA-PREDATION-EST-VOTRE.html

      Cet article est adapté aux grandes cultures avec des couverts végétaux « naturels », moins aux jardins avec paillis, BRF et autres couvertures de sol artificielles. On peut quand même le lire avec intérêt.

  23. franck (29 comments) dit :

    bonjour,
    moi aussi j’ai des mulots dans le jardin.Est ce que les mulchs ne leur apportent pas aussi le gîte et le couvert?
    Espérons qu’au printemps ils ne se régalent pas de toutes les plantations et semences potagères!!!!

    • François Brèthes (5 comments) dit :

      C’est ce que m’a révélé ma première expérience, en 2012, de plantation de pommes de terre sous paille.
      Existe t’il d’autres types de « mulchs » ou « paillages » qui attireraient moins les rongeurs, voire les repousseraient: foin, feuilles mortes, b.r.f., herbe fraîche (peu de tontes à la saison de plantation), couvert végétal fauché sur place, etc.?

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Voir ma réponse juste au dessus sur le tourteau de ricin.

  24. feuilledechoux (98 comments) dit :

    Me revoilou : l’entrée « araire » du site hébergé par l’institut national polytechnique de Lorraine donne ce très intéressant extrait : « Tout le XIXe siècle et la première moitié du XXe ont vécu en effet sur l’idée que l’araire n’était que la forme primitive, archaïque de la charrue et qu’il était donc voué à disparaître, le plus tôt étant le mieux. C’était méconnaître le fait que la charrue est adaptée à certaines tâches, répondant à des conditions pédoclimatiques bien précises, en dehors desquelles son utilisation peut avoir plus d’inconvénients que d’avantages. Cette constatation semble avoir été faite à plusieurs reprises et de façon indépendante dans des régions comme le Midi de la France, l’Afrique du Nord, voire en Amérique, où l’emploi de la charrue n’allait pas de soi. D’où la naissance de doctrines agronomiques hétérodoxes, souvent appelées « systèmes », ayant peu de choses en commun sinon qu’on y excluait les labours (entendons : les labours à la charrue). Le seul de ces systèmes qui ait laissé une trace dans la littérature actuelle est le dry-farming, mais il y en a eu bien d’autres ; P. Diffloth en a décrit plusieurs, qu’il regroupe sous le terme de néoculture, dans Labours et assolements (1929). Il semble bien que le non-labour, originaire des USA et qui remporte un succès croissant depuis une vingtaine d’années, se situe dans cette tradition hétérodoxe, ce qui justifierait un réexamen d’ensemble de celle-ci.  » http://ticri.inpl-nancy.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Araire

    NB: je découvre abasourdi que le terme araire est masculin ! Moi qui disais toujours « une araire »….!

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Tiens, en effet, je faisais la même erreur que toi :-s !
      Très intéressantes en tous cas ces infos !

  25. benoit (26 comments) dit :

    moi je dis qu’il ne faut esperer grand chose de la premiere année.
    Chez moi, ce qui a un peu près bien poussé mais avec un rendement assez faible quand meme,
    c’est les navets, carottes, fèves, pois, MaÏs, courges lemon, courgettes, laitue, yacon.
    Ce qui a raté,
    -Tomates zero,les plantes ont poussé a 2 m de haut, dans des cages, etaient maigres et sans fruit mais peut de maladie.
    -Pommes de terre sous paille et rien d’autre, ont été mangez par les limaces(pourtant j’en ai ramassées) et rongeurs
    -Oignons pareils
    Conclusion: il y avait un manque generale de fertilité je trouve , certaines plantes on poussé mais n’ont pas fait de fruit. Et pas mal de perte a cause des limaces et rongeurs

    • cottet pierre (152 comments) dit :

      en jardinage les miracles n’existent pas . il faut atteindre le sol vivant pour obtenir des résultats avec un jardin sans travail du sol. a moins de compenser par un apport massif de compost de déchéts verts il ne faut pas espérer des rendements élevés au début . pour ce qui se plante il faut apporter du compost dans le trou de plantation . des tomates qui poussent sans fructifier c’est étrange .en grande culture ils utilisent le maïs .si le maïs se développe bien c’est un signe de fertilité

      • franck (29 comments) dit :

        C’est quand même très inquiétant cette histoire de rongeurs.Si on plante pour nourrir ces petites bestioles,somme toute très mignonnes,je risque fort de me décourager de continuer le jardin.Je veux bien être gentil et respecter la nature mais j’espère quand même avoir un minimum de résultat.

        • Marc (128 comments) dit :

          Je me suis fait la même réflexion …

        • cottet pierre (152 comments) dit :

          jean pain en utilisant les aiguilles de pins avait constaté la disparition des rongeurs . peut être qu’une couverture d’engrais verts serait plus efficace qu’une couverture végétale morte pour éloigner les rongeurs

        • benoit (26 comments) dit :

          j’avoue que je ne m’en suis pas méfié.
          Je verrais si ils restent, ils ont, a ce qui parait, besoin d’une terre compact pour faire leurs galerie comme les taupes.
          ILs font en quelque sorte un travail d’ameublissement et puis s’en vont.
          Sinon il y a des répulsifs efficace et les extrait fermenté ou meme des tisane et des paillage qui peuvent servir de répulsif pour prévenir ce qenre de chose, il faut trouver sa solution, parmi des dizaine, adapté a ses possibilité( les chats ne servent a rien meme nombreux). IL ne faut pas ce laisser abattre.

      • Claude (53 comments) dit :

        Oh ! j’avais planté 5 graines de maïs … pour voir. Seuls 3 plants ont poussé et le plus grand mesurait 40 cm. Je suppose que ça veut dire beaucoup de choses sur la fertilité de mon terrain ! J’ai pas fini de vouloir l’amender, de composter?

        • Claude (53 comments) dit :

          !

        • cottet pierre (152 comments) dit :

          fais comme les agriculteur sème des légumineuses comme engrais vert . dans le dvd :maxi innovations mini coûts de production ils utilisent les engrais verts plus des engrais minéraux pour doper la culture du maïs. ils obtiennent un rendement de 100 quintaux a l’hectare . a ce sujet dans ce dvd ils parlent de 40 a 120 unité d’azote sur cette culture . qui peut m’expliquer ce que cela veut dire . les engrais minéraux sont efficaces dans un sol vivant . il y a aussi le ph du sol qui doit se rapprocher de 7 . je pense que ce paramètre est souvent négligé par les jardiniers . quand un jardin ne donne pas ce que l’on pourrait espérer il faut connaître le ph du sol

        • François Brèthes (5 comments) dit :

          @ Claude: « Je suppose que ça veut dire beaucoup de choses sur la fertilité de mon terrain ! »
          Vous comprenez donc que les gens qui accusent l’agriculture « intensive », « chimique », etc., de « stériliser » le sol, de courir à la catastrophe, jouent dur des peurs en grande partie infondées, aveuglées par leurs idées.
          Si l’excès de « chimie » est préjudiciable à la vie du sol, y compris la bouillie bordelaise, de mauvaises façons culturales, le tassement, l’appauvrissement en matières organiques, etc. sont encore plus néfastes à la fertilité.
          Certes, les engrais chimiques facilitent artificiellement les choses, mais ils sont inopérants dans un sol non aéré ou trop acide, par exemple…

          @ Pierre Cottet.
          Un pH entre 6 et 7 convient à la plupart des cultures. Ensuite, il faut voir le taux de calcium assimilable, qui ne lui est pas directement lié.
          1 unité d’azote c’est 1 kg de N = élément azote (atome).
          Par exemple dans 100 kg d’urée il y a 46 N. Dans 100 kg d’ammonitrate il y a 33 N.
          Cela dépend de la proportion d’atome azote dans la molécule.
          C’est indiqué sur les emballages. Quand c’est un engrais composé la formule indique une série de trois nombres dont le premier est la teneur (unités) en azote, le second est le phosphore (équivalent acide phosphorique) et le troisième la potasse (équivalent oxyde de potassium). Les autres éléments (calcium, soufre, zinc, etc. sont indiqués après.
          La règlementation pour indiquer la teneur en éléments fertilisants est la même pour les engrais organiques.
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Engrais_min%C3%A9ral

          La teneur en ces éléments doit être complétée par la connaissance de leur solubilité car les plantes ne les absorbent que dans la solution du sol. En réalité c’est plus compliqué que cela, notamment avec la « vie du sol », mais j’arrête là!

  26. Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

    Bonjour Gilles,

    J’ai besoin de vos conseils pour commencer ce mulch…avant que vous mettiez ce billet je m’apprêtais à appliquer la méthode décrite dans le livre de Dominique Soltner qui préconise pour éviter  » la faim d’azote  » d’associer  » la méthode de Jean Pain  » avec le BRF ( enfin si j’ai bien compris ) donc une couche de compost sur le sol sans l’incorporer, par dessus du BRF et ensuite des feuilles mortes et de la paille…
    Comme je suis tentée de faire ainsi mais que je ne dispose pas assez de compost, est ce que je peux remplacer le compost par du fumier composté ( que j’ai acheté en jardinerie ) ?
    Il me semble avoir lu sur votre site que pour éviter cette faim d’azote on pouvait aussi faire un apport de tourteau de ricin avec de la corne broyée avant la mise en place du BRF ?
    Finalement comment dois je m’y prendre ?
    Si je fais une de ces deux pratiques citées ci dessus maintenant, pourrais je semer ou planter rapidement ? enfin au printemps ?
    Le jardin a une terre argileuse, ce n’est que de l’herbe partout, en deux espaliers, donc une terre tassée depuis au moins une vingtaine d’années, pourtant l’année dernière en mai, j’y ai vu beaucoup de trèfles, est ce que cela veut dire que c’est une terre avec pas mal d’azote ?

    Merci de m’éclairer,

    Brigitte

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Je n’ai donné que peu d’indications sur les matériaux à utiliser dans l’article car je pense que ce n’est pas si important que cela. Le premier rôle de ce mulch est de desherber, l’amendement est un plus très intéressant, parfois indispensable lorsque le sol est appauvri en MO.
      De ce que j’ai constaté, le BRF est plutôt à réserver aux sols légers, mais c’est à peu près tout. Alors fais avec ce que tu as et tu verras bien! Inutile de dépenser des fortunes en engrais issus des jardinerie pour le moment. Si tu penses qu’il est nécessaire de fertiliser tu le feras à la mise en place des cultures.
      Pour le côté indicateur du trèfle, il me faudrait savoir de quel trèfle il s’agit.

      • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

        Ok je crois que je me complique trop la vie en réfléchissant à tout ceci…le BRF, puisque j’en ai, j’en mettrai une fine couche parce que j’ai lu quelque part qu’en terre argileuse il ne faut pas mettre une grosse épaisseur, pour le reste je ferai pareil…de toute manière il est prévu que je fasse des  » planches témoin « …
        pour le trèfle, je ne savais pas qu’il y a qu’une sorte de trèfle qui amène de l’azote…du coup, je ne me rappelle plus de la couleur de sa fleur !
        Pour en revenir au fumier composté, c’est un achat que j’avais fait en septembre l’année dernière…
        Je suis peut être trop pressée et j’aimerai faire tout trop bien et comme nous avons emménagé en mai l’année dernière et que jusqu’à la mi décembre je ne pouvais plus bouger, je me dis que j’ai perdu tout ce temps mais bon dans un sens ce n’est pas plus mal, ça m’a permis d’observer le jardin…

  27. Merlun (7 comments) dit :

    Bonjour,
    Si votre terrain est couvert d’herbe, sa decomposition sous le mulch libèrera de l’a zote de toute façon.
    Lorsque je mulch avec des matériaux riche en carbonne ( paille herbe sechées, brf…) je melange avec des tontes de gazon ou des  » mauvaises herbes » ( sans graines de préférences!), enfin bref du vert !
    Sinon les engrais organiques apportant de l’azote sont :
    -sang séché ( action rapide )
    -corne broyées
    -touteau de ricin
    – purin ou feuilles d’ortie

    Personnellement je fais mon brf en cours de saison avec les feuilles sur les branches, celles-ci apportant de l’azote.

    • Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

      Merlun, merci pour votre réponse…mon jardin est couvert d’herbe mais tondue…je verrai bien comment m’y prendre avec tout ce que je possède déjà, j’ai des feuilles mortes d’érable broyées et entières, de la paille et du BRF…

      j’ai les doigts qui me démangent tellement j’ai hâte que la belle saison arrive !

  28. benoit (26 comments) dit :

    brigitte:
    moi je te conseil de faire un couvert d’engrais vert avant tes cultures, tu risques d’avoir un probleme d’oxygene,d’aeration du le sol.
    En 2 mois, c’est juste quand meme pour que le sol s’ameublisse

    • Merlun (7 comments) dit :

      j’utilises la grelinette qui va avoir deux fonction : permettre de trouer le carton et faciliter le passage de l’air, et de soulever en gros les 25 premiers centimètres afin de décompacter le sol et favoriser l’ameublissement naturel.

  29. Brigitte Leyssenne (23 comments) dit :

    benoit,
    oui vous avez tout à fait raison, 2 mois c’est juste effectivement, comme je le disais à Gilles, je ferai des  » planches témoin « …il y aura donc parmi mes  » planches témoin  » des planches traitées avec le Symbivit, des planches avec le mulch BRF, feuilles mortes, etc et des planches avec des engrais verts…
    enfin…en tous les cas, le fait d’avoir posté et de recevoir des réponses de chacun m’a permis d’y bien réfléchir..
    merci benoit,

  30. christian de nissa (6 comments) dit :

    Bonsoir
    Article et commentaires passionnants parce que l’on confronte ce que nous faisons, nous les débutants (en sol vivant).
    Je jardinais sans m’occuper de la vie du sol et depuis septembre je change mes habitudes convaincu par les compétences lues ici et sur le forum de la Gazette.

    Là ou je passais le motoculteur en faisant comme papa, j’ai décidé de ne plus le toucher et j’ai divisé mon jardin en trois zones où je n’ai pas arraché et simplement coupé en laissant sur place les plants de légumes consommés.
    Un tiers du jardin a été ensemencé de seigle et moutarde (fin septembre).
    Sur le deuxième tiers, j’ai monté 5 buttes de 2,40 x 1,20 m délimitées par des planches sur une hauteur maxi de 15 cm. Au fond une couche de broyât grossier d’environ 7 cm (débroussaillage vert) au dessus 5 cm de fumier très pailleux et par dessus encore des feuilles mortes. Au milieu de ces buttes, hôtel pour vers de fumier (Jean Marie Lespinasse).
    Sur le troisième poussent au milieu des d’adventices (que j’ai laissées) des semis spontanés de fèves que je n’ai pas arrachés; les artichauts, navets, poireaux, choux fleurs, brocolis.
    Sur le quatrième j’y ai installé une serre contre le talus pour abriter le citronnier le pamplemoussier et toutes les salades, radis, pommes de terre (rates) … puis divers semis commencés ces jours. Ce quatrième tiers est Pagnolesque.

    J’attends avec impatience le moment où j’aurais à semer, repiquer et voir pousser sans travailler le sol; là alors je constaterais et vous dirais si ça pousse et comment ça pousse !

    Par ailleurs, j’essaie encore le BRFF.

    Et je soigne mes tas de compost du fumier d’ânesse et de feuilles que visitent un peu trop les sangliers parce que les eisenias y pullulent.

  31. GOMISRen (9 comments) dit :

    Gilles, merci de donner la date l’heure et le lieu de votre prochaine conférence en Vaucluse.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      CE sera finalement dans le 04, une formation au maraîchage sur sol vivant organisée à Mane par le CIVAM PACA, l’info sera très bientôt en ligne sur http://www.terre-en-seve.fr et dans la boîte mail des inscrits à la liste de diffusion de ce site.

  32. Bernard (34 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Fin Octobre j’ai reçu 60 M3 de branches de mûriers avec les
    feuilles.( Chez nous dans le Vaucluse les feuilles de mûriers
    n’ont tombées que le début Décembre).
    Vers le 15/11/12. J’ai couvert mon sol avec les feuilles 10 cm
    Puis mis 2 cm de brf. Au bout de 15 jours 3 semaines le brf
    était tout aggloméré des champignons. Tout paraissait Bien.
    Je viens de regarder mes feuilles elles sont visqueuses par endroits et ont une odeur aigres ?
    Je penses, passer un coup de fourche recourbée, pour aérer
    jusqu’au sol?
    Puis-je le faire même s’il gèle la nuit.
    Merci. Pierre.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      En effet, vu ce que tu observes, une petite aération du tout à la fourche ne devrait pas faire de mal!

  33. Vincent Joris (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Je cherchais depuis un moment l’information que vous dispensez sur votre site. Nous débutons un potager en sol vivant dans quelques jours sur les terrains appartenant à l’école du village, et tout ce savoir accumulé va vraiment bien nous aider. Nous y contribuerons régulièrement, surtout au niveau du couvert intensif et des associations végétales, parce que ce sera notre technique privilégiée.

  34. Sylvaine (7 comments) dit :

    Bonjour Gilles,

    Après avoir réalisé tout un mandala de buttes à base de terre et de matières organiques, dans l’esprit de l’agro-écologie, de la permaculture et aussi de Jean-Marie Lespinasse, nous avons aussi revu légèrement notre copie.

    En 2012, nous avons créé notre 2ème espace de culture différemment. Il est dessiné en carré/rectangle avec de simples rondins de peuplier récupérés, remplis de matières organiques en lasagne (carton, tonte de pelouse, feuille, malt d’orge, taille de haies, etc.) directement sur la pelouse. Nous souhaitons le cultiver dès mars 2013.

    La 2ème méthode est beaucoup moins fatigante, c’est certain ! Je trouve qu’elle nous demande aussi d’aller chercher en nous la patience et la confiance. Confiance en la vie en terre et en tous ces organismes qui ne demandent qu’à nous accompagner…

    En photos :
    – 1er espace de butte sur prairie : http://www.lapatureeschenes.fr/images/phocagallery/historique/2012/avant-apres-mandala-butte-jardin-naturel-ecologique-biologique-pature-es-chenes-henon-saint-brieuc-cotes-armor-bretagne.jpg
    – 2ème espace de carré/rectangle sur pelouse : http://www.lapatureeschenes.fr/images/phocagallery/historique/2012/la-pature-es-chene-henon-22-bretagne-agrement-2012.jpg

    A très bientôt.
    Sylvaine.

  35. Bernard (34 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Contre le risque de fain d’azote, pourquoi ne pas préconiser
    le tourteau de ricin, les premières années que l’on répand du BRF. Arrive t’il en concurrence au moment de sa transformation
    pour être disponible aux plantes?
    Dans mon terrain, j’ai quelques plaques de feuilles qui sont resté visqueuses surement anaérobie que je viens d’aérer comme tu me l’as conseillé.
    Ai-je des risques de formation de produits nocifs, des alcools?
    Merci.
    Pierre.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Le tourteau de ricin : pourquoi pas ? Je le recommande surtout comme répulsif à rongeurs, mais il peut aussi être utilisé comme fertilisant en effet !
      Pour ton paillage de feuilles, je ne pense pas qu’il y aie eu de véritable anaérobiose, à priori , pas de risque de formation de produits nocifs.

  36. guy biernath (2 comments) dit :

    Merci Gilles, le cerceau que tu pousses ne finira pas de sitôt de rouler! En ce qui me concerne je me régale à te lire et aussi les commentaires. Je mets en pratique autant que je peux et, comme je suis âgé, je suis obligatoirement « paresseux ». Fukuoka me plait bien! C’est la deuxième année que je fais mon jardin (40m2! et il est plein de turricules sous le mulch, BRF surtout, c’est super.
    Mais je reste avec un gros problème qui est de dégager des lignes claires pour établir les enchaînements « légumes – engrais verts »; en d’autres termes pour concevoir les « rotations/bons voisinages » qui incorporent les légumes ET les engrais verts afin de garder un sol toujours couvert. Connais-tu de la doc sur ce sujet? Ou des lignes directrices? Merci d’avance.
    GB
    PS: je travaille essentiellement en planches de 1m x 3m entourées d’allées où pousse de l’herbe et quelques autres plantes que j’ai laissées vivre leur vie. Résultat: beaucoup de turricules mais une tendance à voir ces plantes passer sous les planches (en bois) entourant mes planches en terre! Serait-ce une bonne idée de semer du trèfle blanc dans mes allées? Merci encore.

    • Sylvaine (7 comments) dit :

      Bonjour à toi Guy, je te fais part de notre expérience. Nous nous inspirons aussi des écrits de Fukuoka.

      Pour ce qui est d’accommoder légumes et engrais verts pour avoir un sol toujours couvert, nous allons au jardin procéder cette année de façon méthodique (je me souviens avoir lu un commentaire sur ce site de Gilles du Blog du Jardinier Bio (http://www.un-jardin-bio.com à ce sujet) : selon si ce sont des plants ou des semis directs en terre des légumes, nous allons soit attendre d’installer ces plants ou soit attendre que ces semis aient suffisamment levés pour ajouter de l’engrais vert ou comme Gilles laisser les herbes spontanées s’installer. Cet automne, du mouron blanc s’est installé entre les poireaux et n’a pas eu de mauvaise influence sur celui-ci, au contraire… en bon couvre-sol, le mouron préserve l’humidité à la surface du sol nécessaire au poireau !

      Nous avons aussi le souci d’avoir l’herbe qui a tendance à s’installer sur les buttes créées sur une prairie. Cela nous a demandé un travail énorme d’entretien et de fauche à l’arrivée du printemps l’année dernière.
      Nous avons tester le trèfle blanc dans les allées, très efficace pour enrailler le problème, mais Franck Nathié (chercheur en permaculture http://www.foretscomestibles.com/) nous a conseillé d’aller encore plus loin, de penser de façon plus global pour l’avenir du jardin.
      Nous avons un environnement qui se réchauffe très vite au moindre rayon du soleil, à tendance très sec l’été (le trèfle blanc a séché sur place dans les allées). Cette année, nous paillons l’ensemble de nos allées avec des tailles de haies et feuilles récupérés. Ceci afin d’aussi protéger et nourrir la terre dans les allées, de créer de l’humus et ainsi de préserver l’humidité nécessaire entre les buttes. A toi de déterminer les conditions globales environnementales de ton jardin : exposition, vent asséchant ?, humidité. Le trèfle blanc peut très bien résoudre ton problème si tu as un jardin plutôt humide.

      Si tu le souhaites, tu peux trouver plus d’infos et quelques photos sur notre site internet : http://www.lapatureeschenes.fr/actualite-evenement-jardin-naturel-permaculture-henon-moncontour-saint-brieuc-cotes-armor-bretagne-france/jardinage-naturel/148-sol-vivant-engrais-vert-brf-compost-paillage-litiere-matiere-organique.html.

      A tout bientôt.
      Sylvaine.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Pour compléter la réponse de Sylvaine, je te dirai que je n’ai pas l’habitude de suivre une rotation établie à l’avance, je me décide généralement sur le moment pour savoir où je mets mes cultures et mes couverts. tu as dans ce blog de nombreux articles sur les couverts, notamment hivernaux , tu peux commencer par exemple par celui-ci : http://jardinonssolvivant.fr/couverts-vegetaux-cultures-hiver ou ici pour trouver l’ensemble des articles : http://jardinonssolvivant.fr/tag/couverts-vegetaux
      Pour ce qui est des allées, je t’invite à lire mon article d’octobre dernier sur le thème : http://jardinonssolvivant.fr/comment-gerer-les-allees-du-potager
      bonnes lectures 😉 !

  37. benoit (26 comments) dit :

    Bonjour gilles j’ai une petite question.
    Hier j’ai appeler un centre de formation,,je lui ai expliqué un peu ce que je faisait et le mec m’a dit que les surface cultivé avec mulch après 6 a 7 ans doivent recevoir une prairie pendant 2 a 3ans parce et que les legumes sont des plantes destructurante des sol, moi je pensait que ça n’exitait pas.
    Est ce que ces gens qui forme des maraicher bio pendant 1 ans a temps plein oublient les rotations et les engrais vert?
    Parce que je lui ai dis que je voulait cultiver 1 hectar et il m’a repondu qu’il en fallait un deuxieme pour faire cette rotation de 3 ans de prairie tout les 7 ans. J’ai trouvé un peu d’ignorance dans son discours. Voila, a bientot

    • Marc (128 comments) dit :

      Bonjour Benoît,
      Gilles te répondra mieux que moi, mais effectivement ça me laisse dans l’expectative ton histoire. Je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas faire ta rotation de cultures sur 1 hectare.
      A++

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Il semblerait en effet que ton formateur n’aie pas connaissance des possibilités d’installer des couverts végétaux en maraîchage, ce qui rend inutile les 3 ans de prairie. De toutes façon il y a déjà des gars sur le terrain qui ont du recul sur tout ça, tu peux le renvoyer vers les restitutions du 4 décembre (http://gaia32.com) 😉 !

  38. Arnaud (9 comments) dit :

    Depuis Octobre, j’ai installé sur un terrain plusieurs bandes de paille. J’ai photographié au fil des mois l’évolution du terrain.

    Vous pouvez consulter les photos sur le site

    La prochaine étape sera les semis direct dans le sol. Autant que faire se peut, je vais prendre des photos pour vous tenir au courant. Si vous désirez que je prenne des photos particulières n’hésitez pas.

  39. Sylvie (8 comments) dit :

    Bonjour,

    Merci tout d’abord, pour ce blog qui est passionnant et remplit d’informations utiles.
    Je me posais cette question, à propos des cartons.
    N’y a t’il pas de la colle pour assembler les plaques de carton entre elles, on voit des ondulations entre 2 plaques. (je parle de l’épaisseur du carton)
    Ou bien peut-être, est ce fait par un autre procédé sans risque pour polluer notre terre.
    Merci d’avance pour votre réponse.

  40. Sevenothe (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    Pourquoi la bâche noire est-elle à proscrire ?
    J’avais pensé mettre une couche de compost et une bâche noire par dessus.
    ça aurait bien chauffé en dessous.

  41. […] dire du cas où vous avez suivi mes conseils de fin janvier dispensés dans l’article  « commencez un potager sur une parcelles enherbée grâce à un simple mulch » ? Il est clair que là, votre sol reste humide, qu’il est isolé du réchauffement dû au soleil, […]

  42. francoise (22 comments) dit :

    je reviens sur mes feuilles de platane elles se sont bien decomposées j avais eu l idée de mettre une preparation qui est vendu pour transformer ses dechets menager en compost
    de 20 cm de haut il m en reste 5……j ai ouvert la terre pour y semer des haricots vert et des courgettes mais beaucoup de froid et de limaces alors j attends
    je suis de la rochelle en charente maritime
    par contre les artichauts et les asperges sont tres belles
    cette année j ai aussi mis un engrais bacteriosol jardin car je trouvais que la terre etait trop tassé j en ai mis une poignée au pied de chaque tomate et aux pieds des fleurs des arbres fruitiers voila mon esperience par contre les oiseaux pigeons tourterelles ou campagnols ont tout mangé mes feves et mes pois ……
    je voudrais savoir aussi comment vous semer car dans la paille ail il y a pas mal de germination de mauvaise herbe ….
    cette année j ai enlevé le plus gros de la paille pour semer
    j attends puis je mettre tout de suite les tontes de pelouse au pieds des poivrons aubergines
    merci

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Pour gérer les semis dans la paille si elle est enherbée, il y a plusieurs possibilités suivant la taille de la parcelle :
      – tout enlever, sarcler et mettre en place les cultures, puis éventuellement remettre tout ou partie du paillage ;
      – desherber en passant la main sous la paille et arracher ce qui y pousse ;
      – rajouter de la paille par dessus les herbes ;
      – remuer la paille pour qu’elle recouvre les herbes (méthode applicable à grande échelle)
      Dans ces trois derniers cas, il faut ensuite écarter la paille justes aux endroits où faire des semis ou des repiquages.

  43. David (16 comments) dit :

    Bonsoir,
    j’ai de gros doutes sur ma réalisation de paillage pour la première fois cette année. Je n’ai paillé ma parcelle qu’à partir du mois d’avril de cette année. Je n’avais que labourer avant.
    Et puis ma femme a fait connaissance d’une personne travaillant à l’ADATER. Celle ci nous a « convaincue » sur cette pratique un peu particulière plutôt habitué au travail motorisé.
    Maintenant que le paillage a été fait, j’ai planter pomme de terre, tomate, haricot vert, courge, betterave et concombre.
    Pomme de terre –> OK
    Le reste –> ça végète. Cela ne fait qu’une semaine à quinze jour que cela est fait, mais rien ne bouge. Les tomates ont même tendance à jaunirent. Les betterave à avoir les feuilles mangées ….
    Est ce que tout cela est « normal » ou dois je corriger ?

    Merci de votre support

    David

  44. Gilles Domenech (708 comments) dit :

    Oui, en effet, il y a un problème…
    Tout d’abord, comme l’indique le titre de cet article, cette technique vise à préparer une parcelle enherbée et non une parcelle préalablement labourée dont la structure n’est plus tenue par un dense réseau racinaire encore en place !
    Ensuite, et cela est plus général en ce printemps froid et humide, cette technique ralentit le réchauffement augmentant ainsi les risques de faim d’azote (je l’ai observé à plusieurs reprises cette année) et c’est sans doute ce qui t’arrive, fertilise avec un peu d’azote (issu d’urine diluée, de purin d’orties, d’engrais bio divers et variés…) pour que ça démarre.
    Les feuilles de betteraves mangées : s’agit-il de limaces ? Dans ce cas, utilises du ferramol.

  45. Francoise (22 comments) dit :

    deux mots ce soir pour vous dire que mes haricots vert ont bien levés apres un sejour de 24 heures dans le congélateur j ai vu ca sur internet j ai essayé et hop ils sont nés dans du terreau de paille j ai écarté la paille et bien levé
    pour les petites graines et bien je m es du terreau universel ca leve bien aussi pour les courgettes je les ai mise directement dans compost de l an dernier elles lèvent c est un bonheur …et j ai mis de la cendre de bois et du sable pour décourager les limaces…avec cette méthode j ai de beaux artichauts asperges pommes de terre tomates ma methode pour les petites graines j écarte la paille je fais un sillon sommaire et j y depose du terreau et j arrose et j attends que ca levent quand ces lever 5 cm je remets la paille …
    voila cette année ca prends forme…doucement

  46. David (16 comments) dit :

    bon, j’ai mis de l’anti-limaces, les haricots sortent, les pommes de terre toujours aussi belles….
    Mais les tomates, bof bof, je ne vous ai pas précisé que je les ai mise en terre toutes petites. A peine 20cm de haut. Ne devrais je pas dégager le pied afin que ceux ci s’aère ?!

    Merci de votre aide

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      oui, sans doute, voire enlever tout ou partie du mulch, cette année est tellement froide et humide que même en fin de printemps il y a des soucis de réchauffement du sol et de faim d’azote… Il faut adapter nos pratiques à ces conditions.

      • François B. (15 comments) dit :

        Idem pour mes tomates.
        Certains font une sorte de housse avec du film plastique translucide autour des tomates pour les protéger du froid, les forcer. Je n’ai pas essayé, par négligence, mais aussi parce que je crains d’oublier d’enlever le film lorsque le soleil cogne et que je n’ai pas le temps d’aller au jardin…
        Ne pourrait on pas poser un film plastique par-dessus le paillage autour des pieds de tomate lors d’un printemps comme celui-ci, pour réchauffer le sol sans le mettre à nu?

    • David (16 comments) dit :

      Bonsoir à tous,

      et bien finalement, tout c’est arrangé, l’anti limace a fait fuir les prétendants aux salades et autres belles feuilles vertes.
      Et puis le soleil nous a beaucoup aidé !! Mais les tomates ne font que commencer à rougir. 2 bons mois pour les premières c’est une première en effet.
      Pas trop mécontent des pommes de terre, pour info, je ne les ai jamais arrosé ! c’est une première aussi ça !

      Quand le potager sera terminer, quand devons nous re-pailler le sol pour l’hiver ? Merci

      David

      • Gilles Domenech (708 comments) dit :

        Bravo à toi pour ces résultats !
        Après la culture, il n’est indispensable de repailler pour l’hiver. Je conseille plutôt d’implanter dès que possible une culture d’hiver ou un couvert végétal.

        • David (16 comments) dit :

          Salut,

          et bien, ça y est ! l’hiver arrive, le jardin est quasi vide et je n’ai malheureusement pas eu le temps de semer une culture d’hiver. Du coup, j’ai simplement recouvert de paille, herbe de tonte et feuille soit environ 20cm d’épais. Maintenant, je verrais ce que cela donnera au printemps. Puis je laisser ainsi jusqu’au premier semis ??
          Merci pour vos commentaires

          • David (16 comments) dit :

            Hello !
            quelle saison estivale désastreuse. Mais finalement je m’en sort pas trop mal. Je me rends compte que l’an passé mes premières tomates étaient arrivées vers le 15/08/13. Cette année, malgré l’abondance de la pluie, j’en mange depuis le 03/08/14.
            J’ai 2 gros soucis à ce jour :
            – je suis envahi de « chardons » , que j’arrache comme ce matin pendant 2H
            – les « rats taupiers » qui se régalent avec mes salades et autres pomme de terre

            Sinon, de belles courges, des fraises, des radis, des carottes, des salades, des melons (pas encore à maturité)

            Pas mal du tout ………..

            Je reviens sur le couvert végétal ou culture d’hiver. Je ne pense pas trouver ou crééer mon couvert végétal facilement, alors que mettre pour la culture d’hiver ?

            Merci sincèrement

  47. Merlun (7 comments) dit :

    Bonjour.

    Un petit bilan de l’année 2013 avec non travail du sol. Je précises qu’avant, je travaillais en bio mais avec une grelinette. Cette année j’ai tenté la cration de parcelles avec carton + paille + brf +tonte de gazon (pour apporter de l’azote au sol ).
    Et bien c’est une catastrophe, malgré l’apporte de gazon j’ai ressenti une faim d’azote énorme sur toutes mes plantes, ce qui en soit n’est pas étonnant vu la quantité de matière carbonnées que j’ai apporté. Par contre ce qui me fiche un coup au moral c’est que j’ai une fonte ( ou mouche ???? ) des semis sur mes petis pois et haricots!! j’ai recommencé plusieurs fois les semis sans aucun succès.
    J’ai lu que les mouches des semis adoraient pondre dans les endroits riche en MO en décomposition.
    Alors comment font les permaculteurs qui sèment leurs grosses graines sous paille ou BRF??

    Bien amicalement

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Étonnant que tes plans n’aient pas repris vigueur après l’arrivée du soleil début juillet… C’est vrai que cette année, tout ceux qui ont utilisé cette méthode ont dû faire face à une faim d’azote importante due au réchauffement très lent du sol sous les paillages, même dans le sud de la France.
      Pour ce qui est des problèmes de ravageurs, le jardinage sol vivant ne prétend pas les résoudre d’un coup de baguette magique ! Personnellement, je n’ai jamais eu ce problème, ce serait intéressant de voir si d’autres personnes ont le même. Si tu le souhaites, tu peux me préparer un petit article illustré de tes déboires afin que l’ensemble des lecteurs de ce blog puissent t’aider à trouver ce qui ne va pas 😉 !

      • Merlun (7 comments) dit :

        et bien merci à toi car j’ai passé plus d’un an à lire FUKUOKA, JM LESPINASSE, à réflechir, à me documenter…et là je me prends une sacré trempe 😉

        Où puis-je t’envoyer des photos? tu veux l’article en PDF?

  48. jean-luc (7 comments) dit :

    premier bilan chez moi pour cette premiere année avec seulement quelques essais: :
    les pommes de terre ont un feuillage magnifique, j’attends encore un peu pour la recolte.
    les tomates : catastrophe aucun plant n’a survecu , j’ai replanté et …. même resultat!
    les oignons : comme pour les tomates….
    les potimarons et les pâtissons , après un debut difficile et la perte des legumes quand ils atteignaient 6 à 6 cm, tout est revenu dans l’ordre et ils ont maintenant superbes.
    Par contre enorme problème avec le liseron qui a tout envahi alors qu’aucune autre herbe n’a poussé, que fiare pour ça ?

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Je ne connais aucun remède bio contre le liserons, il faut prendre le mal en patience et désherbe à la main : une main qui soulève le paillage, l’autre qui arrache les plans de liserons et autres herbes concurrentes. Cela dit à partir de maintenant (voire dès la fin juillet), je ne me fatigue plus à lutter contre les herbes spontanées : la culture a été aidée pendant son premier mois / mois et demi de croissance et maintenant je profite en plus de la biomasse que peuvent me produire gratuitement ces herbes.

  49. FRANCOISE (22 comments) dit :

    bonjour je viens vous donner qq nouvelles du potager…..pour les tomates malgré le bacteriosol jardin ça pa été spectaculaire sauf pour les arbres fruitiers qui ont embellis spectaculairement et bien poussé je pense au prunier pecher brugnonnier ils ont pris 1 mètre de haut ….coté jardin la terre n étant pas travaillé est très dur bon c est mon coté argile qui est ainsi par contre les courgettes poussent a merveilles pour les legumes j ai opté une fois par semaine d un mélange de purin de prèle ou consoude ou ortie alternativement la consoude j en ai dans mon jardin et des ortie aussi je les laisse pousser bon le jardin n est pas aussi poussant qu avec un engrais du commerce mais j ai oublié les premieres années de fumér et le precedent propriétaire devait faire de meme a la seule diférence que lui enlevait la biomasse…bon je me dis que ça va venir …..il faut etre patient j ai des haricots cette année courgettes tomates qq poireaux fraises dans des sacs de terreaux ça c est génial sauf qu il faut penser a arroser….bon pour les ravageurs j ai un char qui en ramasse et j ai mis du tourteaux de ricin ça a l air de marcher profond dans la terre pour eviter le museau de mon labrador….voila pour cette année autrement pour semer je m es une ligne de terreau et je seme dedans ca vient assez bien je ne sarcle pas je ne bine pas rien je pense que l an prochain je mettrais une bache en fin d hiver pour eviter la repousse de l herbe je vais essayer voila

  50. FRANCOISE (22 comments) dit :

    a j oubliais les pommes de terre ça c est un bonheur j en ai palnté voila 3 ans et j ai du mal les arraché cette année j ai eu la surprise d en recolté elle faisait 300 g bon 2 ou 3 par pieds ca me va et ça depuis 3 ans toujours a la meme place elle pousse les premiere ensuite vient les fleurs rose tremeiere c est super le jardin ainsi…

  51. Cailloux (1 comments) dit :

    bonjour, on monte un projet de jardin partagé en ville(Caen – normandie) sur une pelouse communale et la terre est argileuse.Certaines personnes me demandent si un couvert de feuilles mortes(30 cm) déposés fin automne début hiver sera suffisant pour supprimer l’herbe et pour pouvoir planter et semer dès le printemps.Qu’en pensez vous?

    j’ai dû batailler un peu avec d’autres jardiniers pour mettre en avant l’idée de ne pas faire de premier labour, j’espère que le tapis de feuilles mortes sera suffisant pour cultiver sur une terre argileuse.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Oui cela est suffisant ! Pour ce qui est de l’enherbement, il faudra vérifier ce qui se passe au début du printemps : si l’hiver est doux il est probable qu’il ne reste plus grand chose des 30cm de feuilles déposées à l’automne ! Il faudra donc à ce moment soit rajouter régulièrement des tontes de gazon pour désherber ou de rajouter des feuilles ou de la paille pour compléter l’effet écran qui aura été fortement réduit.
      Je t’invite alors à attendre le mois de mai pour mettre en culture car ce paillis empêche le réchauffement du sol et gare à la faim d’azote en sol froid !
      En tous cas bravo d’avoir bataillé pour éviter le premier labour car c’est aussi celui qui fait le plus de dégâts !

  52. francoise (22 comments) dit :

    bon lundi
    i j ai ramassé mes dernières aubergine avant la pluie qq poivrons une courgette pleine de Naples mon jardin évolue dans le bon sens j ai eu des tomates assez longtemps dans la saison
    cette année beaucoup d eau l herbe est bien poussée partout la taille de mes arbustes servira de paillage
    j ai pas eu les feuilles cette année
    .je me suis aperçu que les tomates et les courgettes , potirons citrouilles venaient bien la première année sur le compost j essaierais aussi les pommes de terre pour arriver a ne plus être dépendante du commerce donc je vais occupée une partie de mon terrain avec ces légumes
    donc pour moi moins de temps passée a tondre
    d un autre coté je vais appliquer ça aussi au jardin d ornement avec vivace et arbuste a fruits et a fleurs
    par contre beaucoup de limaces et d escargots madame hérisson dort et il fait encore doux
    a part le purin d ortie de consoude et de prêle je ne m es rien d autre
    si le tourteau de ricin donc les rats taupiers ont émigrés chez les chiens ils sont plus tranquille je ne m es rien chez les chiens le labrador est trop gourmand
    bon pour moi cette 3 e année a été meilleure que précédemment je continue ça change vraiement la vie
    merci

  53. Baptiste (19 comments) dit :

    Bonjour à tous, voilà j’ai un potager d’une superficie de 300 m2, et je vais y incorporer 2m3 de fumier de cheval décomposé, j’aurais voulu savoir si c’est suffisant?

    Merci d’avance pour vos réponses.

  54. […] la base de notre potager, tout comme la couverture de la terre avec du mulch (paillage). Voici un article qui explique bien le principe de couverture du […]

  55. panda (4 comments) dit :

    Bonsoir

    Vous conseillez de ne pas utiliser des cartons avec encres de couleurs pour recouvrir le sol , mais dans ma commune des sacs de ramassages en papiers sont donnés aux riverains pour jeter les « déchets » vert, et sur ces sacs il y a des motifs avec encre de couleur verte, sacs qui partent ensuite aux compostages et le compost est ensuite vendu. Donc je pense que certaine encres de couleurs ne posent pas de problèmes aux sols , ou bien le compost est pollué.
    http://www.villeparisis.fr/Actu/0310_09_dechet_vert/0103_actu_tri_dechets_verts.JPG

    félicitation pour votre site et bonne continuation

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      En effet, cette préconisation est une précaution générale car il est difficile de savoir à priori quels encres sont utilisées. il existe bien sûr des encres parfaitement biodégradables sur le marché ! J’imagine que c’est le cas de celles qui sont utilisées sur vos sac de compost.

  56. stephanie (3 comments) dit :

    Bonjour,
    Je découvre votre technique que je vais m’empresser de mettre en place afin d’avoir un sol préparé pour le printemps prochain. :)
    Une question cependant : je vais préparer un potager sur une parcelle enherbée et je voudrais savoir si dans la couche de matière organique on peut mettre du fumier de cheval ? si oui peut être pas directement sur la terre ?
    merci !

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Si bien sûr ! Tu peux mettre du fumier (de cheval ou autre) dans tes mulch et les même les poser au contact du sol ! Aucun problème à cela !

      • stephanie (3 comments) dit :

        ok merci ! bon ben c’est parti ! rdv au printemps prochain alors
        je prépare le sol et après l’hiver je sème !

  57. Régine (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles
    Je compte commencer à enrichir ma terre pour créer dans quelques années mon jardin potager sur sol vivant. Je vais donc suivre tes précieuses indications en utilisant également du carton par manque de MO, mais au printemps, puisque je ne planterai pas que devrais-je faire, continuer de couvrir le sol de déchets de tonte et de brf quand cela sera possible ?
    Merci
    Régine

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Bonjour Régine,
      Si vous ne cultivez pas tout de suite, le désherbage est inutile, donc les cartons aussi. Vous pouvez éventuellement rajouter du BRF quand vous en avez (peu importe quand puisqu’il n’y a aucun enjeu de récoltes) et surtout chercher à faire pousser le maximum de plante sur cette parcelle : ce peut être les plantes spontanées que vous vous contenterez de faucher ou de hacher régulièrement (la méthode la plus simple et très intéressante) ou bien des plantes à biomasse.
      Dans ce dernier cas, vous pourrez utiliser la méthode préconisée dans cet article et semer, au lieu de culture des plantes à biomasse telles que sorgho, mil, amarantes, maïs… en été ou seigle, avoine, vesces, pois fourrager, colza… en automne-hiver-printemps.

  58. mireille (2 comments) dit :

    merci pour votre site que je viens de decouvrir. Du coup ça me donne envie de commencer quelque chose dans mon jardin envahi de mauvaise herbes en tous genre depuis des années car le precedent proprietaire l’a laissé a l’abandon. Est ce que je peux pailler avec du vieux fumier de cheval que je peux me procurer facilement?

  59. Jean-Luc (7 comments) dit :

    Bonjour,
    Avec mon nouvel appartement au rez (je n’ai aucune expérience de jardinage), j’ai une pelouse de 400m2 située plein Nord, avec de hauts arbres de chaque côté, où le soleil n’arrive qu’une ou deux heures par jour ; elle est donc très humide en permanence. Le mulching, qui risque de la rendre encore plus humide, est-il recommandé dans ce cas précis ?
    Merci d’avance,
    JL

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Effectivement, dans ce genre de situtaion, le mulching n’est sans doute pas l’idéal ou alors en mettant le mulch très tard dans le printemps (par exemple maintenant) après avoir laissé la végétation en place se développer et sécher le sol depuis mars !

  60. magali (1 comments) dit :

    bonjour, je trouve que votre site est une vrai mine d’or de conseils pour le bébé jardinier que je suis. je voudrais faire un petit potager avec les enfants mais le souci principal est la présence de nombreuses ronces sur le terrain. suffit-il que je les coupe à ras et les recouvre avec du paills et carton pour l’hiver ou je dois enlever toutes les racines?
    merci d’avance de vos reponses

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Pour les ronces, je n’ai jamais essayer juste en les coupant et en mulchant, je doute fort que ça marche. Jusqu’à présent je les ai toujours coupées à la racines et même comme cela, elle repoussent encore 😉 !

  61. […] Commencez un potager sur une parcelle … – Commencez un potager « sol vivant » sur une parcelle enherbée grâce à un simple mulch ! […]

  62. BILLOIS (1 comments) dit :

    Bonjour,

    je viens de couvrir 20m² de parcelle enherbée jamais travaillée avec environ 20cm de feuilles mortes récupérées dans la forêt voisine. A lire vos commentaires et les conseils, j’ai envie d’y croire…! Par contre, d’ici la période de plantation/semis, faut-il surveiller la hauteur de ce mulch et éventuellement rajouter de la MO en cours de route ? Merci beaucoup

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Bonsour,
      Tout dépend de la période de mise en culture : pour une mise en culture en sortie d’hiver c’est pas la peine. Pour une mise en culture en milieu de printemps (fin avril- mai), il faudra sûrement rajouter du mulch.

  63. Thomas - Milly la Forêt (1 comments) dit :

    Bonjour,
    Je vais bientôt commencer un potager sur un terrain enherbé. J’ai prévu de recouvrir, d’ici quelques semaines, l’herbe avec un mulch. Pour pallier le réchauffement de la terre qui est moins important avec un mulch, est-ce que la mise en place d’un tunnel-chenille au printemps pourrait être intéressant?

  64. Sylvie (8 comments) dit :

    Bonjour, Que signifie MO dans votre article ? Merci de votre réponse.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      Il s’agit de « matières organiques », c’est vrai, j’aurais dû l’expliciter au moins lors de la première occurrence du sigle.

  65. […] Commencez un potager sur une parcelle … – Commencez un potager « sol vivant » sur une parcelle enherbée grâce à un simple mulch ! […]

  66. Aurélien (4 comments) dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce blog et pour cet article sur lequel je me suis appuyé pour démarrer un nouveau potager l’automne dernier.

    J’ai créé de nouvelles bandes de culture à l’automne et lors de l’hiver, sur une prairie anciennement pâturée. La terre est riche mais argileuse et tassée.
    J’ai posé des cartons sur le sol enherbé, puis un mulsh d’herbes sèches. Comme je trouvais que c’était très carboné, j’ai ajouté un peu de fumier bien composté et des déchets de cuisine tout au long de l’hiver.

    Rapidement, les vers de terre se sont mis au travail.

    En mars, j’ai semé des pois dans une première bande. La terre était désherbée mais encore très tassé. Le carton était bien décomposé mais le mulsh d’herbes sèches n’avait quasiment pas bougé. Le semis des pois s’est avéré difficile. J’ai re-paillé directement après le semis. Puis j’ai semé des navets à côté des pois, en creusant juste un sillon, sans avoir décompacté la terre. J’espère qu’ils pourront participer aux « détassement » du sol.

    A ce jour, les autres bandes de sont pas encore utilisées. Mais je constate que la décomposition des MO au-dessus du carton prend beaucoup de temps. La terre est toujours très compacte. Je réserve ces bandes pour planter des concombres et semer des haricots. Mais je serais obligé d’enlever le couvert pour travailler (un peu) la terre.

    En parallèle, j’ai posé des bâches plastiques noires sur d’autres endroits du potager, à l’automne dernier. Les herbes se sont bien décomposées, et surtout, les campagnols ont énormément travaillé la terre, qui est maintenant quasi-parfaite pour mes semis et plantation!

    Je pense donc que la méthode du mulsh pour ouvrir de nouvelles bandes demande plus de temps sur une terre argileuse et tassée. Elle est adaptée pour y installer des plantation dès le printemps suivant mais, dans mon cas, elle ne m’a pas permis de semer (même des grosses graines) sans travailler le sol.
    Je suis plus satisfait de la méthode du bâchage, bien que moins écologique.

    J’ai l’impression que le carton a « étouffé » un peu le sol, que celui-ci manquait d’oxygéne, est-ce possible?

    En tous cas, merci encore de mettre à la portée de chacun des connaissances nouvelles et pointues sur la vie du sol et ses relations directes avec notre alimentation! C’est une mission d’intérêt publique que vous réalisez!

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      En effet, si la terre est tassée (ce qui n’a rien à voir avec le fait qu’elle soit argileuses 😉 ), il est normal que cela prenne plus de temps que sur un sol déjà pourvu d’une belle texture. Mais si les vers de terre sont là, ils finiront par décompacter tout ça !
      Le fait que le sol soit tassé est en effet en accord avec le fait que le mulch ait pu l' »étouffer ».
      En tout cas, tu illustres le fait que chacun doit faire ses expériences pour trouver la méthode la plus adaptée. Si chez toi, c’est la bâche qui fonctionne le mieux, utilise cette méthode !

  67. Krystoff (1 comments) dit :

    Bonjour Gilles,
    J’ai testé cette méthode très efficace pour préparer une surface anciennement en prairie,et pour y cultiver des légumes au printemps.
    La principale difficulté rencontré est de taille,lorsque je retire mon mulch je découvre effectivement une terre désherbé et meuble mais hélas envahis de campagnols. Les premiers semis sont démolis par leur galeries et les quelques légumes racines qui survivent se font bien évidemment dévorés…
    Sachant la rapidité à laquelle ces petits rongeurs se reproduisent cela devient compliqué.Seul le retrait complet du mulch pendant plusieurs mois semble limiter leur présence.
    Je me retrouve donc à mon grand désespoir avec des cultures non paillés et un sol sans protection.
    Seuls quelques adeptes de ce type de techniques connaissent ce problème tout comme celui des limaces et préviennent leur lecteurs.Je suis étonné que D.Soltner ne mentionne pas cette éventualité.
    Qu’en pensez vous et avez vous déjà rencontré ce problème?
    Bravo pour votre travail et votre blog très intéressant.

    • Gilles Domenech (708 comments) dit :

      En effet, je ne crois pas que Soltner soit confronté au problème. en ce qui me concerne, je n’avais jamais eu de soucis dans le Fers avec ces bestioles et en Ardèche, bien qu’ils soient présents, ils me causent très peu de dégâts (les galeries sont pourtant visible sous les mulch, comme chez toi).
      Si la pression est trop grande, le plus simple et le plus efficace est d’utiliser des répulsifs, comme le tourteau de ricin (nu engrais bio) : http://jardinonssolvivant.fr/rongeurs-et-tourteau-de-ricin/. En parallèle, tu peux bien sûr chercher à favoriser les prédateurs de ces bestioles : rapaces (diurnes et nocturnes), serpents, renards, fouines…

  68. Olivier (4 comments) dit :

    pourquoi eviter de mettre plus de 2 cm de BRF sur un sol agileux ?

    Merci d’avance pour votre reponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.